Stress, stratégies de coping et santé physique chez les chercheurs en début de carrière

Stress-ZebraStripesLa question du « mal-être » et des risques psychosociaux dans le milieu universitaire a longtemps été passée sous silence. Peut-être les chercheurs se considéraient-ils comme trop privilégiés pour oser se plaindre ? Pourtant, dans un univers en pleine mutation, certaines voix  commencent à se faire entendre, pour évoquer l’épuisement professionnel (article publié dans Le Monde, 17 février 2014), la satisfaction de vie et la santé mentale des universitaires (Mark & Smith), ou encore l’expérience des  chargé(e)s de recherche recrutés en Belgique sur des postes à durée déterminée par le Fonds national de la recherche scientifique (Fusulier et del Rio Carral)[1].

Les doctorants, qui constituent une population particulièrement vulnérable du fait de l’extrême précarité souvent liée à leur statut, ne sont pas oubliés : une enquête est actuellement en cours auprès des doctorant(e)s de l’université catholique de Louvain et de l’université libre de Bruxelles  et certains des lecteurs de ce carnets de recherche avaient répondu au début de l’été 2012 à une enquête sur les chercheurs en début de carrière, qui s’intéressait notamment aux déterminants de leur santé physique et mentale, dont les premiers résultats avaient été présentés ici[2]. Il était montré notamment que le niveau de stress des doctorants était particulièrement élevé, mais que ceux dont la qualité du sommeil était satisfaisante et qui avaient une activité physique régulière étaient sensiblement moins stressés que les autres. Je souhaiterais partager dans ce billet ce que l’analyse des stratégies de coping (également nommées stratégies d’ajustement) a pu apporter et évoquer les prolongements de cette enquête.

Cadre théorique et méthode d’enquête

Ce travail conserve une inscription théorique dans le cadre de la psychologie de la santé, qui cherche à prendre en compte dans la mesure du possible l’ensemble des facteurs individuels, sociaux, et environnementaux pouvant jouer un rôle dans l’apparition de maladie ou susceptibles d’intervenir dans la prévention des risques. Il s’appuie en particulier sur le modèle transactionnel stress-coping développé par Lazarus et Folkman (1984)[3]. Dans ce modèle, le stress est considéré comme une « transaction particulière entre la personne et l’environnement dans laquelle la situation est évaluée par l’individu comme dépassant ou excédant ses ressources et mettant en danger son bien-être » (p. 19). À la différence d’autres théories comme, par exemple, celle du père du concept de stress Hans Selye, il n’est pas conçu simplement comme « la réponse non spécifique[4] de l’organisme à toute demande qui lui est faite » (1936), ni comme un élément du contexte, mais comme un processus dynamique d’interaction entre l’individu et son environnement. Deux personnes peuvent réagir très différemment à un même événement et il convient donc d’insister sur la dimension subjective de ce processus, en distinguant les stresseurs environnementaux objectifs de l’impact subjectif d’une situation (Bruchon-Schweitzer, 2002). Coping_image

Quant aux stratégies de coping (terme dérivé de l’anglais « to cope (with) », « faire face, s’adapter (à) »), elles renvoient aux moyens que déploie un individu pour s’adapter à un événement stressant et sont définies comme « l’ensemble des efforts cognitifs, constamment changeants, déployés par l’individu pour gérer des exigences spécifiques, internes et/ou externes, évaluées comme consommant ou excédant ses ressources » (Lazarus et Folkman, 1984, p. 141).

Les réponses à un événement stressant ne sont pas exclusivement cognitives et comportementales, elles engagent également des processus émotionnels. Elles ont deux fonctions : contribuer à modifier une situation perçue comme stressante d’une part, favoriser la régulation des émotions négatives associées à la situation d’autre part. Lazarus et Folkman distinguent initialement deux catégories principales de stratégies d’ajustement : le coping centré sur le problème et le coping émotionnel. Le premier est utilisé lorsque l’individu perçoit qu’il peut contrôler, dans une certaine mesure, la situation stressante et agir pour améliorer les choses, le second lorsqu’il se sent impuissant. Une troisième stratégie a été mise à jour à partir de leurs travaux, la recherche de soutien social, qui participe des deux autres : elle est centrée sur le problème lorsqu’il s’agit, par exemple, de demander conseil à une personne compétente pour résoudre la difficulté ; elle est émotionnelle lorsqu’elle consiste simplement à partager la réaction suscitée par un événement stressant avec une personne potentiellement compréhensive (parent ou ami) qui n’a pas de compétence particulière pour solutionner le problème.

Recourir successivement ou simultanément à différentes stratégies est fréquent : imaginez-vous qu’à mi-parcours de votre recherche doctorale, vous découvriez subitement qu’un autre doctorat vient d’être soutenu exactement sur le même sujet (exemple inspiré d’un cas réel…). Il est vraisemblable que, si vous avez l’impression que vos efforts des deux dernières années sont, de ce fait, réduits à néant, votre première réaction sera d’ordre émotionnel – découragement, dépit, colère, etc. Dans un second temps, plusieurs stratégies d’ajustement s’offrent à vous : vous laisser submerger par le dépit et abandonner votre thèse (maintien du coping émotionnel), appeler un(e) ami(e) pour lui faire part de votre désarroi (coping émotionnel avec recherche de soutien social), contacter votre directeur de recherche pour lui demander ce qu’il vous reste à faire (coping centré sur le problème avec recherche de soutien social), vous procurer la thèse en question, la lire attentivement, et réfléchir à la meilleure façon de prendre appui sur cette recherche récente pour la compléter, la prolonger ou…en faire la critique (coping centré sur le problème). Selon le contexte, ces stratégies peuvent être adéquates ou inadéquates par rapport à la recherche de solution. De nombreuses études démontrent que le coping centré sur le problème ou la recherche de soutien social consistant à demander conseil sont les plus adaptées, et que la santé physique et psychologique des personnes qui les adoptent est généralement meilleure que celle des individus qui ont tendance à recourir fréquemment au coping émotionnel.

Afin de compléter la première partie de l’étude, je me suis intéressée tout particulièrement au rôle des stratégies de coping des doctorants, en cherchant à prendre en compte l’effet de variables indépendantes telles que le sexe, l’âge, le milieu d’origine, l’activité physique ou la qualité du sommeil sur le stress et sur ces stratégies d’ajustement. Le modèle suivant, inspiré du celui de Lazarus et Folkman, repris par Bruchon-Schweitzer, a été mis à l’épreuve :

Graph_PH_1

Plusieurs hypothèses fondées sur les recherches les plus récentes en psychologie de la santé ont été formulées. Je m’attendais notamment à observer une relation positive entre des niveaux élevés d’anxiété-trait[6], de stress perçu, et une forte tendance au coping émotionnel. À l’inverse, des niveaux d’anxiété-trait et de stress perçu peu élevés seraient associés à une meilleure tendance au coping centré sur le problème. Le stress perçu et les stratégies d’ajustement jouent, dans ce modèle, un rôle sur la santé physique : plus le stress est important et plus le coping est d’ordre émotionnel, plus les plaintes somatiques seraient nombreuses. Je présumais également que les personnes pratiquant une activité physique régulière seraient moins stressées et en meilleure santé que celles qui ne font pas de sport. Ainsi que nous le verrons, toutes les hypothèses ne sont pas vérifiées !

Pour évaluer ces différentes dimensions, des questionnaires et des échelles validées en psychologie ont été utilisés : l’anxiété-trait a été mesurée à l’aide de la State-Trait Anxiety Inventory, trait form (STAI-Y, Spielberger, 1969), le stress perçu, au moyen de la Perceived Stress Scale (PSS-14,Cohen, Kamarck, & Mermelstein, 1983), les stratégies de coping par la Way of Coping Checklist – Revised(WCC-R, Vitaliano et al., 1985) et la santé physique grâce à l’échelle des symptômes somatiques de la Symptom Checklist 90 (SCL-90, Derogatis, 1994)[7]. 

Les participants étaient un peu moins nombreux que dans la première partie de l’enquête, car le questionnaire sur les stratégies de coping était facultatif et tous ne l’avaient pas rempli. Le nombre de participant s’élevait à 1 549 (dont 66,7 % de doctorantes), âgés en moyenne de 28 ans (alors que, pour mémoire, le nombre total de participants au départ était 2285). Les doctorants inscrits en lettres et en sciences humaines étaient les plus représentés (49,6 %), suivis par les sciences et technologies (39,4 %), puis par l’ensemble droit, sciences politiques, économie, gestion et administration (6,1 %) et la santé (médecine ou pharmacie, 4,9 %).

Des résultats en partie inattendus et contrastés

Dans l’ensemble, les hypothèses de départ ont été confirmées. Ainsi que le montre le tableau ci-dessous, il existe bien une relation positive entre des niveaux élevés d’anxiété-trait, de stress perçu et une tendance au coping émotionnel, ainsi qu’une relation entre des niveaux peu élevés d’anxiété-trait et de stress perçu et une tendance au coping centré sur le problème. Mais l’effet des stratégies de coping sur la santé physique n’a pas été vérifié, et celui de la pratique sportive sur le stress aussi bien que sur la santé s’est révélé nettement plus faible que prévu. En outre, contrairement à mes attentes (fondées sur un examen de la littérature afférente à la question), certaines variables socio-démographiques contrôlées dans l’enquête – comme le fait de bénéficier d’un financement institutionnel pour la thèse, d’être ou non en couple, l’orientation disciplinaire, la nationalité ou le fait d’avoir pour langue maternelle une langue autre que le français – n’exerçaient d’effet réellement significatif ni sur le stress perçu, ni sur la santé physique. À titre indicatif, le détail des corrélations entre les variables apparaît dans le tableau ci-dessous[8] .

 

1

2

3

4

5

6

1. Anxiété-trait

 

 

 

 

 

 

2. Stress perçu

81**

 

 

 

 

 

3. Coping centré sur le problème

-.47**

-.44**

 

 

 

 

4. Coping émotionnel

.69**

.63**

-.37**

 

 

 

5. Recherche de soutien social

-.09**

-.07**

.36**

.01

 

 

6. Symptômes somatiques

.5**

.46**

-.13**

.36**

.02

 

7. Activité physique

-14**

-.14**

.11**

-.1**

.02

-,13**

** p < .01

En pratique, ce que nous enseignent ces résultats, c’est d’abord qu’un(e) doctorant(e) anxieux(se) et/ou stressé(e) présente davantage de risques d’adopter une stratégie d’ajustement inadéquate. Face aux inévitables difficultés du parcours, il/elle aura peut-être tendance à adopter une conduite d’évitement – se distraire de façon excessive, boire de l’alcool –, ou encore à se laisser envahir par la tristesse, ruminer des pensées négatives, s’auto-dévaloriser, etc. Ces réactions sont normales et parfois utiles comme « soupapes de sécurité », à conditions qu’elles ne se prolongent pas. Elles sont cependant plus ou moins automatiques et gagneraient souvent à être examinées en prenant un peu de recul.

 S’il peut en effet arriver à tout un chacun, à un moment ou à un autre, d’être submergé par des pensées du type « Je n’y arriverai jamais, je suis nul(le) de toutes façons, et je ferais mieux de tout laisser tomber ! », dans le cas de l’ajustement émotionnel, cette cognition est entretenue involontairement, et l’émotion négative qu’elle suscite (tristesse, honte, colère, etc.) a tout le loisir de s’amplifier, donnant potentiellement naissance à une spirale d’échec. L’attitude centrée sur le problème consiste notamment à accepter la ou les pensées qui surviennent, aussi désagréables soient-elles, tout en se demandant quelles sont les ressources à disposition, qui permettraient de reprendre, ne serait-ce qu’un peu, le contrôle sur la situation. Diverses stratégies peuvent être adoptées : se focaliser sur une tâche limitée (lecture d’un article ou d’un chapitre de livre pertinent pour la thèse, rédaction d’un paragraphe, recherches bibliographiques), tenir un « journal de bord » en notant les étapes déjà réalisées et en planifiant la suite du travail, s’accorder une pause bénéfique, appeler ou voir un(e) ami(e), etc. L’humour peut également vous être d’un grand secours, ainsi qu’en témoignent les divers blogs de doctorants qui florissent sur Internet, et vous pouvez toujours vous dire : « Je ne suis peut-être pas une lumière, mais est-ce bien nécessaire pour obtenir un doctorat ? ». Une personne peu anxieuse aura tendance à adopter spontanément de tels comportements, tandis qu’une autre, qui l’est davantage, aura besoin de faire un effort supplémentaire pour découvrir les ressources susceptibles de faire évoluer la situation. Le doctorat peut ainsi constituer, en plus du reste, un moyen de mieux se connaître soi-même ! 

L’effet relativement limité de l’activité physique sur le stress et sur les symptômes somatiques, qui est observé dès lors qu’on prend en compte les stratégies d’ajustement dans les calculs statistiques, ne signifie pas qu’il faut renoncer à son jogging ou à sa séance de piscine ! D’innombrables études ont déjà démontré l’influence positive de la pratique sportive sur la santé physique et mentale à court, moyen et long terme[9]. Toutefois, les bénéfices s’accroissent avec le temps et c’est surtout au-delà de 40, voire de 50 ans, qu’ils se manifestent le plus clairement. Il n’est guère surprenant que des doctorants, souvent âgés de moins de trente ans, soient encore en bonne santé physique, même s’ils ne pratiquent pas (ou peu) de sport. Prendre soin de sa santé n’en demeure pas moins fondamental[10].

Les résultats de l’enquête ont laissé entrevoir d’importantes variations interindividuelles. Alors que près d’un tiers des participants a obtenu un score élevé à l’échelle d’anxiété-trait, il est notable que 40 % des participants ont obtenu un score peu élevé – tous ne vont donc pas si mal que cela ! – et que 30 % se situent dans la moyenne. De même, l’évaluation du stress perçu a montré que près d’un cinquième des doctorants présentaient des niveaux anormalement élevés et que seuls 3 % des doctorants obtenaient un score considéré comme faible, mais une grande majorité (78 %) se situait dans la catégorie médiane (stress perçu modéré).

Et maintenant ?

L’intérêt suscité par le premier volet de l’enquête m’encourage à poursuivre cette recherche, en explorant d’autres dimensions. Je compte en particulier m’intéresser aux facteurs qui distinguent les individus les plus aptes à faire face au stress universitaire (de plus en plus souvent désigné par l’expression « stress académique ») de ceux qui rencontrent davantage de difficultés, ainsi qu’aux stratégies que mettent en place les chercheurs en début de carrière pour traverser le plus sereinement possible cette période de transition, qui se présente simultanément comme le dernier maillon du cursus universitaire et le premier de leur entrée dans le monde du travail. Une enquête sur ce thème, qui fera appel cette fois à une méthode mixte associant recherche qualitative et quantitative commencera d’ici quelques mois. De nouveaux questionnaires seront mis en ligne d’ici la fin de l’année 2014 et, comme en 2012, votre participation est fondamentale pour permettre de disposer de données représentatives. L’analyse des questionnaires sera complétée par des entretiens et j’invite d’ores et déjà les doctorants qui seraient intéressés d’y participer à me contacter (ph[at]ehess.fr).

Disposer de telles informations ne constitue pas une fin en soi et il ne saurait être question de se contenter d’évaluer les déterminants du mal-être ou du bien-être sans chercher à mettre en place, à plus long terme, des dispositifs d’aides efficaces qui répondent véritablement aux attentes des intéressés de façon à « (ré)enchanter la thèse »[11]. En l’absence de réponses institutionnelles satisfaisantes à ce jour, c’est à tous ceux qui se sentent concernés par cette question qu’il appartient d’agir. À titre d’exemple, un groupe de travail composé de doctorants et de chercheurs titulaires a été mis en place tout récemment à l’IRIS (Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux, EHESS), qui se fixe pour objectif d’apporter, dans la mesure du possible, des améliorations aux conditions de travail des doctorants en réponse à leurs demandes. Dans ce cadre, une recherche interventionnelle visant à favoriser l’accompagnement psychologique de ceux qui en éprouvent le besoin est envisagée. Dans un contexte où l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche suscitent bien des inquiétudes, une telle démarche peut sembler une goutte d’eau dans l’océan, mais, comme le colibri de la légende, je fais de mon mieux pour « faire ma part »[12].


[1]Mark, G., & Smith, A. P. (2012). Effects of occupational stress, job characteristics, coping, and attributional style on the mental health and job satisfaction of university employees. Anxiety, Stress & Coping, 25(1), 63‑78 ; Fusulier B., del Rio Carral M, 2012, Chercheur-e-s sous haute tension. Vitalité, compétivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain.

[2] Maître de conférences à l’EHESS ayant repris un cursus d’études en psychologie, j’avais effectué ce travail dans le cadre d’un Master de psychologie à l’université de Nanterre sous la direction du professeur Marie-Claire Gay (http://www.researchgate.net/profile/Marie-Claire_Gay ). Il a notamment été question de cette enquête dans le cadre du séminaire ACT en novembre 2012, dont Laurence Bianchini a rédigé un compte rendu [http://www.mysciencework.com/news/9357/qualite-de-vie-et-doctorat-vous-avez-dit-quoi], et lors d’une présentation à la 27e Conférence de la European Health Psychology Society à Bordeaux en juillet 2013.

[3] Lazarus, R.S., Folkman, S., 1984. Stress, appraisal and coping. NewYork : Springer.

[4] C’est-à-dire la réponse immédiate, quelle que soit la situation. Cet usage pourrait être inspiré de la biologie, qui distingue deux types de réponses du système immunitaire : une réponse « non spécifique », innée, dont l’action ne dépend pas du micro-organisme combattu et une réponse spécifique ou « immunité acquise » qui passe par la reconnaissance de l’agent agresseur.

[5] Pour une présentation synthétique de ce modèle, voir notamment Untas, A., Koleck, M., Rascle, N., & Bruchon-Schweitzer, M. (2012). Du modèle transactionnel à une approche dyadique en psychologie de la santé. Psychologie Française, 57(2), 97‑110.

[6] Il est d’usage, en psychologie, de distinguer l’anxiété-trait, caractérisée comme « une tendance stable et généralisée à percevoir les situations aversives comme dangereuses », de l’anxiété-état, « sentiment d’appréhension, tension et activation autonome momentanées, liées à un événement spécifique » ; voir Bruchon-Schweitzer, M. (2002). Psychologie de la santé. Modèles, concepts et méthodes. Paris : Dunod, p. 187.

[7] Pour en savoir plus sur ces outils, voir Bruchon-Schweitzer, Ibid.

[8] La liaison entre deux variables est notée par un chiffre entre 1 et -1. Si le résultat est proche de 0, cela indique qu’il n’y a pas de lien entre les deux (c’est par exemple le cas, dans le tableau, entre la recherche de soutien social et les symptômes somatiques ou l’activité physique, puisque le résultat est .02 dans les deux cas et, en effet, on peut tomber malade, que l’on ait ou non tendance à rechercher de l’aide auprès d’autrui). Si deux variables vont dans le même sens, le résultat se situe entre 0 et 1 ; plus la relation entre deux éléments est forte, plus le résultat se rapproche de 1, comme l’indique par exemple le résultat de la relation entre anxiété-trait et stress perçu (.81), qui signifie que les personnes de nature anxieuses sont aussi – en moyenne – les plus stressées. Un résultat entre -1 et 0 se présente lorsque deux variables sont inversement liées (comme l’activité physique avec l’anxiété, le stress ou les symptômes somatiques) : les personnes qui ont une activité physique régulière sont moins anxieuses, moins stressées et en meilleure santé physique que celles qui ne font pas ou peu de sport. Il est à noter cependant qu’un coefficient de corrélation élevé ne suffit pas à prouver qu’il existe une relation de causalité entre les phénomènes. 

[9] Pour une présentation précise et détaillée des différents effets de l’activité physique sur l’organisme, voir l’ouvrage de Bouchard, C., Blair, S. N. et Haskell, W. L. (2012). Physical Activity and Health. Champaign, IL : Human Kinetics, ainsi que Biddle, S. J. H, Fox, K. R. et Boutcher, S. H. (2000).Physical Activity and Psychological Well-Being, London and New York : Routledge.

[10] Vous trouverez des réflexions intéressantes et de nombreuses astuces sur des sites tels que http://blogs.mcgill.ca/wellbeing  ou http://iamfutureproof.com.

[11] On notera que cette difficulté ne concerne pas uniquement les doctorants : il semble malheureusement que l’ensemble du système scolaire français soit concerné, ainsi qu’en témoigne l’ouvrage On achève bien les écoliers de Peter Gumbel (2010).

[12] Cette légende amérindienne est à l’origine du nom du mouvement Les Colibris (http://www.colibris-lemouvement.org), créé en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi. Voici comment il la raconte : « Un jour il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. » (et selon certaines versions, il ajoute même : « Et si tous les animaux de la forêt faisaient comme moi, nous éteindrions l’incendie ! »).


Une réflexion sur « Stress, stratégies de coping et santé physique chez les chercheurs en début de carrière »

  1. Merci pour ce partage intéressant. La recommandation de « ne pas rester seul, parler de ses difficultés » est de toutes façons une bonne règle d’hygiène professionnelle, qu’on soit doctorant ou pas ! Reste à bien identifier ses alliés, être assez lucide sur leurs rôles spécifiques(soutien inconditionnel du conjoint, support intéressé du directeur de thèse, bonne volonté des copains, mise en perspective de la difficulté et travail de fond sur ses modalités d’action avec un coach…). Et pourquoi pas y travailler en groupe (voir sur ce site ACT : http://act.hypotheses.org/924).

    Sur l’évolution de la notion de stress et surtout de ses USAGES, j’ai particulièrement apprécié le texte « Le stress : concepts et pratiques, de la Physiologie à la Victimologie » partagé par le réseau intelligence-complexité MCX-APC, relayé par Association Pro.G: http://bit.ly/XgF1w5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *