Quelle place pour les activités d’animation scientifique dans un parcours doctoral ?

FannyChabrol_GiadaDanesi_ACTDiverses activités jalonnent le parcours d’un doctorant : participer à des colloques ou à des journées d’études, organiser des rencontres scientifiques ponctuelles, animer un atelier ou séminaire de recherche, intégrer un réseau de (jeunes) chercheurs, voire en assurer la coordination. Ces tâches n’ont pas un caractère impératif, si ce n’est peut-être la première d’entre elles, devenue relativement incontournable pour celles et ceux qui prétendront à une carrière de chercheur. Mais elles relèvent toutes d’une certaine conception d’un « dynamisme de recherche » de plus en plus valorisé, notamment au sein d’institutions telles que le CNU (le Conseil National pour les Universités)[1]. Et chacune représente, pour le doctorant qui s’y implique, des opportunités de valorisation scientifique, de socialisation universitaire et d’insertion professionnelle.

Or ces activités se révèlent particulièrement chronophages et invitent à réfléchir à la place à leur donner dans une trajectoire individuelle. C’est la raison pour laquelle une séance du séminaire des Aspects concrets de la thèse leur a été consacrée, le 15 avril, en présence de deux jeunes chercheuses venues partager leur expérience en la matière. Fanny Chabrol, chercheure associée à l’IRIS, a contribué à créer en 2008 le réseau « Jeunes chercheurs en sciences sociales et VIH » et a également coordonné le réseau « Santé et société » au cours de l’année 2010. Giada Danesi, doctorante de l’IIAC, a quant à elle co-organisé les journées doctorales de son institut de recherche en 2012. Toutes deux ont mis en discussion, à l’occasion de cette séance, ces moments particuliers de fabrication et d’acquisition de savoirs et de savoir-faire, leur portée, et leur inscription au cœur du doctorat en SHS.

La séance a été filmée par Mathieu Rouault, fondateur de l’équipe Docteo. Vous pouvez la visionner ici :

Afin de compléter ce document en images, je ferai ici un rapide compte rendu des présentations des intervenantes et des échanges suscités par leurs propos.

S’impliquer pour être acteur de son parcours de formation

Deux intervenantes, deux parcours singuliers. Nos invitées ont d’abord évoqué les raisons qui les ont poussées, respectivement, à s’impliquer dans une activité d’animation scientifique. Bien que différentes, leurs deux expériences témoignent d’une même envie de participer à une aventure collective au sein de leur communauté scientifique. Et si elles reconnaissent une part de hasard dans leurs trajectoires, nous retiendrons surtout que pour l’une et l’autre, et quels que soient les motifs à l’origine de leur décision, c’est le passage à l’acte qui fait du doctorant l’acteur de son propre parcours de formation.

L’environnement dans lequel se joue ce passage à l’acte est celui du contexte institutionnel proche : l’espace du bureau que l’on partage, le cadre du laboratoire de recherche auquel on appartient. Cette spatialisation de l’engagement souligne à quel point l’équipe de recherche du doctorant (et pas seulement celle de son directeur de thèse) ancre localement une distribution d’opportunités. Dès lors, bien sûr, que le doctorant est attentif à ce qui s’y passe, qu’il s’informe sur ce qui s’y fait, ou va se faire, et qu’il parvient à se (faire) reconnaitre comme ressource potentielle et à se rendre disponible pour un projet qui l’intéresse.

S’impliquer requiert enfin de prendre en compte la nature de l’initiative que l’on souhaite rejoindre (un réseau pensé et défendu par des chercheurs internationalement reconnus dans le cas de Fanny, des journées doctorales bien établies dans son institut pour Giada). La genèse de l’événement, ses éventuels « parrains » ou soutiens, et son mode de fonctionnement définissent des niveaux de perspectives – présentes et futures – très variables pour le doctorant (par exemple en termes de rémunération possible ou d’accès à un réseau plus ou moins étendu). Il importe enfin d’articuler ses intérêts personnels (rencontrer d’autres doctorants, découvrir un projet collectif, être perçu comme membre actif de son laboratoire, etc.) à l’envergure plus large du projet en question, de telle sorte d’y trouver un équilibre qui corresponde aussi aux engagements pris par le doctorant vis-à-vis de l’équipe qu’il intègre.

Un engagement individuel au bénéfice du collectif ?

Il existe une très forte dimension collective dans le type de projets que recouvrent les activités d’animation scientifique. D’abord parce qu’ils sont souvent portés par des équipes. Ensuite parce qu’ils sont destinés à une partie de la communauté scientifique qui dépasse largement le nombre restreint de personnes en charge du projet. Ainsi, les journées doctorales dont s’est occupée Giada Danesi ont été mises en place grâce à un groupe de quelques volontaires, tout en bénéficiant directement et indirectement à l’ensemble des doctorants et chercheurs de son UMR et même au-delà (de l’intervention de chercheurs extérieurs lors des journées, à la mention de cet événement comme point positif dans le rapport d’évaluation par l’AERES de l’unité).

TravailCollaboratif

Intégrer ces collectifs est une façon de compenser des inégalités parfois fortes entre doctorants et entre centres de recherches. C’est le cas en établissant un mode alternatif de valorisation des doctorants (par distinction avec les trop peu nombreux contrats doctoraux par exemple), en démultipliant les réseaux auxquels ils ont accès, et en leur donnant une existence institutionnelle et scientifique que le seul statut de doctorant ne garantit qu’a minima. Les projets dont il est question ici autonomisent leurs membres, à la fois dans le sens de les responsabiliser, mais aussi dans le sens de leur faire intégrer d’autres espaces de recherches, parfois prisés. Dans un article récent[2] co-signé par Fanny Chabrol, les auteurs, tous impliqués dans le « réseau des jeunes chercheurs Santé et Société », expliquent comment ce réseau spécialisé est devenu un véritable acteur dans le domaine des sciences sociales de la santé.

Le bénéfice individuel à retirer de ce type de participation est donc multiple. Intégrer une équipe vient notamment rompre l’isolement du doctorant. Plus encore, s’impliquer dans un projet collectif de recherche permet de renforcer ses réseaux de connexions et d’information, aussi bien académiques qu’institutionnels (comme dans le cas des acteurs de santé publique proches du réseau coordonné un temps par Fanny Chabrol). Enfin, nos deux intervenantes rappellent que leur participation a également été l’occasion d’acquérir de nouvelles compétences. Ce point a d’ailleurs suscité un débat avec les auditeurs présents sur la reconnaissance de telles compétences (dans les domaines de la communication ou de la gestion de budget par exemple). Comme Fanny Chabrol le précise, ces éléments ne sont pas si facilement exploitables dans les dossiers de recrutement de MCF. Comment, alors, valoriser les compétences acquises tout en évitant de s’enfermer dans un profil d’accompagnateur de la recherche au détriment de celui de chercheur ? La question se pose selon l’orientation que l’on souhaite donner à la suite de sa carrière.

En tout état de cause, le temps du doctorat est un moment d’auto-formation. A plus d’un titre. Il appartient donc à chacun de faire des apprentissages permis par ces activités d’animation scientifique les leviers de l’élaboration d’une future candidature.  La nature du projet est, de ce point de vue, déterminante.

La nature du projet et sa dimension thématique

Le débat qui a suivi les présentations a éclairé une profonde différence entre les deux récits rapportés. Fanny Chabrol a souligné l’importance du contexte de son engagement dans des activités d’animation scientifique : celui de son retour de terrain. Alors qu’elle revenait en France et se confrontait au matériel collecté, elle vit émerger des questions d’ordre méthodologique et conceptuel dont la mise en discussion lui paraissait nécessaire, ou du moins profitable. Elle a donc cherché à se mettre en relation avec d’autres jeunes chercheurs partageant ses questionnements. Tous travaillaient sur la question du VIH, à laquelle ils revendiquaient une certaine spécificité. Ici, le lien entre les acteurs du collectif est double (à la fois la temporalité du traitement des données au retour du terrain, et la particularité du sida comme objet) et surtout, il est directement issu de leurs recherches individuelles.

La démarche de Giada Danesi s’inscrit dans une trajectoire tout autre. Elle-même le reconnaît, l’un des plus grands défis à l’organisation des journées doctorales fut l’élaboration d’une problématique et d’un appel à contribution. En effet, les 150 doctorants de son institut travaillent sur des objets très différents, et avec des approches tout aussi variées. Qui plus est, aucun des membres responsables de l’organisation des JD n’était spécialiste de la question finalement posée (celle des crises), ce qui s’est avéré être une difficulté supplémentaire dans le montage d’un programme cohérent sur le plan scientifique. Le soutien obtenu d’Edgar Morin à leur projet tend à prouver que le défi a été largement relevé.

Dans le premier cas, de jeunes chercheurs promeuvent une forme de dialogue scientifique dont le contenu les intéresse au premier degré. Cette caractéristique les inscrit dans une durabilité de l’échange et donne du sens à la communauté de membres ainsi réunis, ce dont atteste par ailleurs le succès du réseau thématique. Dans le second cas, la dimension conjoncturelle de l’exercice n’en est pour autant pas moins fructueuse puisqu’elle conforte la place des doctorants comme membres actifs de leur institution, et qu’elle a également donné lieu à l’édition d’un guide des JD à l’attention des futurs organisateurs. Ce guide est le fruit d’une réflexion sur la capitalisation d’expériences passées et sur le besoin de former les doctorants à la gestion de tels événements.

D’autres témoignages nous auraient certainement apporté un éclairage encore différent sur ces activités d’animation scientifique. En effet, en premier lieu, ces activités apparaissent au prisme de la manière dont chacun s’approprie l’aventure. Dans le même temps, les récits de Fanny Chabrol et Giada Danesi ont largement dépassé le cas individuel. Les invariants de leurs propos nous montrent notamment que ces activités contribuent à façonner le parcours du doctorant qui y consacre une partie de son temps et de son énergie. Peut-être sans lui garantir plus de certitudes quant à son futur recrutement, mais de façon certaine en lui donnant une chance de s’exercer très concrètement à la recherche par la recherche, dans toutes ses dimensions. Une expérience utile donc, souvent valorisable, mais qui – rappelons-le – ne se substitue en aucune façon à l’objectif premier du doctorat : la rédaction d’une thèse.


[1] Ce qui apparaitra par exemple dans les recommandations adressées aux candidats au poste de maitre de conférences des sections 19 et 20.

[2] Marc Bessin, Fanny Chabrol, Janina Kehr et David Michels, « Le “Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société” : un acteur des sciences sociales de la santé », Socio- logos. Revue de l’association française de sociologie [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 10 juillet 2012, Consulté le 03 février 2013. URL : http://socio-logos.revues.org/2671


Une réflexion sur « Quelle place pour les activités d’animation scientifique dans un parcours doctoral ? »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *