Approche méthodologique de la thèse à la française

Venus des cinq continents, la plupart pour un temps de séjour limité, les étudiants étrangers de niveau Master, Doctorat et Post-doctorat sont souvent déroutés par la reconnaissance et l’identification de notre dispositif d’énonciation scientifique : il implique, en effet, des constructions discursives et des savoir-faire culturels implicites qui sont rarement l’objet d’une formulation dans l’université après la licence.

Enseignante de littérature affectée par l’université à Cité Internationale Universitaire de Paris[1], j’ai été chargée de mettre en place un service pédagogique d’accueil et de suivi des étudiants internationaux. Depuis cette position d’enseignante rattachée à l’université mais dans une position d’extériorité par rapport à elle, rencontrant les étudiants dans leur singularité, j’ai pu constater des lacunes dans l’accueil réservé aux jeunes chercheurs étrangers qui viennent pour beaucoup se confronter à la langue française en la choisissant comme langue de travail scientifique : aucun encadrement méthodologique spécifique à l’écriture des sciences humaines et sociales ; très peu de formations en langues mises à leur disposition et elles sont souvent très chères ; aucun souci de transmission de notre culture universitaire qui doit être connue de tous parce qu’elle est universelle ; aucune perspective critique sur notre dispositif d’écriture scientifique, et une allégeance inquiétante au dispositif anglo-saxon (introduction, methods, results, discussion) qui avec les normes APA tend à s’imposer dans certaines disciplines (certains enseignements d’économie, de géographie, de psychologie par exemple, et par le biais des publications internationales).

Il m’est apparu nécessaire de rendre visible et observable un dispositif d’énonciation qui traverse les disciplines et caractérise l’écriture de la thèse à la française. Ce dispositif est fortement culturel, il s’inscrit dans des traditions discursives et rhétoriques anciennes. Il est l’objet de mon enseignement dans des ateliers que j’ai appelés:  « Écrire la recherche en français ».

Comment rendre visible ce dispositif d’énonciation?

En lisant, en observant les textes des penseurs de langue française dans tout l’éventail des sciences humaines et sociales, des disciplines artistiques[2]. Mon enseignement s’appuie donc sur la lecture et l’observation des grands textes pour dégager l’ensemble des traits caractéristiques, des figures, des modes de construction de la réflexion et de l’argumentation propres à notre écriture scientifique. Chaque lecture de texte donne lieu à l’examen d’une question relative à cette écriture : cette question conduit à l’exercice proposé et réalisé au sein même de l’atelier. Paul Ricœur distingue dans Sur la traduction « toutes les autres sortes de textes, où l’on fait autre chose que raconter, par exemple argumenter comme on fait en morale, en droit, en politique » et il précise : « Intervient ici la rhétorique avec ses figures de style, ses tropes, métaphores et autres, et tous les jeux de langage au service de stratégies innombrables, parmi lesquelles la séduction et l’intimidation aux dépens de l’honnête souci de convaincre »[3]. Je définis l’exercice de la thèse non pas comme l’écriture d’un texte argumentatif ou technique mais comme l’écriture de la pensée dans une discipline avec tous ses tours et stratégies innombrables ; j’insiste de ce fait sur la production du sens dans la mise en œuvre du discours.

Mes ateliers proposent des outils pour repérer, identifier, apprivoiser et s’approprier les exigences à l’œuvre dans la rédaction d’un mémoire de master, thèse, article scientifique, exercice d’autant plus redouté qu’il se déroule dans une langue étrangère à sa langue maternelle, mystérieuse, souvent récemment adoptée comme langue des travaux scientifiques. Car dès les premières expériences dans l’autre langue surgit une autre question : cette thèse que l’on a choisi d’écrire en français ne doit-elle pas aussi être pensée en français ? Et c’est ici le début d’une grande aventure, aussi périlleuse qu’exaltante et d’un immense labeur où l’étudiant entre deux langues est contraint de déplacer ses objets de recherche, de les repenser dans une autre langue. Si comme l’affirme Pascal « un même sens change selon les paroles qui l’expriment », comment soutenir ce passage, cette épreuve que François Jullien, philosophe et sinologue appelle « dépaysement de la pensée »[4] ?

Un dispositif qui traverse les disciplines

Il est à première vue difficile d’apercevoir au-delà du découpage des savoirs institués en discipline ces façons d’organiser un discours, d’argumenter, de raisonner, de démontrer et de convaincre qui précisément traversent les disciplines et construisent le discours de la recherche à la française. Je n’ignore pas, bien sûr, le vocabulaire ou les concepts propres à chaque discipline, pas plus que les protocoles, méthodes, approches, procédures qui divisent et spécifient chaque domaine du savoir universitaire. Les jeunes chercheurs avec lesquels je travaille arrivent avec des objets et des savoirs déjà constitués dans leurs disciplines et leurs langues. Le problème n’est donc pas là. Le problème, c’est comment transformer ces objets et ces savoirs en un discours scientifique recevable par la communauté universitaire et de plus dans une autre langue en passant par le prisme d’une autre culture universitaire et d’un autre régime de discours ?

A la différence des sciences dites dures qui s’écrivent dans le dispositif anglo-saxon, lorsqu’on aborde les Sciences Humaines et Sociales, les Arts (droit, philosophie, littérature, anthropologie, histoire, sciences politiques, sociologie, certains enseignements d’économie, sciences de l’éducation, de l’in­formation, etc…), la démonstration scientifique engage un ensemble de pratiques discursives où travail de la langue et travail de la discipline deviennent indissociables. Ceci ne devient une évidence à questionner que depuis l’extériorité constituée par la présence d’étudiants étrangers à nos traditions universitaires et à nos dispositifs rhétoriques qu’il s’agit ici de rendre accessibles.

Des traits caractéristiques de l’exposition à la française ? Comme nous pouvons le constater lors de l’étude des textes choisis et ainsi que je le résume pour les participants des ateliers, les Français annoncent toujours ce qu’ils vont faire avant de le faire : ils annoncent ce dont ils vont traiter, comment ils vont le traiter, dans quel ordre ; ils vont même jusqu’à annoncer la thèse non encore soutenue dans l’introduction. Et cette structure organise le document dans son ensemble jusqu’aux parties, sous parties et à sa plus petite unité, le paragraphe.

En ce qui concerne vos préoccupations sur l’écriture de la thèse en sciences sociales, je pourrais dire ceci. Ce qui distingue une science sociale d’une autre : un objet, des méthodes, des procédures. S’il existe bien un dispositif d’énonciation qui traverse l’ensemble des Sciences humaines et sociales, il y a aussi une écriture spécifique à chaque discipline, des attendus qui renvoient à l’histoire, la définition et l’épistémologie de cette discipline. Comment cette science est-elle née ? Comment s’est-elle détachée des autres ? Il faudrait revisiter cette histoire, les moments et les textes fondateurs pour cerner de plus près comment les recherches ultérieures ont été produites et métamorphosées à partir de cette matrice, puis réévaluées par les différents acteurs de la discipline aujourd’hui. Vaste programme !

Ainsi, élucider et rendre accessible le dispositif d’écriture scientifique à la française, c’est non seulement résister à l’uniformisation et au formatage de la pensée, c’est aussi, en apportant la preuve de la puissance et de la rigueur de cet outil méthodologique et rhétorique réputé complexe et insaisissable, resituer l’écriture de la science au cœur du dispositif scientifique. C’est encore ouvrir la voie à une réflexion sur la façon dont les sciences s’écrivent dans chaque pays et mettre l’accent sur les enjeux liés à cette transmission dans un monde globalisé.


[1] Enseignante Paris-Diderot Paris Sorbonne Cité affectée au Relais social international de la Cité internationale universitaire de Paris.

[2] A titre indicatif, citons Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Jacques Derrida, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Michel Serres, François Jullien pour la philosophie ; Pierre Bourdieu, pour la sociologie ; Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Françoise Héritier pour l’anthropologie ; Jean-Pierre Vernant, Michel de Certeau, François Hartog pour l’his­toire ; Roland Barthes, Julia Kristeva, Tzvetan Todorov, Pierre Bayard, François Cheng, Claude Hagège pour la littérature, la sémiologie et la linguistique ; Georges Didi-Huberman, Yves Bonnefoy pour l’histoire de l’art, Didier Anzieu pour la psychanalyse.

[3] Paul Ricoeur, Sur la traduction, Bayard, 2004.

[4] François Jullien, Conférence d’ouverture du colloque international « Etudier, chercher ailleurs : les étudiants étrangers dans l’université française », Cité débats, 2003.


 

Pour tous renseignements sur les ateliers: « Écrire la recherche en français » : contacter le Centre de Formation à l’Insertion des Doctorants (CFDIP), la CIUP ou karine2.rouquet@gmail.com

 

Articles publiés concernant les étudiants étrangers

Karine Rouquet-Brutin: « L’autre langue et la terre natale, la ‘Renfermée’, la ‘Taciturne’ (Hölderlin), celle que le voyage au dehors ouvre et rend accessible », à paraître dans Uma leia e meia.

– « Estudantes, pesquizadores, escritores no cruzamento de linguas e culturas », à paraître.

– « Passer, une frontière, trouver une langue », Actes du colloque de Louvain La Neuve « Violence politique, traumatisme, processus d’élaboration et création », Mai 2009, A paraître.

– « La question des frontières ou l’appel à l’autre », in Mana, n°14-15, L’Harmattan, 2007.

– « Destins métisses et constructions identitaires : l’appel à l’autre langue, l’autre culture », Actes du colloque Exils, migrations, création, Université paris 12-Val de Marne, Avril 2006.

– « La transmission de la recherche d’une langue à l’autre », Actes du colloque international « Etudier, chercher ailleurs, les étudiants étrangers dans l’université française », Cité-débats, 2003.


2 réflexions sur « Approche méthodologique de la thèse à la française »

  1. Cette formation est aussi importante qu’intéressante, mais quelle solution proposez-vous pour les étudiants qui ne peuvent pas assister?

    Avez-vous pensé par hasard aux formations en ligne?

    Merci, cordialement,

    Claudia Cardona
    ED 268

    1. Je ne connais pas assez bien les formations en ligne et les contraintes qu’elles impliquent. De plus, cet enseignement implique la présence active des participants.
      J’attends une réponse de la cité universitaire concernant des stages que je proposerais pendant les vacances de Pâques et en septembre et qui permettraient d’accueillir des doctorants des autres universités que celles impliquées par le cfdip de Paris Diderot. Et sinon je proposerai des ateliers par petits groupes dans un cadre privé. Mais bien evidemment, on reste à l’échelle parisienne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *