Publier dans une revue à comité de lecture : stratégies éditoriales dans un monde concurrentiel

7 mars 2014
Par

La séance du 16 janvier 2014 des Aspects Concrets de la Thèse était consacrée à la publication d’un article dans une revue à comité de lecture. L’invité était le sociologue Jean-Louis Genard, rédacteur en chef de la revue électronique de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), SociologieS. Fort de son expérience, il nous présente le contexte politico-social et les enjeux épistémologiques de la publication pour les jeunes chercheurs d’aujourd’hui.

 La séance a été filmée par Mathieu Rouault (Docteo). Vous pouvez la visionner ici :

 

Un contexte de concurrence et de course à la publication

Computer_keyboard

Jean-Louis Genard observe une augmentation vertigineuse des candidatures à la publication qui a évidemment pour corollaire une concurrence de plus en plus grande entre chercheurs, jeunes ou confirmés. En effet, le nombre de postes ne s’accroît pas à la même vitesse que le nombre de postulants. L’exigence « de se construire un C.V. », ajoute-t-il, est de plus en plus lourde pour lancer sa « carrière ». Le raccourcissement du temps passé à élaborer une thèse provoque une « course à l’accumulation des lignes dans les C.V. », note-t-il. Conséquence : le comité de rédaction de la revue SociologieS constate que de nombreux articles sont trop vite écrits. La baisse de qualité des textes soumis et l’inadéquation des articles aux appels peuvent être une conséquence dommageable de la course à la publication. Pour pallier ce second défaut, la revue offre un espace « Premiers textes », dont Jean-Louis Genard explique qu’il permet de présenter sa recherche sans contrainte thématique. Il n’est ainsi pas nécessaire, en une stratégie parfois maladroite, de faire entrer sa recherche dans l’appel d’offre de la rubrique « Dossiers ». Une autre stratégie éditoriale s’apparente à du « recyclage » d’article, selon l’expression de l’intervenant, consistant à publier un texte relativement identique dans plusieurs revues afin de gonfler la liste de ses publications. Ces stratégies sont une réponse à « un formatage de l’évaluation des carrières et des C.V. », indique l’intervenant. Les commissions d’évaluation du Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS) en Belgique, ne lisent pas toujours les trois articles significatifs des candidats, sûrement par faute de temps. L’attention se porte ainsi sur les journaux dans lesquels ces publications se trouvent. Le référencement dans Google scholar joue ainsi un rôle important. Le facteur d’impact suscite lui aussi des stratégies, comme l’autocitation ou les citations réciproques au sein d’une même équipe de recherche. « Sans être exagérément caricatural et pessimiste, c’est la réalité », constate J.-L. Genard qui propose ensuite quelques éléments d’explication.

 

De quelques effets de la réforme de Bologne

Le raccourcissement des thèses est lié à l’impact des réformes issues du processus de Bologne qui ont instauré le système Licence/Master/Doctorat (LMD). Une thèse devrait aujourd’hui durer trois ans. Sébastien Kapp fait cependant remarquer que la durée moyenne des thèses à l’EHESS – 250 défendues par an –  s’élève à un peu plus de six années [1] …! Les thématiques traitées doivent ainsi s’ajuster à ce rétrécissement du temps.

En arrière-plan, c’est bien de la formation des étudiants dont il est question. En France et en Belgique, les compétences théoriques acquises jusqu’au Master, ainsi que la capacité à déployer une certaine autonomie dans la recherche seraient en question par rapport à ces cursus. Les universités canadiennes, par exemple, proposent peu de cours magistraux durant le Master mais privilégient les lectures approfondies de certains textes ainsi que des travaux d’écriture, au contraire de la France et de la Belgique où ce type de cours forme les étudiants à une plus grande variété d’auteurs et de théories mais avec moins d’exercices ciblés et de mise en pratique. Les étudiants canadiens peuvent avoir de nombreuses lacunes dans l’histoire de leur discipline mais ils savent lire et commenter des textes. Réaliser une thèse en peu d’années nécessite ainsi que l’acquisition des compétences de recherche commence plus tôt, dès le Master. Dans cette logique de promotion du Master, un des critères d’octroi de financements pour d’importants projets de recherche au Canada est l’intégration de masterant(e)s. Alors qu’il y a vingt ans les étudiant(e)s canadiens venaient nombreux faire leurs études en France, on assiste à une inversion de la tendance. Jean-Louis Genard propose une explication : l’encadrement des jeunes chercheurs par leurs enseignant(e)s. Alors qu’au Canada une charge de formation doctorale est rémunérée et a valeur d’une unité d’enseignement à part entière, les chercheurs français ou belges perçoivent une prime [2], en plus de leurs charges de cours. Les écoles doctorales ont peu de moyens octroyés à l’encadrement des étudiant(e)s. Les enseignant(e)s ont ainsi moins de temps à consacrer à leurs étudiant(e)s (Ali et Rouch, 2013).

Les crédits européens, les fameux ECTS, ont permis de formaliser et d’unifier les pratiques des différents États européens en matière de notation. Certaines institutions universitaires s’en servent pour répartir en crédits la valeur de différentes productions. Sébastien Kapp relate qu’à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), le mémoire de thèse vaut 60 crédits sur les 120 nécessaires à l’obtention du diplôme. Les autres 60 points sont dévolus aux publications, participations à des colloques, organisations d’événements scientifiques (comme des journées doctorales). L’annexe du règlement de la faculté de sciences sociales de l’ULB propose le découpage suivant : la publication d’un livre vaut 15 points et la publication d’un article…également. Le calcul d’intérêt n’est pas très compliqué…d’autant plus qu’il est rare de publier un livre avant la fin de la thèse.

 

En arrière-plan, une épistémologie qui déploie « une conception cumulative de la science »

165px-RobertFuddBewusstsein17Jh

La production de thèses courtes renvoie à une conception particulière de la recherche, rapprochant les sciences humaines et sociales de mécanismes propres aux sciences dures. Il s’agirait davantage de vérifier une hypothèse non testée jusqu’ici au sein d’un corpus théorique bien délimité, un état de l’art bien connu. Le jeune chercheur semble ainsi devoir faire preuve d’originalité dans un domaine hyperspécialisé, plutôt que de répondre à une grande question à l’aide d’une assise théorique solide et généraliste. Les thèses en sociologie avaient jusqu’alors une culture plus spéculative nécessitant un apprentissage lourd de la littérature généraliste. Un écart générationnel opère bien ici. Jean-Louis Genard rappelle qu’il a écrit une thèse de 1300 pages. Ceci peut avoir des conséquences lors d’une tentative de publication : les articles de jeunes chercheurs peuvent être refusés par les comités de lecture constitués de chercheurs plus expérimentés qui cherchent les signes d’une bonne assise théorique.

Les thèses susceptibles de donner lieu à la publication d’un ouvrage tendent à être remplacées par des thèses qui articulent plusieurs articles publiés pendant ou après la soutenance : Jean-Louis Genard suggère qu’il paraît aujourd’hui plus important d’avoir des articles publiés dans des revues reconnues au niveau international que d’avoir publié sa thèse sous la forme d’un ouvrage. Le type de rationalité mobilisée dans ces deux formats n’est, semble-t-il, pas tout à fait le même, du moins cette différence se pose comme question. La rédaction d’articles dissipe-t-elle la montée en généralité de la pensée, importante dans un ouvrage, construite sur plusieurs années d’enquêtes et de réflexions ?

S’ajoute à cette tendance cumulative un renforcement de la conception positiviste de la scientificité. En sociologie, les financements des recherches commandées sont souvent liés, comme le note l’intervenant, à une « demande d’indicateurs » explicitant un phénomène social et donnant à l’Etat des outils pour aider à la décision. C’est un type de « gouvernance par objectifs », ajoute-t-il. Cela s’accompagne de la restructuration des centres de recherche dont la taille importante est valorisée contre les petites structures considérées trop fragiles économiquement, car incapables d’attirer les crédits européens d’envergure.

Ce détour qui cherche à mettre en lumière une certaine dynamique contemporaine de la recherche et de son écriture, permet de comprendre, un peu, les ressorts d’un monde où le jeune chercheur souhaite faire entendre sa voix. Sans plus de préambules :

 

Quelques conseils pour publier

  • L’originalité : Veillez à ce que votre article ouvre une nouvelle problématique ou une nouvelle question dans une problématique déjà existante. Pour ce faire, bien connaître l’état de l’art est un début nécessaire, mais les bonnes intuitions réalisent aussi une part non négligeable du travail. Il faut saisir ce qui est intéressant aujourd’hui. Un exemple : Après les travaux inauguraux de Thévenot et Boltanski (1991), le thème de la participation a fleuri dans les années 1990, mais il est aujourd’hui très difficile de publier autour de ce thème largement traité.
  • La clarté et la cohérence : Montrez que vous maîtrisez votre méthodologie, soyez réflexifs afin d’être clairs sur la place de l’empirie et de la théorie dans votre article. Un résumé de douze lignes doit énoncer clairement une ou deux idées, pas plus.
  • Mobiliser une intelligence collective: Faites-vous relire avant d’envoyer un article. N’ayez pas peur des critiques. Trouver des lecteurs impitoyables et ne vous vexez pas. Adressez-vous aussi bien à des collègues doctorant(e)s qu’à des chercheurs plus expérimentés. Si votre article vous est renvoyé pour demandes de modifications : modifiez-le et renvoyez-le. Nombreux sont les articles qui ne reviennent jamais dans les mains du comité de lecture parce que leurs auteurs ont interprété une demande de modifications comme un refus déguisé. Habituez-vous aux refus, vous les rencontrerez souvent, mais prenez-les comme une occasion d’améliorer votre pensée.
  • Cibler les revues : Privilégiez les revues à comité de lecture avec anonymisation, qu’elle prenne la forme d’une évaluation en double ou à l’aveugle. Lisez et chercher à comprendre le type d’articles que recherche la revue dans laquelle vous souhaitez publier. Bien choisir, c’est déjà éviter un refus par erreur de ciblage (ex : La revue a-t-elle une aire géographique de prédilection ?) Mieux vaut publier peu dans des revues de qualité plutôt que de multiplier les papiers dans une revue de centre au lectorat plus limité, et dans une certaine mesure, déjà acquis à votre cause. Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’une revue a refusé votre article qu’une autre ne l’acceptera pas. Tapez à plusieurs portes ! Pour vous aider à vous repérer  sachez que l’AERES publie une liste de revues qu’elle estime être de bonne qualité.
  • L’internationalisation/l’anglicisation : C’est un vrai avantage de lire et d’écrire en anglais et de faire des séjours à l’étranger durant son doctorat. Les mentions de la littérature anglo-saxonne dans les projets et les publications sont attendues.
  • C’est bien d’être publié, c’est  encore mieux d’être lu ! L’offre de lecture est aujourd’hui immense et nous sommes entrés dans l’ère du numérique. Une revue en ligne ou une revue papier disponible en ligne offriront certainement plus de visibilité à votre article qu’une revue disponible sur seul papier.

Ne courez pas derrière votre point final, justifiez-le ou pour le dire avec Jean de La Fontaine, « Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. »

Noémie Merleau-Ponty

tortue de Floride

Indications bibliographiques

Nawel Aït Ali et Jean-Pierre Rouch, 2013, « Le « Je suis débordé » de l’enseignant-chercheur, Petite mécanique des pressions et ajustements temporels », Temporalités, n°18 'Temporalités de la recherche' (http://temporalites.revues.org/2632).

Luc Boltanski et Laurent Thévenot, 1991, De la justification : Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard.

Alexandre Mathieu-Fritz et Alain Quemin, 2007, « Publier pendant et après la thèse. Quelques conseils à l’attention des jeunes sociologues », Socio-Logos (http://socio-logos.revues.org/107)

 

2 Voir les rapports de M. Bustamente publiés en 2008 et en 2012


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Les thématiques, 2. Publier/Communiquer, Le séminaire, Comptes rendus, Les thématiques

3 commentaires pour “ Publier dans une revue à comité de lecture : stratégies éditoriales dans un monde concurrentiel ”

  1. koxie81 le 18 mars 2014 à 15:57

    Bonjour et merci mille fois pour votre réponse, cela m'encourage à continuer dans cette voie et à tenter ma chance :)

  2. koxie81 le 14 mars 2014 à 18:25

    Bonjour

    Je suis très sensible à votre blog ainsi qu'à vos articles concernant les moyens de diffusion des recherches menées pendant et après la thèse. Comme beaucoup de jeunes chercheurs je suis à la recherche d'un poste MCF en sciences humaines (Histoire) mais hélas les places se font très rares, ce qui est assez décourageant.... Or, je suis sur le point de publier ma thèse (mon manuscrit est presque terminé). Voici ma question : pensez-vous qu'une thèse publiée est un avantage pour obtenir un poste à l'université? En vous remerciant par avance pour votre réponse,

    Koxie81

    • Sébastien Kapp le 18 mars 2014 à 15:15

      Bonjour,

      les publications présentent en effet une grande plus-value en vue d'un recrutement, la publication de la thèse étant, de mon point de vue personnel, ce que l'on peut espérer de mieux en tant que jeune docteur.
      Bonne chance dans vos recherches !

      SK

Laisser un commentaire