Nouvelles de l’enquête sur la qualité de vie des chercheurs en début de carrière

8 novembre 2012
Par

 

Une étude qui a suscité beaucoup d'intérêt

Vous avez été très nombreux à répondre à l’appel lancé au début de l’été : 2 285 doctorants, 335 étudiants de master et 243 post-doctorants. Je commence donc par remercier chaleureusement tous les participants qui ont consacré une partie de leur temps précieux à répondre au questionnaire. Ma reconnaissance va également aux jeunes chercheurs et aux responsables d’écoles doctorales qui ont contribué à diffuser largement l’information.

Le nombre aussi inattendu qu’encourageant de réponses et la réactivité des participants (plus de 2 000 réponses des seuls doctorants en moins de deux semaines en période de congés scolaires !) sont venus me conforter dans l’idée qu’une telle enquête répondait bien à une attente de la part des intéressés, attente qui a été exprimée de manière récurrente à la fin du questionnaire : « Un questionnaire qui touche à des points sensibles, cruciaux. », « J’espère que les différentes réponses apporteront un réel plus à la vie universitaire en général. » « Le doctorat est une formation invisible, personne n’en parle, personne ne s’inquiète des futurs chercheurs. », « Merci pour cette enquête qui, dans une acception bourdieusienne, permet de donner la parole aux “dominés” ! », etc.1

Il n’a pas encore été possible de traiter l’ensemble des données : l’étude se concentre sur les doctorants dans un premier temps, et sur un nombre limité de questionnaires, mais l’analyse se poursuit et une comparaison avec les étudiants de master et les post-doctorants est évidemment prévue.

Le premier volet de cette enquête a été réalisé dans le cadre d’un mémoire de master 1 de psychologie clinique à l’université de Nanterre, sous la direction du professeur Marie-Claire Gay. Il s’inscrit dans le cadre théorique de la Psychologie de la santé. Cette branche de la psychologie, née aux États-Unis dans les années 1980, se propose d’apporter un éclairage sur la santé et la maladie en prenant en considération de multiples facteurs – biologiques, psychologiques ou sociaux – qui interviennent dans les comportements de santé. En raison de l’hétérogénéité des déterminants qui interviennent dans la phase ultime du parcours universitaire qu’est la thèse, ce modèle intégratif et multifactoriel m’a semblé particulièrement pertinent pour aborder le champ encore assez peu exploré de la qualité de vie, du bien-être et de la santé mentale des doctorants.

Dans la mesure où le mémoire accompagné d’un résumé peut être téléchargé intégralement, ce billet ne rend pas compte de l’intégralité du travail, mais se concentre sur un élément qui m’a semblé particulièrement pertinent, parce qu’il était susceptible d’applications concrètes et immédiates : l’effet de variables comportementales telles que l’activité physique ou le sommeil sur le stress et, par voie de conséquences, sur la santé physique.

Près d'un cinquième des doctorant(e)s souffrent de stress 'pathologique'

En effet, diverses études, majoritairement réalisées auprès d’étudiants de premier ou de deuxième cycle, montrent que l’arrivée à l’université s’accompagne fréquemment de changements d’habitudes de vie et, parmi eux, d’une diminution significative de l’activité physique2. Or les effets bénéfiques d’une activité physique régulière, aussi bien sur le plan émotionnel que physiologique sont désormais bien démontrés en population générale : l’activité physique contribue non seulement à diminuer les risques de décès prématuré, de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral, d’hypertension, de cancers du côlon ou du sein, d’ostéoporose, etc., mais elle constitue aussi un moyen efficace de réduire l’anxiété et le stress3. Par ailleurs, l’effet négatif du stress sur la santé physique est également bien attesté, tout comme la relation étroite entre la qualité du sommeil et le stress.4

Dans le cadre de l’enquête, près d’un cinquième (18,7 %) des doctorants ont obtenu un score supérieur à 50 au test de stress perçu (Perceived Stress Scale de Cohen, Kamarck et Mermelstein, 1983), seuil au-delà duquel le stress est considéré comme pathologique (plusieurs études ont d’ailleurs établi que les étudiants sont, de manière générale, plus touchés par le stress que les populations non étudiantes du même âge). L'étude montre aussi une plus grande vulnérabilité à l’anxiété-trait et au stress perçu des doctorantes par rapport à leurs homologues masculins (voir mon mémoire, pp. 50-59). L’enquête a confirmé que, chez les doctorants également, une activité physique régulière permettait de réduire le stress et, par ce processus dit « médiateur »5, avait un effet indirect sur les symptômes somatiques, qui se trouvaient atténués.

Enfin, les participants qui ont évalué la qualité de leur sommeil comme satisfaisante ont obtenu des scores de stress perçu moins élevés que les autres. Il est tentant de se demander s’ils dorment mieux parce qu’ils sont moins stressés ou s’ils sont moins stressés du fait de leur sommeil réparateur… L’un et l’autre, si l’on en croit l’équipe de S. Brand6, qui rappelle qu’il existe une relation bi-directionnelle entre les troubles du sommeil et la santé physique aussi bien que mentale et qu’une mauvaise qualité de sommeil affecte la qualité de vie et les performances académiques.

En résumé, malgré les innombrables causes objectives et subjectives de stress qui sont le lot quotidien des jeunes chercheurs, s’astreindre régulièrement à un minimum d’activité physique – ou mieux… prendre du plaisir à s’y adonner ! – peut contribuer à vous rendre plus efficaces durant vos plages de travail. De même, avant de passer des nuits entières sur votre thèse, il est intéressant de songer à leurs conséquences à court, moyen et long terme, aussi bien sur votre réussite universitaire que sur votre santé en général. Souvenez-vous que, pendant que vous dormez, votre cerveau continue à travailler : vous avez toutes les chances de vous réveiller avec les idées plus claires et la plume (ou la souris) plus alerte le lendemain !

Un débat à ouvrir...

Les recherches sur les étudiants sont unanimes : il est nécessaire de mettre en place des programmes des actions de prévention et d'éducation à la santé, afin de promouvoir leur qualité de vie, leur bien-être et leur santé physique et mentale, et ce d’autant plus que les expériences déjà réalisées dans ce sens indiquent que de tels programmes se sont révélées efficaces7.

L’un des prolongements de l’enquête pourrait précisément prendre la forme d’une réflexion sur les modalités d’élaboration d’un tel programme. Pour l’heure, j’ai choisi de me focaliser sur un nombre limité de dimensions qui pourront servir de base à des travaux ultérieurs ; j’ai bien conscience, cependant, qu’il n’est pas possible de cerner des champs aussi vastes que la qualité de vie ou la santé mentale des chercheurs en début de carrière au moyen de questionnaires, même soigneusement sélectionnés et validés par une partie de la communauté scientifique. Il sera nécessaire de compléter ce travail en multipliant les angles d’approche, aussi bien sur le plan méthodologique – observation, analyse d’entretiens, etc. – que disciplinaire, en y associant, par exemple, sociologues et anthropologues. Espérons que des chercheurs d’autres disciplines que la psychologie viendront s’associer à cette aventure dans un avenir proche !

Pour en savoir plus sur l'enquête et/ou pour échanger sur ces questions, vous êtes les bienvenus à la prochaine séance du séminaire ACT, le lundi 19 novembre, de 13 h à 15 h, en salle Lombard (au 96 bd Raspail, 75006 Paris.). J'y interviendrai sur le thème suivant : "Le doctorat, période d'intense stimulation intellectuelle ou lieu de reproduction de la 'violence éducative ordinaire' ? Réflexions à partir d'une enquête sur les chercheurs en début de carrière"


  1. Même si je ne les évoque pas dans ce billet, j’ai également reçu bien d’autres commentaires, remarques et critiques, souvent très pertinents et constructifs, aussi bien sur la forme que sur la méthode ou les thèmes abordés par ce questionnaire. Merci à tous ! Je ferai de mon mieux – dans la mesure du possible – pour en tenir compte lors des prochaines étapes de ce travail. []
  2. Voir notamment Boujut, É. et Décamps, G. (2012). Relations entre les émotions négatives, l’estime de soi, l’image du corps et la pratique sportive des étudiants de première année. Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive, 22(1), 16-23. []
  3. Voir notamment Boujut, É. et Décamps, G. (2012). Relations entre les émotions négatives, l’estime de soi, l’image du corps et la pratique sportive des étudiants de première année. Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive, 22(1), 16-23. Pour une présentation précise et détaillée des différents effets de l’activité physique sur l’organisme, voir l’ouvrage de Bouchard, C., Blair, S. N. et Haskell, W. L. (2012). Physical Activity and Health. Champaign, IL : Human Kinetics. []
  4. Rares sont les concepts psychologiques qui peuvent se prévaloir d’une aussi grande diversité que le stress. C’est la théorie de Lazarus et Folkman (1984), largement prévalente dans le champ de la psychologie de la santé, qui a été adoptée dans la présente recherche. Le stress y est considéré comme « la relation particulière entre la personne et l’environnement, évaluée par la personne comme dépassant ou excédant ses ressources et mettant en danger son bien-être ». Il convient d’insister sur la dimension subjective de ce processus, car deux personnes peuvent réagir différemment à un même stresseur et il est nécessaire d’opérer une distinction entre les stresseurs environnementaux objectifs et l’impact subjectif d’une situation (Bruchon-Schweitzer, 2002). C’est ce dernier qui constitue la caractéristique du stress perçu. []
  5. Le processus de médiation est une chaîne causale hypothétique dans laquelle une variable affecte une seconde variable qui, à son tour, en affecte une troisième. Voir les schémas pp. 36 et 49 de mon mémoire. []
  6. Brand, S., Gerber, M., Beck, J., Hatzinger, M., Pühse, U. et Holsboer-Trachsler, E. (2010). High Exercise Levels Are Related to Favorable Sleep Patterns and Psychological Functioning in Adolescents: A Comparison of Athletes and Controls. Journal of Adolescent Health, 46(2), 133-141. []
  7. Frank, E., Galuska, D. A., Elon, L. K. et Wright, E. H. (2004). Personal and clinical exercise-related attitudes and behaviors of freshmen U.S. medical students. Research Quarterly for Exercise and Sport, 75(2), 112-121 ; Melo-Carrillo, A., Van Oudenhove, L. et Lopez-Avila, A. (2012). Depressive symptoms among Mexican medical students: high prevalence and the effect of a group psychoeducation intervention. Journal of Affective Disorders, 136(3), 1098-1103. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Les thématiques, 3. Professionnalisation, Le séminaire, Comptes rendus, Ressources, Etudes/Rapports

Un commentaire pour “ Nouvelles de l’enquête sur la qualité de vie des chercheurs en début de carrière ”

  1. emilie le 15 novembre 2012 à 6:47

    Merci !

Laisser un commentaire


Carnets de recherche