« L’écriture de l’élève » – entretien avec Howard Becker

Dans cet entretien réalisé par Alain Müller, et publié dans la revue ethnographiques.org, Howard Becker, l’auteur des incontournables Écrire les Sciences Sociales et Les Ficelles du métier, revient sur la situation particulière du jeune chercheur et ses effets (néfastes) sur sa manière d’écrire :

« La situation dans laquelle se trouve un étudiant qui écrit son travail de fin d’étude est tout à fait particulière. Cela n’arrive pas souvent et à partir du moment où il l’a écrit, il ne le refera plus jamais. Cela ne permet pas vraiment d’apprendre le travail de rédaction en sciences sociales car c’est l’unique fois dans leur vie où seules trois ou quatre personnes auront l’autorité complète de le juger. Cela n’arrive plus jamais ensuite. Dès que l’on cesse d’être étudiant et que l’on devient sociologue ou anthropologue « en activité », on diffuse son travail et, comme on dit en anglais, on l’adresse « to whom it may concern » (à ceux qui pourraient être concernés), c’est-à-dire à toute personne susceptible de le sélectionner et de le lire. C’est une situation complètement différente. »

Voici le lien pour trouver le texte complet de l’entretien (vous y trouverez également une petite vidéo). Bonne lecture !

Source : Alain Müller, 2009. « Dialogue avec Howard Becker : Comment parler de la société ? ». ethnographiques.org, Numéro 19 – décembre 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *