Bien débuter sa thèse

« Bien débuter sa thèse », compte rendu du séminaire Les aspects concrets de la thèse, 26 novembre 2008

Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp, doctorants TSD et représentants élus des étudiants de la formation, organisent un séminaire de rencontre pour aider Masters et Doctorants de sciences humaines dans les contraintes matérielles et organisationnelles de la réalisation de leur thèse, tous les 2ème et 4ème mercredis, de 17h00 à 19h00, Salle 10 ou 7 selon l’effectif présent, au 105 bd Raspail, à partir du 26 novembre 2008. Si ce séminaire avait une devise, elle serait : « ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant ! »

Etaient également présentes Marie-Claude Finas, secrétaire de la formation doctorale « Territoires, Sociétés et Développement » (TSD) et Marie-Vic Ozouf Marignier, directrice de cette même formation. TSD est une formation pluridisciplinaire (géographie, histoire, archéologie, sociologie, anthropologie et économie) travaillant sur les relations (perception, représentation, organisation, aménagement) entretenues par les sociétés avec leurs territoires (urbains, ruraux, littoraux, continentaux ou frontaliers) à différentes échelles (du local au global) et dans la longue durée (de l’antiquité à nos jours) et sur les différents aspects sociaux, économiques, historiques et théoriques du développement, dans une perspective comparatiste. L’approche culturelle, attentive aux savoirs, aux identités, au paysage et au patrimoine se combine avec une orientation socio-économique tournée vers les logiques d’acteurs, le développement économique et les questions environnementales.

Marie-Vic Ozouf Marignier, directrice d’étude EHESS, a abordé les points suivants :

  • Comment bien démarrer une thèse ?
  • Qu’est-ce qu’une formation doctorale ?
  • Importance du texte d’enregistrement au fichier central des thèses
  • Cotutelles: avantages et difficultés
  • Codirections
  • Laboratoires d’accueil
  • Bourses et aides (allocations, prix Saint-Simon, colloques, journées d’étude, aide au terrain)
  • Mobilité (cotutelles, Erasmus, Eiffel, etc.)
  • Accès à l’informatique
  • Accès aux bases de données en ligne et aux formations

(les quatre derniers points n’ont pas vraiment été abordé, non ?)

Comment bien démarrer une thèse ?

1°) Ne pas rester isolé, ne pas s’enfermer pendant trois ans ou plus.

Choisir des séminaires méthodologiques en plus du séminaire du Directeur de recherche (référent principal) pour créer une « sociabilité étudiante », pour échanger.

2°) Profiter du système d’enseignement collégiale de l’EHESS pour discuter avec d’autres chercheurs et d’autres enseignants.

Qu’est-ce qu’une formation doctorale ?

Une formation doctorale telle que ‘Histoire et Civilisations’ est une équipe pédagogique qui rassemble tous les historiens qui peuvent appartenir à des spécialités différentes qui, elles, regroupent une quinzaine de personnes. Il faut savoir que le ministère ne reconnaît que l’Ecole Doctorale de Sciences Sociales et non les formations doctorales. Cela signifie que les formations doctorales selon la discipline, le thème, l’aire culturelles sont informelles. Cependant elles encouragent les initiatives collectives. Elles jouent un rôle d’appoint avec le Directeur d’études, augmentent la fréquence des rencontres. Il est important de savoir que le ‘Conseil Pédagogique de Formation’, dont les organisateurs du séminaire sont les représentants étudiants, est à votre écoute et peut vous conseiller.

Importance du texte d’enregistrement au fichier central des thèses

Cela prend valeur d’affichage et permet de se protég

er du plagiat. C’est une couverture pour le terrain. Il est important d’y clairement identifier son corpus, son terrain, sa période. En le consulter, on a une idée de ce qu’il faut y noter et cela permet de connaître ceux qui travaillent dans le même domaine. Le fichier central des thèses (FCT) est consultable via Internet.

Il a été créé en 1968 pour recenser les thèses en cours de préparation dans les universités françaises. A partir de 1974, les disciplines de lettres, sciences humaines et sociales, droit, science politique, sciences économiques et de gestion ont toutes eu l’obligation d’enregistrer les thèses en préparation dans leurs domaines. Aujourd’hui, le FCT contient environ 85 000 titres de thèses en cours.

Le FCT est géré par l’université de Paris X – Nanterre. Les thèses déposées et soutenues sont consultables via le SUDOC. Le catalogue du Sudoc vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents. Le Répertoire des centres de ressources donne accès à diverses informations les concernant. Pour la période antérieure à 1971, la BNF est une bonne source d’information (thèses de 1871 à 1971) : Catalogue BN-Opale Plus

La centralisation des thèses en cours dans une base de données accessible au public sur Internet permet aux futurs doctorants, aux directeurs de thèses, et plus largement à l’ensemble de la communauté scientifique, d’avoir une connaissance aussi exacte que possible de l’état de la recherche doctorale en cours, et de pouvoir faire le point sur un thème de recherche ou sur une discipline. Le site du FCT indique la démarche à suivre pour trouver les informations. Il est utile de consulter le FCT avant sa propre inscription au FCT

Cotutelles : avantages et difficultés

La cotutelle est toujours internationale. Elle fait toujours l’objet d’une convention signé par les établissements universitaires dans les deux pays et par l’étudiant. Elle prévoit beaucoup de choses: la durée (3 ans impératifs sauf avenant), le financement des frais de déplacement éventuel des directeurs de recherche, ainsi que ceux du jury lors de la soutanance, langues de la thèse, de la soutenance, du résumé, etc. La cotutelle est destinée à créer des relations entre équipes et à encourager la mobilité de l’étudiant, mais elle est assez rigide, entraine un tas de paperasses et nécessite que les parties soient bien en accord. En outre, il faut être attentif aux règles, à la langue ou notations exigées particulières à chaque pays.

Codirections

La codirection entre deux établissements d’un même pays est possible depuis août 2006. Cependant, chaque professeur doit indiquer la pertinence des

2 codirecteurs (objet, aire culturelle ou discipline). En outre il faut penser à l’affinité entre les deux, établir les bonnes relations dès le départ et impérativement statuer sur la répartition des rôles dans l’encadrement pour ne pas blesser des sensibilités. Laboratoires d’accueil et directeur de recherche Le laboratoire d’accueil n’est pas automatiquement celui du Directeur d’études, par exemple dans le cas où celui-ci est habilité à diriger des recherches à l’école sans y être rattaché.

Question : comment savoir qu’on a choisi le bon directeur ?

Se renseigner sur le nombre d’élèves et se fier à son ‘feeling’. Un directeur de recherche est avant tout un pilote,

quelqu’un qui sait se rendre accessible. Il n’est pas forcément judicieux de choisir des personnes très connues ou habituellement très sollicitées comme gage d’un bon suivi. Comme le rappelle Marie-Vic, le laboratoire n’a techniquement pas grand-chose à offrir à ses étudiants : pauvre en moyens financiers, il n’offre pas grand-chose sinon des pages web, une mailing liste et la possibilité de discuter de son travail en échange d’un effet d’affichage quand son étudiant publie un article. Cependant, il est important pour la ‘sociabilité intellectuelle’, les relations interpersonnelles avec le Directeur d’études et les membres du laboratoire d’accueil. Donc, il ne faut pas hésiter à les « sur-solliciter » volontairement pour des journées d’études, des colloques ou des publications. L’important est de savoir ce qui prime : être un bon étudiant ou être l’élève d’Untel ? L’interactivité entre le bien de l’étudiant et le bien du labo est fondamentale. Informez-vous sur les programmes de recherches ponctuels ouverts, sur la perméabilité des laboratoires et de groupes, la possibilité d’obtenir des plans des séminaires, des bibliographies.

Bourses et aides

Ce point n’a pas été développé par manque de temps. Le séminaire aura le loisir de creuser ces questions plus avant par la suite.

Pour un aperçu, se référer aux fiches d’informations « Bourses et aides », « Programme de mobilité » et « Financement et professionnalisation des doctorants » de l’EHESS accessibles sur le portail étudiant

Ne pas hésiter à contacter Véronique Conuau pour toutes questions relevant de ces problèmes.

Accès à l’informatique et accès aux bases de données en ligne et aux formations

Le temps a manqué pour traiter de ces points. Sont accessibles par Internet Calenda et www.revues.org.

Il existe une formation informatique au 96 Bd Raspail, en vue du dépôt des thèses sous format électronique. Il s’agit d’une formation aux feuilles de styles. S’inscrire auprès de Marie-Christine Vouloir. La formation pour l’anglais semble déjà complète pour cette année. Ne pas parler anglais est un vrai handicap pour un chercheur.

Le séminaire s’est terminé par un pot convivial qui a permis à ceux qui avait un peu de temps de faire connaissance. Un problème a été soulevé par une étudiante travailleuse sur la difficulté d’obtenir le plan et la bibliographie d’un séminaire. Si le professeur du séminaire n’a pas le temps de s’en occuper, n’hésitez pas à demander soit au labo auquel vous êtes rattachés, soit à la liste des étudiants qui à mon avis est une excellente initiative.

Prochaine séance le 10 décembre 2008 : « Docteurs SHS, des compétences à valoriser pour la performance de l’économie de la connaissance »

Intervenante : Amandine Bugnicourt, docteure en biochimie, directrice de ADOC Talent Management, cabinet spécialisé dans le conseil en recrutement de docteurs « Parce que les entreprises évoluent dans l’économie mondiale de la connaissance, elles ont besoin de collaborateurs capables d’innover, relever les défis de demain, gérer la complexité des risques … Adoc Talent Management les accompagne pour définir leur besoins en compétences, identifier les meilleurs talents et s’ouvrir au vivier des cadres à haut potentiel créatif et docteurs »

Je termine par un conseil pertinent d’Henriette Asséo lors d’un séminaire de méthodologie qui m’a été fort utile pour le Master : Tenir un carnet de bord propre à la thèse. Y consigner toutes les démarches faites avec les dates. Cela facilite l’écriture ultérieure de la thèse. Selon Henriette Asséo, feuilleter ce carnet permet parfois d’avoir des éclairs de pensée.

Bon courage à tous

Christiane Nantois Pigeon, Doctorante première année en Histoire et Civilisations

Moritz Hunsmann & Sébastien Kapp


2 réflexions sur « Bien débuter sa thèse »

  1. Bonjour
    est ce qu’en remplissant le formulaire de FCT dans lequel le nom, la date de naissance et l’adresse figure, ce dernier sera rendu publique avec ces infos ou uniquement le nom du doctorant avec le sujet de thèse ?

    Merci de votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *