La thèse et l’après-thèse. Bien démarrer l’année et son doctorat

17 février 2014
Par

Le 2 décembre 2013, le séminaire des Aspects concrets de la thèse recevait Xavier Paulès, maître de conférences à l'EHESS où il a été, pendant plusieurs années, chargé de mission à la vie étudiante. Une séance qui soulignait que l’avenir professionnel du doctorant se dessine bien avant la fin de sa thèse ...

Dès le début de la thèse, préparer l’après-thèse

Xavier Paulès (DR)

 L’après-thèse doit se considérer avec autant d’exigence que l’excellence du travail fourni.  De nombreuses démarches, incontournables, semblent parfois dénuées de sens ; en  première année, on est avant tout accaparé par l’esquisse d’un premier corpus, son  périmètre, l’organisation des premiers travaux… Mais il ne faut pas oublier les « actions  satellites », primordiales pour avancer sereinement : demandes de financements,  publications, mise en place d’un réseau, participations et organisations des colloques, conférences et autres séminaires, demandes de stages… Toutes ces démarches sont autant de stratégies pour se présenter progressivement à une communauté de chercheurs qui n’offrira que très difficilement une place à ceux restés dans l’ombre.

Se faire connaître, créer un réseau, est donc impératif : la tour d’ivoire du doctorant n’est qu’une chimère. En sortir, c’est envisager la recherche comme un travail, une émulation collective. Internet est un formidable accélérateur pour faire les bons choix quant aux réseaux qui nous conviennent : publications, séminaires, blogs, colloques... Mais aussi prix et autres distinctions, auxquels il ne faut pas hésiter à concourir : « J’ai croisé, au cours de ces dernières années, des gens qui avaient un potentiel incroyable, mais à le sous-estimer et le censurer par manque de confiance ou trop d’humilité, ils ne s’en sortent que difficilement (voire pas du tout) », insiste Xavier Paulès. La meilleure manière de faire est de confronter son travail au jugement de ses futurs pairs.

Dès lors, que ce soit pour traiter collectivement d’un sujet ou tout simplement pour des rencontres informelles, les moments de sociabilité sont importants. Ceux qui sont liés à la vie étudiante sont précieux : entre doctorants il est plus facile d’exprimer ses doutes, de poser des questions, d’échanger tout simplement. Sans l’éventuelle pression du directeur de thèse ou du corps enseignant.

Très tôt, se mettre à écrire... 

L’organisation de l’écriture est strictement personnelle : il faut parvenir à connaître son fonctionnement, et s’y tenir pour produire un texte de qualité.

Xavier Paulès propose cette liste de fondamentaux :

  • Ne pas commencer au milieu de la troisième année.
  • Se défaire de la contrainte du chapitre : se servir des échéances d’appel à communications et publications pour orienter l’écriture.
  • Pas convaincu(e) par un papier ? L’envoyer quand même. Il sera jugé et annoté, parfait pour affiner la forme d’un texte ou faire évoluer son contenu.
  • Toujours écrire dans la langue de destination : certaines idées, exprimées dans une langue, demandent toujours un travail de version minutieux, au risque de perdre la substance même du propos.
  • Rédiger assez rapidement l’introduction et la conclusion. Ce sont les racines pour le reste.
  • En première année, place à la spontanéité, à l’écriture sans objectif précis, excellent moyen de préciser le périmètre de recherche.
  • Dès le début, comprendre la ligne éditoriale d’une thèse... en consultant des thèses, tout simplement.

Le mieux est de travailler en ayant conscience de multiples critères, décisifs : nombre de pages, niveau de discours, attrait narratif et didactique ; et – notamment dans l'objectif de publier ensuite la thèse – de composer un texte qui s’offre aux lecteurs, pas seulement aux scientifiques et experts.

Préparer la soutenance

Des docteurs se rencontrent à l'Université de Paris

Des docteurs se rencontrent à l'Université de Paris

Préparer sa soutenance, c’est l’envisager de manière concrète et pragmatique.
Environ trois mois avant le jour J, tout doit être mis en œuvre en termes d’organisation pour éviter la précipitation des derniers instants : les derniers jours avant la soutenance, tout se bouscule, le monde s’écroule, plus rien d’autre n’a d’importance. C’est normal. La soutenance est le point d’orgue de vos années de travail, il faut la préparer avec soin. Attention au calendrier : les places sont chères, un phénomène d’embouteillage est de coutume aux mois de juin et septembre, et ce n’est pas un hasard : c’est la course pour les dépôts de dossiers (CNRS, post-doc, etc.).

Le choix du jury est un passage délicat mais obligatoire. À faire avec le directeur de thèse qui aura, de toute façon, le dernier mot. Le mieux est de préparer une liste en fonction de critères utiles, pas affectifs… quoique ! La constitution du jury doit se faire en fonction des disciplines évidemment, mais aussi en fonction de l’intérêt pour le sujet. Attention à la « compatibilité » des membres du jury (conflits, concurrences...).

Bien connaître les membres de son jury est primordial : biographies, publications, connaissances de votre domaine… Maîtriser leurs profils, c’est mieux anticiper leurs questions. S’il y a des retours sur le pré-rapport de thèse, ils sont à prendre en compte sérieusement ; on ne peut pas s'autoriser de vexation, ou se réfugier derrière une divergence de point de vue : si les rapporteurs ont fait des remarques lors du pré-rapport qui ne sont pas prises en compte dans votre discours en début de soutenance, ils lanceront l’attaque à l'oral. Cela risque alors d’être cinglant, à moins que le doctorant n'ait vraiment les armes et les justifications nécessaires.

Publier la thèse : faire exister votre savoir, développer votre savoir-faire

La publication au fil des années, sur tous les supports existants, permet de se familiariser avec l’environnement de l’édition, pour le point d’orgue de la thèse : le livre.

Le jury, lors de la soutenance, délivre généralement un avis favorable à la publication quand il s’agit d’un travail sérieux, cohérent, logique. Mais un tel avis ne garantit rien. Gagner les rayonnages est un travail fastidieux ! Attention : le monde de l’édition est victime des enjeux économiques et de la difficulté de survie d’un bien commun devenu valeur marchande standardisée. Certaines thèses, moins bonnes que d’autres, se retrouveront en tête de gondole car certains éditeurs feront payer une patente en échange d’une place de choix... Accepter de payer est une grave erreur ! Rester attentif et bien connaître les éditeurs permet d'éviter de très mauvaises surprises.

Devenir pro (-visoire)

Trop tarder à s'insérer professionnellement après la thèse, c’est risquer de se déconnecter du réseau que l'on a mis du temps à forger : « Je suis revenu de Chine deux ans après la fin du doctorat. A l’époque je ne considérais pas ces histoires de réseau ou d’acte de présence dès la fin de ma thèse, comme importantes. Sauf qu’en France tout le monde m’avait oublié, j’ai dû redoubler d’efforts pour me réintégrer », voilà comment Xavier Paulès interpelle sur ce point. Même pendant un post-doc, il faut rester vigilant sur sa propre visibilité dans les cercles académiques que l'on veut intégrer in fine.

Un jeune docteur doit bien sûr manger pour vivre : il existe une multitude de statuts, plus ou moins attractifs en termes de salaire et de mission, et c’est l’heure de ne rien refuser : chargé de cours, post-doc, ATER… Même si les contenus ne sont pas directement liés à nos spécialités, il faut savoir « faire flèche de tout bois ».

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Les thématiques, 1. L'écriture, Les thématiques, 3. Professionnalisation, Les thématiques, 6. Encadrement/Soutenance, Le séminaire, Comptes rendus, Le séminaire

Laisser un commentaire