État des lieux de la précarité dans l'enseignement supérieur et la recherche

30 novembre 2011
Par

Par Tristan Loloum & Karim Hammou

Nous avons eu le plaisir d'accueillir dans notre séminaire (séance du 7.11.2011) Wilfried Rault, chercheur à l'INED, venu présenter l'ouvrage du collectif Pour l'Étude des Conditions de travail dans la Recherche et l'Enseignement Supérieur (P.É.C.R.E.S.), Recherche précarisée, recherche atomisée, publié l'année dernière aux éditions Raisons d'agir (2011).

Le livre s'appuie sur une enquête par questionnaire diffusée entre décembre 2009 et janvier 2010 sur une initiative intersyndicale. L'adresse du questionnaire était la suivante :

Le questionnaire qui suit est destiné aux personnes qui, d'une façon ou d'une autre, travaillent dans l’enseignement supérieur et la recherche publique, dans le cadre d'un emploi précaire. [doctorante-s, post-doctorant-e-s, ouvrier-e-s, administratif-ve-s, quelles que soient les formes de rémunérations : cdd, vacations, honoraires, allocations, bourses, travail gratuit, etc.]1

Plus de 4 000 personnes y ont répondu, donnant un aperçu neuf des conditions d'emploi dans l'enseignement supérieur et la recherche (ESR). Wilfried Rault se souvient de la réponse épidermique suscitée par le sondage lancé sur Internet : « nous avons reçu plus de 1000 réponses en 36 heures, ça en dit long sur l'urgence de la question ». L'enquête portait  à la fois sur les enseignant-e-s-chercheur-e-s, ITA2 et BIATOS3, les doctorant-e-s et les post-doc. Elle visait ainsi à mettre en lumière cette masse supposée insondable de travailleurs contractuels et autres vacataires absents des bilans sociaux des universités. Par rapport aux salarié-e-s contractuel-le-s, les vacataires sont d'autant plus invisibles que leurs conditions de recrutement et de rémunération frisent parfois l'illégalité. La mise en avant du critère de l'emploi précaire a toutefois certains biais. Certaines personnes, notamment parmi les doctorant-e-s financé-e-s, semblent ne pas se reconnaître sous l'étiquette de « précaires », voire à se considérer comme « privilégiés » (ce qu'on leur affirme parfois), et n'ont pas jugé bon de répondre au questionnaire, alors même que la garantie d'un contrat doctoral ne donne pas (plus) l'assurance d'un avenir professionnel et d'un revenu à la hauteur des compétences.

Au final, selon P.E.C.R.E.S, ce sont ainsi près de 45 000 à 50 000 précaires qui font vivre l'ESR à travers des tâches d'enseignement, de recherche ou de soutien à la recherche, soit environ 25% de l'ensemble des personnels début 2010.

Hard day at the office by tash lampart@flickr

L'un des nombreux mérites de ce livre est de replacer la précarisation de l'ESR dans le temps long, fait d'alternances de périodes de précarisation et de périodes de stabilisations des personnels. Ces alternances ne sont pas le fruit du hasard, mais de choix politiques et de rapports de force entre l'employeur (en l'occurrence l'État) et les employés. La sous-rémunération des enseignants et chercheurs ne date pas d'hier. L'image de l'aristocratie universitaire d'antan entretient l'idée d'une classe intellectuelle se suffisant à elle-même. La précarité actuelle à ceci de nouveau qu'elle fait l'objet d'une politique délibérée de flexibilisation de la recherche et d'« autonomisation » des universités. Les années 2000 sont, de ce point de vue, une période de redéfinition de la fonction publique et de forte incitation à l'embauche de personnels sur des contrats à durée déterminée. La création de l'Agence nationale pour la recherche (ANR) est emblématique du modèle de « recherche par projets » voulu par le Ministère : l'argent obtenu par un financement ANR « ne doit servir à financer que du matériel, du fonctionnement et des contrats précaires »4. En 2008, près de la moitié des financements de l'ANR étaient consacrés à la rémunération de  CDD.

Le devenir des précaires embauché-e-s sur des contrats financés par l'ANR est éloquent. Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche indiquait à l'été 2009 que près des deux tiers des jeunes chercheur-e-s financé-e-s par l'agence, dans le cadre de contrats entamés en 2005 et terminés depuis lors, étaient toujours dans des situations de précarité.5

L'ouvrage revient en détail sur les conséquences à la fois professionnelles et scientifiques de cette précarisation de la recherche.

Sur le plan professionnel, les SHS sont les plus touchées par la diminution de revenu que la précarité entraîne : rémunération ne correspondant pas aux qualifications, absence d'avantages concédés aux statutaires, périodes de latence entre contrats ou versement différés des salaires, absence de prise en compte de l'ancienneté, temps partiel subi, etc. En SHS, environ 45% des précaires (ITA, BIATOS, chercheur-e-s, enseignant-e-s...) déclarent gagner moins de 1250 euros par mois6. Les femmes sont les plus touchées par les conséquences économiques de la précarité. Toutes disciplines confondues, elles sont près d'un tiers à gagner moins de 1250 euros par mois, contre un cinquième des hommes7.

À ces faibles rémunérations s'ajoutent les heures de travail non payées (ou payées six mois plus tard) et les combines (comme le prête-nom) pour recruter des vacataires ayant dépassé l'âge légal ou leur quota d'heures de cours. Et puis il y a le zèle désespéré des précaires en quête de reconnaissance : « ces activités "bénévoles" [...]  censées exprimer simultanément la "bonne volonté" et la "motivation" de celles et ceux qui les assurent »8, avec pour seul revenu l'espoir d'une ligne de CV - et la crainte d'être mis-e-s à l'écart si l'on ne « joue pas le jeu ». Le livre aborde adroitement les conséquences subjectives de telles conditions de travail : sentiment d'échec, dévalorisation objective devenant auto-dévalorisation, invisibilité professionnelle voire sociale, stress, etc. Cette situation est propice aux abus de pouvoir, allant du travail non payé au harcèlement en passant par le pillage intellectuel .

Sur le plan scientifique, ces transformations de l'ESR ont des conséquences graves. Tout d'abord, l'instabilité professionnelle, la mise en concurrence généralisée des personnels et les nombreuses personnes préférant quitter l'ESR plutôt que de subir ces conditions de travail, aboutissent à un gâchis de compétence. La situation est d'autant plus paradoxale que la France forme peu de docteur-e-s (10 000 par an) par rapport à des pays comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni (respectivement 25 000 et 15 000). Ensuite, la généralisation des financements par projet sur des temps courts diminue drastiquement le temps de la recherche au profit du temps administratif de montage de candidatures, à la fois complexes et nécessitant des connaissances spécifiques. P.E.C.R.E.S a raison d'insister sur la situation des ITA et BIATOS, premiers concernés par les suppressions de postes et souvent perçus comme supplétifs des chercheurs. Car les économies effectuées sur les personnels administratifs, moins visibles, se répercutent directement sur la qualité de l'ESR et obligent les chercheurs à s'atteler à des tâches pour lesquelles ils ne sont pas compétents. De plus, si ce temps de travail préalable aboutit à un financement pour quelques uns, la plupart des candidatures sont refusées, autant d'équipes qui auront travaillé pour rien (gratuitement dans le cas des précaires, au détriment de leurs tâches d'enseignement et de recherche pour les statutaires). Derrière cette injonction au projet, le pilotage politique et à courte vue de la recherche aboutit à une dispersion bureaucratique des efforts scientifiques, à une forte inégalité entre équipes et à une plus grande opacité dans l'allocation des ressources.

Si le débat reste ouvert sur l'opportunité d'une définition extensive de la notion de précarité (voir par exemple la tribune publiée en 2009 dans Le Monde par Catherine Rollot, et le commentaire qu'en a fait par exemple Pierre Dubois), l'enquête P.E.C.R.E.S est aussi utile qu'urgente dès lors qu'elle participe à objectiver une tendance bien connue mais dont la contestation demeure muette. La faible syndicalisation des universitaires, cause ou conséquence de cette atomisation, facilite sans doute ce refoulement. 

Le collectif P.É.C.R.E.S. vient d'ouvrir un blog de témoignage sur la précarité dans l'enseignement supérieur et la recherche. N'hésitez pas à livrer le vôtre : http://pecres.hautetfort.com/

On peut  aussi renvoyer au site du Collectif Pour l'abolition de la précarité dans l'enseignement supérieur et ailleurs (PAPERA), proposant témoignages, fiches pratiques et informations sur la précarité.

  1. Cf. le questionnaire à partir de laquelle l'enquête à été menée : http://www.precarite-esr.org/IMG/pdf/Questionnaire-precaires_17oct09.pdf. []
  2. Ingénieurs, Techniciens et Administratifs []
  3. Biliothécaires, ingénieur.e.s, adminsitratif.ve.s, technicien.ne.s, ouvrier.e.s et personnels de service []
  4. P.É.C.R.E.S., op. cit., p.41. []
  5. Ibid., p.61. []
  6. Rapport final présentant les résultats de l’enquête précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche, février 2010, p.33. Consultable en ligne : http://www.precarite-esr.org/IMG/pdf/Rapportfinal-LaprecaritedanslESRP_9fevrier.pdf []
  7. P.É.C.R.E.S., op. cit., p.69. []
  8. ibid., p.71 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Les thématiques, 3. Professionnalisation, Les thématiques, 4. Les financements, Ressources, Associations de chercheurs, Le séminaire, Comptes rendus, Ressources, Etudes/Rapports

2 commentaires pour “ État des lieux de la précarité dans l'enseignement supérieur et la recherche ”

  1. Thomas Boccon-Gibod le 11 décembre 2011 à 16:04

    Je signale l'initiative de doctorants de Nanterre: créer un syndicat professionnel pour défendre les intérêts des doctorants (toutes disciplines et tous statuts confondus), en luttant en particulier contre la précarisation de leurs conditions de travail suite à la LRU.

    Plus de renseignements sur le blog: http://doctorantadn.canalblog.com/

  2. LM le 1 décembre 2011 à 22:47

    Les photos sont très drôles JB ! Le sujet beaucoup moins.

Laisser un commentaire


Carnets de recherche