La boite à outils des historiens : (in)formations numériques pour les jeunes chercheurs

Depuis une bonne dizaine d’années, la démocratisation et les progrès de l’informatique ont mis à notre disposition des outils numériques qui permettent, sans nécessiter de véritables compétences techniques (et c’est là que réside la véritable nouveauté), d’accéder plus facilement à l’information, de la gérer et de l’exploiter plus efficacement.

De la recherche documentaire à l’écriture de l’histoire, l’ordinateur connecté à Internet s’est ainsi peu à peu imposé aux plus récalcitrants. Désormais installé au cœur des pratiques historiennes, de l’étudiant en Master au chercheur le plus confirmé, cet outil n’est pourtant pas toujours exploité à sa juste valeur.

Du besoin de formation…

Dans le cadre d’une petite enquête menée en mars 2011 auprès des étudiants en Master de la mention Histoire de l’EHESS, une question sur les besoins en termes de formation a donné le résultat suivant :Graphique - besoins de formation

Prenant conscience de cette demande, Franziska Heimburger et moi-même avons conçu et animé une formation  de pré-rentrée aux « outils informatiques pour les historien(ne)s » pour les étudiants de la mention histoire du Master de l’EHESS en octobre 2009 et 2010.

Il s’agissait d’abord d’enseigner les bases nécessaires à l’utilisation de quelques instruments incontournables (traitement de texte, tableur, présentation, bibliographie, recherches documentaires en ligne…). L’objectif était aussi de donner aux participants un aperçu du champ des possibles en matière d’utilisation des outils numériques en sciences sociales. À cette fin, nous avons invité des chercheurs à présenter leur utilisation d’un ou plusieurs outils (de la base de données au langage XML-TEI, en passant par les S.I.G.).

…au blog d’information scientifique

Les arguments avancés par François Briatte et Joël Gombin dans leur conférence sur les enjeux du blogging scientifique, le succès de la formation et la nécessité de lui donner une suite qui permettrait d’en élargir l’audience, nous ont convaincus de créer La boite à outils des historiens : http://laboiteaoutils.blogspot.com

Nous y proposons une sorte de prolongement en ligne à la formation : veille sur les instruments informatiques disponibles et utiles aux historiens ; mises à jour des formations aux logiciels et mise en ligne de nos tutoriels ; conseils d’utilisation de ressources utiles pour la recherche en histoire…

Du 1er novembre 2009 au 31 mai 2011, La boite à outils des historiens a reçu plus de 16 000 visites, en provenance de 92 pays (83% depuis la France), pour une moyenne mensuelle d’environ 580 visiteurs uniques ; certains des tutoriels mis en ligne depuis novembre 2010 ont été consultés plusieurs milliers de fois. Même modestes comparés à la fréquentation d’autres sites internet en sciences humaines, ces quelques chiffres témoignent de l’intérêt considérable que suscitent de tels supports de diffusion d’informations relatives aux outils numériques pour les sciences sociales.

En effet, tandis que la profession s’interroge sur les transformations du métier d’historien (voir aussi ici) qu’entraîne le passage à l’ère numérique, il n’est pas déraisonnable de parler d’un véritable déficit de formation des jeunes chercheurs (étudiants en Master ou doctorants) aux outils de base leur permettant de mener plus efficacement leurs recherches.

Deux risques à prendre au sérieux

Si l’on reprend les résultats de l’enquête menée auprès des étudiants en Master (doctorants potentiels de demain, et historiens éventuels d’après-demain…) on constate que, malgré tout, ils utilisent ces outils :

Graphique - utilisation d'outils

Mis en relation avec le premier graphique, ces indications permettent de constater qu’au moins deux dangers guettent les chercheurs en formation.

Utiliser R...Le principal consiste en un possible abandon du recours à des outils extrêmement utiles – le temps est une ressource rare, tant pour le doctorant que pour l’étudiant en Master… et l’investissement nécessaire pour apprendre seul à utiliser un logiciel ou une ressource est parfois un obstacle décourageant.

Mais un second risque se profile : le possible mésusage de ces instruments en l’absence de toute formation de base. Le danger consiste alors à investir beaucoup trop de temps dans un outil qui pourrait s’avérer inutile dans le contexte particulier d’une recherche (un logiciel de base de donnée au lieu d’un tableur ; un SIG au lieu d’un logiciel de cartographie…).

À son échelle, La boite à outils des historiens se veut une modeste contribution (parmi d’autres[1]) à une meilleure information et formation des chercheurs.


[1] Dans cette perspective, outre le présent carnet des Aspects concrets de la thèse, je ne saurais trop recommander la lecture de Quanti IHMC, site animé par Claire Lemercier et Claire Zalc en complément à leur atelier ; ainsi que, ici encore sur Hypotheses.org, le carnet collectif Quanti/ sciences sociales, animé par Olivier Godechot et Pierre Mercklé.


2 réflexions au sujet de « La boite à outils des historiens : (in)formations numériques pour les jeunes chercheurs »

  1. Je m’autorise à laisser ici de lien de ma propre boite à outil destinée aux sciences sociales, tout aussi modeste contribution à cette problématique (quoiqu’un peu plus geek peut-être) : http://www.laspic.eu/atelier

    Ces chiffres sur cette promo de master sont sinon fort intéressants. Merci Émilien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *