La thèse nuit gravement à la santé…

17 avril 2012
Par

Plongée dans mes pensées, je n’écoutais pas vraiment le conférencier, lorsque celui-ci mentionna cette citation de Kelchtermans qui m’a fait brusquement revenir à la réalité : “la réflexion peut nuire gravement à la santé, ou du moins à la paix de l’esprit[1]. A ce moment-là, j’étais encore dans une période de transition entre le doctorat et la recherche d’un emploi. Cette citation a résonné dans ma tête pendant toute la durée du colloque, elle résumait parfaitement mon ressenti par rapport à mon expérience doctorale.

Le doctorat : une dualité souffrance/plaisir

La fin de mon parcours doctoral a été très éprouvante, jusqu’à nuire parfois à ma santé physique et psychologique. D’un autre côté, j’ai adoré cette étape de ma vie, j’en ai retiré beaucoup de plaisir. Je me suis sentie complètement transformée et grandie par cette expérience. J’ai vécu mon doctorat comme une véritable aventure, une bouffée d’oxygène, un enrichissement personnel et professionnel considérable. Il y avait donc là une dualité complémentaire « souffrance et plaisir/enrichissement » qui ressemblait beaucoup à l’expérience des initiés dans les rites de passage. Un soir, j’ai voulu mettre en image cette dualité, le site « La thèse nuit gravement à la santé » est né ce soir-là, le 25 juillet 2011.

A travers mes dessins j’essaie de décrire le monde vécu des doctorants et jeunes docteurs en sciences humaines et sociales. La plupart des doctorants issus de ces disciplines ne sont pas financés et ne disposent pas de bureau au sein de leur laboratoire. Le travail sur la thèse se réalise alors généralement chez soi et dans une grande précarité. Dans ces conditions, il n’est pas aisé de faire comprendre à son entourage ce qu’est le parcours doctoral. Il est même parfois difficile pour nous-même de ne pas s’y perdre lorsque l’on doit constamment jongler avec plusieurs identités extrêmement disparates. Le doctorant a une identité étudiante : il se forme par la recherche encadré par un directeur de thèse. Il a bien souvent une identité d’enseignant à l’université : il donne des cours en tant que vacataire, chargé d’enseignement ou ATER. Beaucoup de doctorants appartenant aux disciplines des sciences humaines et sociales ont aussi une identité professionnelle : ils financent leur doctorat par une activité salariée. Le doctorant a une identité de chercheur ou de spécialiste de son champ de recherche. Enfin, nous ajouterons ici une cinquième identité : l’identité personnelle (elle-même multiple), en tant qu’ami, enfant, compagnon et/ou parent.

Croquer le doctorant

Pour réaliser mes PhD cartoon, je m’inspire de mon expérience mais aussi de celles des autres, de mes amis doctorants, des commentaires postés sur Twitter ou sur ma page Facebook, de mes lectures, etc. Je ne cherche pas les idées, elles viennent à moi n’importe quand et n’importe où, il suffit que je lise ou que je regarde autour de moi pour que quelque chose se déclenche. Pour faire une comparaison, mon cerveau serait comme une énorme centrale à imagination, en perpétuelle ébullition, sur lequel il n’y aurait pas de bouton OFF. J’aurais voulu que mes parents soient plus riches pour qu’ils aient les moyens de m’équiper d’un bouton OFF à la naissance parce que c’est psychologiquement épuisant ! Bref, dès que j’ai une idée, je la dessine, le dessin nourrit cette idée et la fait évoluer. Je considère que mon dessin est terminé lorsque je commence à rigoler toute seule en le regardant. Certaines personnes me donnent aussi quelques idées et me sollicitent par exemple pour illustrer leur blog, un de leurs articles ou une affiche.

Je ne souhaite pas que transparaisse dans mes dessins uniquement le côté « souffrance » du doctorat parce que, selon moi, c’est dans cette dualité « souffrance-plaisir/enrichissement » que se construit le jeune chercheur, l’un ne va pas sans l’autre. L’humour permet alors de contrebalancer et d’apporter aussi ce côté « plaisir/enrichissement ». Certains dessins vont plus loin que la description du vécu du doctorant et amènent à se poser des questions plus générales sur le fonctionnement universitaire et notamment la (non) reconnaissance du diplôme doctoral. D’après les réactions qui me parviennent, et les commentaires que me laissent les doctorants et jeunes docteurs, il semblerait que mes dessins permettent à certains d’entre eux de se sentir moins seuls dans cette aventure. Pour d’autres, ces dessins semblent agir comme une sorte de catharsis : ils les aident à prendre de la distance.

Alors soyez au rendez-vous :) ! Tous les jeudis un nouveau PhD cartoon sur http://www.phdelirium.com/ 

Mes deux BD en vente : Ici

My PhD cartoon translated in english : Here

 

 

———-

[1] «La réflexion peut nuire gravement à la santé, ou du moins à la paix de l’esprit» (Kelchtermans G., 2001, « Formation des enseignants. L’apprentissage réflexif à partir de la biographie et du contexte »,  Recherche et formation, n°36, pp. 43-67)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Ressources, Humour/Détente

6 commentaires pour “ La thèse nuit gravement à la santé… ”

  1. Isabelle PEREE le 10 août 2012 à 16:57

    Tu me connais, c’est Zazie, ta graaaaande fan ! J’adore tes dessins parce qu’au delà de ton imagination extrêmement fertile, tu sais avec précision, mettre le doigt sur les défaillances du système … parce que le doctorat c’est aussi un système. Ce qui me touche le plus, c’est ce problème de communication existant entre le doctorant et ses proches ; leur faire comprendre ce qu’est une thèse et à quoi ça va servir relève d’un parcours santé à toute épreuve.Je me suis d’ailleurs découragée à le leur expliquer … ;-)Et puis, ils nous voient toujours petits et bêtes et ne peuvent imaginer un instant qu’un jour (si tout va bien) on sera “docteur, ” grade universitaire suprême et tellement envié par le bleu de 1ère année …
    Bonne suite, bonne chance ! Continue surtout à nous faire rire et rêver … parce que le doctorat, c’est parfois aussi du rêve, un rêve magnifique.

    • tisthese le 10 août 2012 à 17:14

      Oui je te reconnais :D Ma fane number one :)) L’un des objectifs du “dico du doc” qui sort en septembre 2012 (ma BD sur le doctorat) c’est exactement ça: essayer de faire comprendre à l’entourage (et autres) ce que le doctorant vit au quotidien. Parfois des mots ne suffisent pas, alors j’ai voulu l’expliquer en image..Bise et merci pour ton soutien :)
      Tis

  2. SOY le 21 juillet 2012 à 11:20

    Merci. Ces dessins sont particulièrement touchants. Bravo!
    difficile de ne pas être sensible à ce type de dessins. Au lieu de mettre les “mots” sur les “maux”, vous mettez les dessins sur les “maux” de la thèse. Je me reconnais complètement dans ces dessins. J’ai une activité professionnelle à côté de ma thèse, ce qui m’éloigne de mon laboratoire. L’identité professionnelle l’emporte souvent sur celle d’universitaire. Un équilibre doit pourtant être trouvé entre les différentes identités, que vous décrivez, pour avancer. Un exercice qui n’est pas toujours facile.

    • tisthese le 10 août 2012 à 17:09

      Merci c’est très gentil :D Oui pas facile de faire le grand écart entre activité pro et le doctorat, et encore moins facile avec une famille à charge !

  3. [...] mais les données empiriques ne manquent pas, ainsi qu’en témoignent, par exemple, le billet « La thèse nuit gravement à la santé… » publié récemment sur ce carnet, ou encore, outre-Atlantique, le billet « ”My grief lies [...]

  4. Marion Lamé le 18 avril 2012 à 10:16

    Merci. Ma thèse, et toutes mes autres activités universitaires, sont toujours allées de l’avant dès que le facteur « plaisir », lié au travail de thèse, entrait (Enfin !) dans la danse, soit en récompense de l’effort fourni pour supporter le côté « souffrance », soit en compensation de celui-ci. Je pense qu’il est trop négligé par les structures qui encadrent le doctorant, alors qu’il s’agit d’une motivation forte et peu dispendieuse, au regard d’un financement par exemple. L’analyse sonne très juste, les dessins aussi. J’en raffole, car ils vont effectivement au-delà de cette dualité souffrance / plaisir pour interroger également sur des aspects sociaux ou politiques.

Laisser un commentaire


Carnets de recherche