L’évaluation de la recherche expliquée à un thésard

Ceci est un compte-rendu « étoffé » de la séance du 6 février 2012 en présence de Sylvain Piron, historien, maître de conférence à l’EHESS et corédacteur du carnet hypothèses.org Evaluation de la Recherche en SHS.

Le contrôle de gestion appliqué aux universités

L’évaluation, nous connaissons, nous en sommes imprégnés depuis notre plus tendre enfance. Le doctorant n’est pas en reste à cet égard. Après le baccalauréat, les partiels, les examens de TD, les oraux et les soutenances de mémoires, il devra bientôt se frotter aux pairs (les pères ?) de la discipline dans les colloques, comités de rédactions, et autres jurys de thèse, de qualification, et de recrutement. Et ce n’est là qu’un début, puisque l’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble s’imposer à tous et à tous les niveaux – et parfois même en doublon (le CNU se surajoute aux jurys de thèse et aux comités de recrutement des universités, l’AERES empiète sur le Comité National de la Recherche Scientifique et le CNU, etc.). Au sein du nouveau paradigme de la « recherche par projet », l’évaluation gestionnaire fait office de gouvernail.

Pour comprendre cette obsession pour l’évaluation, il faut remonter – bien avant la « République des droits et des devoirs » de N. Sarkozy – aux années 1980 (les années Thatcher) et à l’avènement du nouveau management public, faisant de la « bonne allocation des moyens» une condition sine qua non de tout investissement dans les administrations publiques. On applique dès lors à l’université les procédures de contrôle de gestion, autrement dit les audits. Au contrôle des pairs s’ajoute désormais celui des experts. D’ailleurs qui sont-ils1? L’université serait-elle elle aussi en proie à la querelle des managers et des professionnels, au même titre que bon nombre d’administrations françaises ? Pas tout à fait. Recrutés parmi les élites universitaires nationales et européennes, ces « expairs » siègent au sein des jurys d’évaluation et autres comités (d’appel d’offre, techniques, etc.). Issus de la profession, ils n’en sont pas nécessairement de légitimes représentants : mandatés pour des missions de court-terme, parfois nommés directement par le Ministère, ils se voient généralement imposer les critères et les normes procédurales de management public. Comme le souligne Nicolas Dodier dans une étude sur les « régimes d’évaluation », il existe une différence substantielle entre l’évaluation collégiale, fondée sur la durée et l’affinement progressif des critères par ses membres, et un taylorisme opératoire consistant à appliquer, au moyen d’un « guide de l’expert », un one best way à toutes les procédures d’évaluation. On peut en outre douter de l’emprise réelle de ces universitaires sur les décisions stratégiques (comme les IDEX dont l’issue est de redessiner radicalement le paysage universitaire français) qui sont laissées en dernière instance au politique. Reste que tant au niveau des chercheurs (le CNU prépare la mise en place d’une évaluation individuelle quadriennale) que des organismes de recherches (visites AERES, candidatures LABEX, etc.) et des établissements universitaires (IDEX), le champ académique doit désormais se conformer à la novlangue aussi publicitaire que bureaucratique de la « démarche qualité » et de « l’excellence »2.

« Lost in publication » ou l’obsession bibliométrique

Comment mesurer objectivement l’efficacité, l’impact social du savoir? La bibliométrie, inspirée des analyses de tendances en marketing, s’est peu à peu imposée comme une modalité normale d’évaluation des chercheurs. Dans un climat de suspicion vis à vis de la profession universitaire, « l’objectivité » statistique des méthodes bibliométriques permet de contourner le contrôle « subjectif » des pairs. En France, le premier classement des revues par l’AERES est publié en 2008. Distinguant les revues à comité de rédaction en trois catégories (A,B,C.), il suscite l’indignation de nombreux chercheurs du fait de l’arbitraire de certains critères et de l’opacité entourant les procédures de sélection. Au niveau européen, l’ERIH s’attire également les foudres. Pourtant, les classements n’ont pas que des ennemis. Entre disciplines tout d’abord, entre sciences expérimentales et sciences historiques ou interprétatives, la capacité à produire des articles n’est pas également partagée car le mode de production des connaissances n’est pas le même. Il est vrai aussi que là où dans les sciences dites dures les publications collectives sont monnaie courante, elles sont plus rares dans les sciences sociales et les Humanités. Le célèbre biologiste Peter Lawrence a déjà longuement évoqué les effets pervers de la bibliométrie (Rank Injustice 2008, The politics of Publication 2003, The Mismeasurement of Science 2007, Lost in Publication 2008), à savoir le risque d’un morcellement de la science, d’une standardisation, d’une incitation à publier des données inconsistantes et d’une inhibition des recherches innovantes et exhaustives. Le classement bibliométrique a également des effets performatifs et aboutit in fine à la concentration d’un capital scientifique mais aussi économique autour de certaines core reviews bien souvent propriétés des grands éditeurs.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que certaines maisons d’éditions appliquent des prix prohibitifs (sur le dos des universités) pour l’abonnement à leurs revues (voir pour le cas d’Elsevier). Si l’on se permet un parallèle avec l’évolution des universités (responsabilités et compétences élargies, initiatives et laboratoire d’excellence avec leurs « périmètres d’excellence »), le risque n’est pas exclu de voir se consolider un modèle de science à deux vitesses : celle pratiquée par des universités d’excellence ayant les moyens de se payer les abonnements aux core reviews et les chercheurs publiant dans ces mêmes revues, et les autres.

Dans ce taillis d’évaluations, le jeune chercheur a plus que jamais besoin d’une boussole

Vous l’aurez compris, il est difficile pour le chercheur d’aujourd’hui d’échapper au moule de l’évaluation. L’ignorer serait une erreur, tout autant que d’en faire une monomanie. En effet, si l’obsession bibliométrique et le pilotage politique dissimulé derrière le jeu des appels d’offre sont aujourd’hui une donnée constitutive (quoiqu’à ses débuts) de la recherche française, et même européenne (voir le Research Assesment Exercise en Angleterre ou encore l’Excellence Initiative en Allemange), on ne peut acter la fin des filtres traditionnels du débat scientifique. Les comités de rédaction et la révision en double-aveugle (double-blind peer reviews) par exemple, sont toujours des instances essentielles pour un dialogue sain entre chercheurs. La réputation d’un chercheur ou d’une institution ne se fabrique pas à coup de lotos ou de nominations, elle se construit dans la durée à force de rigueur, d’inventivité et de travail. Dans une université hobbesienne où la mise en concurrence se généralise, il est tentant de devenir un loup. Pour financer leurs projets, les chercheurs sont de plus en plus contraints de devenir des entrepreneurs, accrochés à leurs budgets et à leurs provinces institutionnelles. Or les coûts d’accès à cette « recherche d’excellence » sont élevés (on incite aux rapprochements entre équipes issues d’institutions différentes, au mépris parfois des dynamiques de labo et des UMR, les projets sont de plus en plus formatés, doivent être traduits en anglais, etc.) pour des résultats qui sont encore loin d’être prouvés. Les chercheurs sont-ils condamnés à devenir des lièvres aux commandes d’usines à gaz ? Cet entrepreneuriat de projets ne risque-t-il par de dévoyer le travail ordinaire de l’enseignant-chercheur (rédaction de rapports d’enseignement, rapports de thèse par exemple) ? Contre cette tendance, Sylvain Piron recommande plutôt une posture de tortue et rappelle le b.a.-ba du chercheur: « le doctorant doit avoir une boussole, savoir où il va, penser son projet scientifique dans la durée (…) ne pas se laisser aller à la superficialité, lire les sources, être honnête avec soi-même, ses enquêtés et ses lecteurs ». Pour parer au culte de la performance et de la vitesse certains chercheurs comme Olivier Gosselain commencent à se revendiquer de la « slow science » et de la « desexcellence »: signe d’une université décadente ou sagesse d’érudit… ?

Notes:

  1. Ecouter l’enregistrement de la séance « Politique des Sciences » du 10 novembre 2011. []
  2. Pour une mise en perspective des nouvelles contraintes pesant sur les établissements universitaires, je vous invite à lire le verbatim de la séance du 9 février 2012 du séminaire « Politique des Sciences » à l’EHESS. []

3 réflexions au sujet de « L’évaluation de la recherche expliquée à un thésard »

  1. Tu as raison « L’intellectuel bourgeois », la dépendance au sentier fait qu’il est difficile de faire le tri des institutions. Au lieu de supprimer, centraliser, fusionner les organismes d’évaluation, on en créé de nouveau censés rationaliser l’organigramme et assurer la « bonne allocation des moyens ». Un comble. C’est l’inflation institutionnelle. Tu as raison aussi sur le fait que l’évaluation gestionnaire n’est pas nécessairement « décisive », mais certains avis de l’AERES (par exemple) sont déterminants. Comme je le dis dans l’article, elle cache bien souvent des choix politiques, et surtout, elle se substitue difficilement à l’évaluation sociale des pairs, qui se fait dans les comités de rédaction, dans les colloques, dans la durée d’une carrière, etc…

  2. Tristan, je partage ton constat sur le tout évaluation (généralisé à la société dans son ensemble), avec une remarque cependant : certes il y en a de nombreuses, mais sont-elles la plupart du temps « décisives », ont-elles un véritable effet ? Je n’en suis pas sûr, il me semble au contraire que nous sommes dans le trop, en privilégiant la quantité à la qualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *