Penser avec ses enquêtés : réflexions sur les pratiques de recherche engagées

Robert WehrlinS’il est aujourd’hui possible de faire de l’enquêté un interlocuteur participant directement à la construction du sens de la recherche comme l’illustre notamment le travail de William Foote Whyte avec Street Corner Society, ce choix épistémologique semble également poser un certain nombre de questions pratiques.

En effet, si apprendre à penser avec ses enquêtés peut difficilement s’enseigner, comment le chercheur peut-il faire face à cette expérience ? De même, alors que le chercheur est souvent invité à garder une forme de distance dans sa quête de rigueur scientifique, il peut aussi se retrouver à parler au nom de ses enquêtés, passant de fait d’une posture intellectuelle neutre à celle de l’engagement. Cependant, plus qu’une affaire de morale, le fait de penser avec impliquerait que le chercheur prenne parti pour ses enquêtés c’est-à-dire qu’il les inclue dans son monde et qu’il s’inclue dans le leur pour produire une recherche dans une perspective partagée.

Ainsi, même dans le cas où le chercheur ne partage pas intimement les valeurs de ses enquêtés, il recourt à ce que Jean-Pierre Olivier de Sardan[1] définit comme le principe d’ambiguïté. « En participant aux rituels des autres, le chercheur n’entend pas faire croire [aux enquêtés] plus ou moins cyniquement qu’il partage leurs croyances (stratégie du déguisement), il se fait croire à lui-même qu’il partage « en un certain sens » les croyances des autres (stratégie de l’ambiguïté) » (2000, p.428).

Afin de prolonger cette réflexion, une table-ronde intitulée « Penser avec ses enquêtés » a été organisée dans le cadre du séminaire ACT[2] avec les objectifs suivants :

  • Déterminer les questionnements, les possibilités, les difficultés et les risques associés à l’association d’enquêtés dans le processus de réflexion du chercheur ;
  • Identifier des pistes de réflexion pour répondre à la fois aux questions de recherche et aux attentes des personnes sur/avec lesquelles on travaille ;
  • Offrir une solution au dilemme classique entre engagement et distanciation par la pratique.

Trois chercheurs invités : Annie Thébaud-Mony (sociologue, INSERM), Nicolas Jaoul (anthropologue, CNRS) et Pascal Marichalar (sociologue, CNRS), travaillant en lien étroit avec leurs enquêtés et parfois même « défendant leur cause » dans l’espace public ont fait part de leurs expériences.

Le rapport aux enquêtés comme forme d’engagement

Les travaux d’Annie Thébaud-Mony portent sur les maladies industrielles causées par l’exposition des travailleurs à des substances toxiques ou des rayonnements ionisants. Au début de sa carrière, elle a été conduite à travailler sur la sous-traitance de la maintenance dans l’industrie nucléaire. Un électricien lui avait commandé à l’époque une analyse sur les accidents du travail de ses employés. Afin de saisir la réalité sur laquelle portait son étude, elle demanda à se rendre dans les centres de distribution et de maintenance pour rencontrer les personnes accidentées. Alors que les accidents constatés étaient généralement mineurs parmi les employés de l’entreprise, la discussion avec ces derniers montrait que ces accidents succédaient fréquemment à un accident plus grave s’étant déroulé peu de temps avant sur le même site, mais qui concernait le personnel des entreprises prestataires. L’obtention de l’aval de l’entreprise pour effectuer une recherche sur le travail et la santé des sous-traitants s’est avérée longue, notamment parce qu’il a fallu expliciter le besoin auquel répondait la recherche. La prise en compte des savoirs des travailleurs lui a permis de mettre en évidence les dynamiques de sous-traitance des risques dans l’industrie nucléaire et l’« invisibilisation » des inégalités qu’elles engendrent.

En termes de positionnement scientifique, Annie Thébaud-Mony a été influencée par les luttes des années 1960 et 1970. Elle souhaite contribuer à soutenir des forces de résistances au sein de ses populations d’enquêtés. Ce rapport implique de transformer leurs savoirs pratiques en connaissances permettant de soutenir leurs luttes sans tomber dans le registre du compassionnel affectant parfois les analyses faites sur le sujet. Annie Thébaud-Mony a donc réalisé ses enquêtes avec rigueur du point de vue des canons de la recherche en ancrant sa démarche dans le courant marxiste et en assumant le fait qu’elle se situait dans une perspective bien particulière : celle des employés de la sous-traitance.

Concernant les modalités d’approche d’un terrain souvent difficile d’accès, des intermédiaires tels que des syndicalistes, des avocats, ou des médecins qui se sentaient concernés par l’enjeu de sa recherche ont été une clé d’entrée (centrales nucléaires, usines, procès, etc.). Le soutien de ces intermédiaires a permis d’inscrire ces recherches dans la durée, tout en protégeant au maximum les salariés ayant accepté de participer à l’enquête d’éventuelles conséquences négatives sur leur emploi.

Penser avec ses enquêtés : une nécessaire mise en perspective de la parole de l’autre ?

2Depuis vingt, ans, les travaux de Nicolas Jaoul portent sur le mouvement anti-caste issu des populations intouchables. Ses premières réticences à en faire une thèse venaient du fait qu’il ne souhaitait pas devenir le porte-parole d’une cause. Mais ne l’est-il pas devenu de facto en étant l’un des rares indianistes à s’intéresser à la question des intouchables et au point de vue anti-caste ? Aussi, comment parler d’une minorité dite « opprimée » tout en apportant un autre regard que celui des acteurs militants de cette minorité, et que comprendre de l’inscription de cette idéologie dans la société indienne ?

Nicolas Jaoul s’est appuyé sur la praxis marxiste en basant sa recherche sur les écrits, les récits autobiographiques et les tracts pour comprendre ce que signifiait être intouchable, c’est-à-dire « Dalit ». Concernant les aspects de critique sociale, tout comme Annie Thébaud-Mony, il avait à cœur de ne pas s’égarer dans un discours misérabiliste qui aurait ignoré de facto des aspects importants de sa recherche comme l’existence d’acteurs Dalits ayant été formés dans les plus grandes universités américaines. L’inscription de sa thèse dans un champ de recherche scientifique s’est avérée difficile. En effet, le marxisme et la Théorie Critique (Ecole de Francfort) écartaient la caste et ne reconnaissaient pas le vécu des acteurs Dalits. Ce à quoi Ambedkar, lui-même universitaire Dalit, rétorquait dans Annihilation of casts que la caste représentait à la fois une division du travail et des travailleurs par son système d’inégalités graduées. De même, lorsque Nicolas Jaoul a débuté ses recherches dans les années 1980, il a pu constater que les théories anticolonialistes et les subaltern studies n’étaient pas encore en mesure d’inclure les mouvements anti-castes dans leur paradigme ; mais les lignes auraient apparemment bougé depuis.

La réflexion avec les Dalits a pu nourrir ses concepts et le raccrocher à des courants théoriques du fait que les intouchables pensent la société qui les oppriment, du paysan à l’intellectuel. Ils ont donc ce qu’en tant que rédactrice de ce billet je nommerais des « visions du monde »[3]  à partir desquelles. Nicolas Jaoul a pu tirer une analyse ethnologique. Méthodologiquement, Nicolas Jaoul a non seulement retranscrit les paroles d’intouchables mais les a également mis en perspective afin de dévoiler les aspects de résistance à l’émancipation portés par certains Dalits eux-mêmes. Exemple : la préservation de la religion chez les femmes.

Être clair avec soi-même pour penser avec ses enquêtés

Les travaux de Pascal Marichalar portent sur la production sociale de responsabilité pénale et civile suite à des accidents du travail et des maladies professionnelles en Italie et en France, et sur les manières dont sont formulés les arbitrages entre les objectifs de production et les objectifs de prévention. Ce type de recherche sensible sur la construction d’équilibres entre conditions de travail – en étroite relation avec la santé des salariés et la responsabilité de l’employeur – peut également conduire à des mécanismes « d’invisibilisation ».

Pascal Marichalar nous présente 3 postures possibles :

  • La première (dans laquelle il s’inscrit), consiste à rendre visible le scandale de l’exposition aux dangers avérés par la simple description, en comptant sur l’indignation morale chez le lecteur ;
  • Les chercheurs qui s’inscrivent dans la deuxième posture ne cherchent pas à « rendre visible », mais étudient les aspects émergés de la question, comme les règles et les normes, ou le travail autour de la réglementation. Ce positionnement conduit à une recherche moins appliquée, et sans doute plus confortable pour l’enquêteur ;
  • La troisième posture qui souhaite adopter un point de vue agnostique sur la vérité en mettant sur un pied d’égalité les arguments de chaque partie. Dans cette approche, il s’agit d’étudier la carrière d’un enjeu dans l’espace public, mais sans trancher sur le fond du problème ou de la controverse en déconstruisant l’objet.

 Or, pour Pascal Marichalar, cette dernière posture pose un certain nombre de problèmes pratiques, dont celui du choix des mots. En effet, quand on s’intéresse à des questions hautement conflictuelles, les mots ne sont pas neutres. Ainsi, parler de « produits phytosanitaires » ou de « pesticides », c’est déjà prendre parti. Au fond, cette posture symétrique se fonde sur une double illusion : celle de croire que l’objectivité serait assurée par une stricte égalité entre les arguments avancés par les uns et les autres et celle que le chercheur n’est pas engagé tant qu’il ne prend pas position. D’une manière générale, la question de la « bonne distance » subsiste. Car, s’il reste un espace pour les sciences sociales dans ce contexte, n’est-ce pas aussi parce que les objectifs des différents acteurs ne sont pas parfaitement clairs ?

Si ces objectifs étaient clairement définis et complètement transparents, suggère Pascal Marichalar, la seule chose qui resterait à faire serait de l’ordre du militantisme « pur » – qui a, lui aussi, toute sa justification. Toutefois, la recherche en sciences sociales peut chercher à s’en distinguer par un effort de distanciation avec l’idéologie prévalant sur le sujet traité et par la mise en évidence de relations de pouvoir sous-jacentes c’est-à-dire non dévoilées par cette même idéologie ; dans le but de poser des questions politiques plus générales.

Penser avec ses enquêtés : le point de vue d’une doctorante

Ce séminaire a été fort éclairant sur la manière de gérer ses convictions, particulièrement dans le cadre d’une recherche où les sujets intéressant le chercheur sont plutôt ceux socialement « regardés de haut » mais qui sont finalement moins soumis et plus autonomes que ce que l’on ne le dit (Olivier de Sardan, 2000, p.438). Cette configuration plutôt classique lorsque l’on parle de recherche engagée induisait ici une dimension politique impliquant au moins deux types d’acteurs présentés en opposition. Cependant, les enseignements à tirer en termes de collaboration pour inscrire la recherche dans un courant, de retranscription de réalités bel et bien plurielles chez les enquêtés, de rigueur scientifique pour faire d’un quotidien un vivier de connaissances mobilisables, ou encore de posture ont une portée générale participant à garantir la qualité de la recherche au sens large.

En ce sens, la réflexion pourrait être poursuivie à la lumière d’un article d’Howard S. Becker intitulé Whose Side Are We On ?[4] Annie Thébaud-Mony, Nicolas Jaoul et Pascal Marichalar ont en commun de s’intéresser à ceux en bas de « la hiérarchie de la crédibilité », ceux au sommet étant les officiels responsables de l’activité au sens large (ibid., p.242). De façon générale, nous présumons que l’homme au sommet est celui qui connaît le mieux l’objet que nous souhaitons traiter, ce qui nous fait prendre plus ou moins consciemment un parti. C’est pourquoi, lorsque l’on développe suffisamment d’ « atomes crochus » avec  les subordonnés pour voir les choses de leur perspective, nous savons pertinemment que nous sommes à contre-courant de ce qui se dit et se fait (ibid., p.243).

Pour rendre visible ceux dont on parle et qui sont inscrits dans un rapport de force, il est nécessaire de lever le doute sur les biais scientifiques que comporterait notre  recherche ; du moins aux yeux de la communauté scientifique au sein de laquelle tout doctorant souhaite s’inscrire. Pour cela, la méthodologie d’enquête est à resserrer sur son objet afin de rendre compte de visions du monde des sujets étudiés, sans prétendre exposer également les arguments de la partie à laquelle ils sont « opposés » pour livrer une analyse objective (ibid., p.247). En effet, poursuivre ce raisonnement impliquerait d’analyser la société entière simultanément ! En outre, comme mesurer les effets de l’empathie sur la qualité de la recherche est utopique (Olivier de Sardan, 2000, p.438) voire contre-créatif puisque c’est aussi dans son expérience que le chercheur puise ses mots pour dépeindre une réalité, le doctorant en quête de rigueur scientifique peut admettre que circonscrire sa recherche à un type d’acteur ayant ses représentations peut s’avérer suffisant pour faire une bonne thèse. Finalement, même dans les cas dits « apolitiques »[5] (Becker, 1967, p.241) il est nécessaire que le chercheur comprenne sa relation aux enquêtés, c’est-à-dire en prenant la mesure de ce que signifie pour lui être de leur côté pour traiter de leur vie avec respect, au-delà de considérations stylistiques (Olivier de Sardan, 2000, p.425).


[1] Article « Le ‘Je’ Méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue Française de Sociologie, 2000, 41-3, pp.417-445

[2] Le 07 avril 2014 à l’EHESS

[3] En référence à  Quel avenir pour la sociologie ? de Jan Spurk, PUF, 2006.

[4] Social Problems, 1967, Vol. 14, No. 3, pp.239-247

[5] Où il n’y a pas franchement de parties engagées dans un conflit organisé cherchant à contrebalancer la distribution de l’autorité


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *