Le travail de thèse comme occasion d’exercer sa capacité de penser

 

Ceci est le compte-rendu de la séance du 16 avril 2010 du séminaire « Les aspects concrets de la thèse ».

« Que signifie penser ? » et « À quoi cela sert-il de penser pendant que l’on prépare une thèse ? » Voilà les questions par lesquelles Michel Beaud – auteur, entre bien d’autres ouvrages, de L’art de la thèse – a ouvert cette séance du 16 avril 2010.

Le mode de développement occidental a mené à une croissance des inégalités sans commune mesure dans l’Histoire, et se révèle incompatible avec une gestion soutenable des ressources naturelles, voire avec la survie du milieu naturel. Ce constat impose à chaque citoyen, et sans doute encore plus particulièrement aux chercheurs, un choix : s’en accommoder ou, au contraire, chercher à redonner une cohérence à l’humanité (cela impliquant, dans un premier temps, la prise de conscience que l’humanité est Une).

En cela, la recherche a un rôle. La pensée scientifique doit avoir pour ambition d’améliorer la connaissance et la compréhension des dynamiques écologiques, économiques et sociales qui sous-tendent le fonctionnement des sociétés. Cela est particulièrement important aujourd’hui tant les problèmes actuels sont différents de ceux que les générations précédentes ont pu connaître : inégalités sociales, épuisement des ressources naturelles (qui tient plus à la croissance exponentielle des « besoins » des populations riches qu’à la croissance démographique), conflits étatiques et intra-étatiques, enjeux environnementaux…

Prendre le « risque de recommencer à penser » semble donc une nécessité. C’est en effet par l’émergence d’innombrables cheminements de pensées que l’on obtiendra des réponses face aux bouleversements actuels auxquels l’humanité n’est pas prête à faire face : il existerait actuellement une nécessité radicale de cultiver la capacité de voir, d’interpréter, d’observer, de réfléchir, de débattre et de communiquer sur les urgences et leur dimension éthique (qu’est-ce qui relève de l’acceptable ou de l’insupportable ?). Chaque cheminement de pensée devrait donc contribuer à l’avancée de la pensée collective humaine.

« Recommencer à penser» car s’il nous faut être armés des traditions de pensée existantes pour construire notre propre mode de pensée, il ne faut pour autant s’y enfermer. Il faut franchir de nouvelles étapes et ainsi s’inscrire dans le processus de cummulativité des connaissances. Et si ce ne sont des chercheurs qui s’y attèlent, d’autres le feront : experts, firmes internationales…ayant d’autres intérêts que les chercheurs (ou l’idéal que l’on s’en fait). Nous savons par exemple que l’humanité a été capable d’utiliser des technologies nocives en sachant parfaitement les dangers qu’elles représentaient (Michel Beaud s’appuie ici sur la défense acharnée des gazes CFC par les industries américaines qui en connaissaient les risques pour la couche d’ozone). L’évolution de la pensée voudrait donc que cette expérience soit retenue et que des recherches poussées soient menées avant de renouveler ce type de problèmes (voir par exemple l’utilisation des nanotechnologies actuellement).

« Le risque de penser » car, si nous subissons tous de nombreuses contraintes au cours de notre recherche (contraintes de vie, de thèse, d’inscription dans le champ de recherche…) nous devons garder un espace de liberté pour poser les questions concernant les inégalités, l’épuisement des ressources ou les enjeux environnementaux – des questions, il est vrai, qui ne sont pas toujours les bienvenues. Ce faisant, nos recherches peuvent contribuer à l’élaboration collective de réponses aux problèmes actuels. Au contraire, ne pas poser ce type de questions revient, bien souvent, à s’interdire une compréhension réelle des phénomènes analysés (il est par exemple délicat de travailler sur les politiques liées au VIH/sida sans prendre en compte le contexte d’inégalités dans lequel celles-ci s’inscrivent).

En cela, la thèse doit être pour partie vécue comme une étape du processus de construction de notre pensée. Processus car il serait illusoire d’attendre un moment où notre cadre de pensée sera définitivement établi. Ce ne sera jamais le cas (même si certains se sont arrêtés de penser après l’agrégation…). Tout cadre de pensée n’est que provisoire et en constante évolution. Il faut en permanence chercher à le construire, le modifier, le bousculer malgré les blocages que certaines écoles de pensées ont pu créer (via par exemple un directeur de thèse ou un laboratoire qui nous inciterait à ne pas en sortir). Il faut donc un sens à la pensée mais surtout accepter que celle-ci connaisse différentes évolutions. La thèse constituerait alors plus une étape de ce cheminement que son aboutissement.

La crainte de ne pouvoir tout dire au cours de sa recherche de thèse n’est donc pas fondée. D’autres étapes suivront et permettront l’expression, ainsi que la construction permanente, de nos cadres de pensée. L’ambition de mettre en lumière tous les problèmes du monde que nous connaissons est vaine, mais la contribution de chacun à ce processus est possible, voire nécessaire. La thèse doit donc être guidée dès ses débuts par une « pensée » qui n’est pas que la simple articulation de concepts ou de phrases, mais bien la capacité à utiliser toutes les ressources dont nous disposons. En ce sens, s’il existe des niveaux différents de pensée, chacun d’entre nous en est capable et chaque occasion, si anodine soit-elle, doit être saisie. Comme l’exprime Michel Beaud : « Toute pensée figée est une pensée morte et il n’est rien de plus extraordinaire qu’une pensée en mouvement. »

Compte rendu rédigé par  Maxime Godefroy (Université de Lille II, CERAPS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *