Radio Thésards. Le dicible et l’indicible des jeunes chercheurs

La séance du 16 mai 2014 des Aspects Concrets de la Thèse était consacrée à l’émission Radio Thésards, diffusée sur la web-radio France Culture Plus. Nous avons reçu David Christoffel, musicologue, poète, auteur d’opéras parlés, producteur de l’émission. Tout en adoptant une posture réflexive par rapport à sa pratique d’intervieweur, il s’est efforcé de proposer des pistes de réflexions sur la diversité des parcours doctoraux, à partir des expériences de la cinquantaine de doctorants auxquels il a tendu son micro.

La séance a été filmée par Mathieu Rouault (Docteo). Vous pouvez la visionner ici :

 

Du projet éditorial au projet de recherche ?

Si on a pu reprocher au terme « thésard » sa connotation dépréciative, il s’agissait bien, dans le titre de l’émission, d’évoquer une certaine errance intellectuelle propre à la première recherche, le caractère initiatique de la thèse, les incertitudes, les détours, les égarements. Il s’agit, pour David Christoffel, producteur de Radio Thésards, d’envisager la recherche en s’écartant en quelque sorte de la culture de l’efficacité. En effet, par rapport à l’époque des débuts de Radio Thésards en 2013, on observe déjà une accélération du temps de la thèse, censée désormais se faire en 3-4 ans –  David Christoffel avait lui-même passé 9 ans sur la sienne.

radio thesard - paraboleLe parti pris initial de Radio Thésards, aux accents presque militants, était qu’il n’y a pas de recherche inutile, et que tout thésard peut être radiophoniquement intéressant. Le format web offrait certains avantages : il permettait d’être à la fois spécialisé et généraliste, de ne pas s’enfermer dans une grille de radio « classique ». Mais subsistaient tout de même des contraintes de périodicité, qui ont donné lieu à une émission hebdomadaire et leur regroupement en saisons. La première saison visait à rassembler des objets d’études qui impliquaient un « déplacement disciplinaire », et donc une certaine réflexivité. La deuxième saison était centrée sur la notion de « créativité méthodologique » et a privilégié l’invitation de doctorants à la fois suffisamment au fait de leur discipline et capables de s’écarter du « mainstream ».

Par ailleurs, il est possible d’envisager Radio Thésards non seulement comme un projet médiatique, mais aussi comme un projet de recherche au format un peu particulier. Ce séminaire a été l’occasion pour David Christoffel de porter un regard de chercheur sur sa propre pratique journalistique. Mais dans quel champ disciplinaire s’inscrire ?  Il faut noter que pour Jean-François Tétu,  chercheur en sciences de l’information et de la communication, la radio est un « média délaissé » par les chercheurs, pris entre la 18e section du CNU, « esthétique et arts du spectacle » et la 71e, « sciences de l’information et de la communication » [1].

Le choix des « thésards » à inviter

Les critères de sélection des invités ont pu évoluer au fil des saisons. Il y avait par exemple un critère de « maturité intermédiaire » : David Christoffel pensait au départ que le meilleur moment pour interviewer un doctorant était quelques semaines avant la soutenance, quand celui-ci est à la fois le plus avancé dans sa recherche et le plus fébrile dans son rapport à l’institution et à son positionnement académique. Cependant, il a été amené à transiger, et l’expérience a montré qu’il n’y avait pas de vécu homogène de la thèse en termes de temporalités.

Quid du critère de « radiogénie » ? Qu’est-ce qui rend une thèse intéressante pour les auditeurs ? Quand un doctorant demande avant l’émission pourquoi il a été choisi, David Christoffel, qui se reconnaît dans la démarche d’un intervieweur comme Alain Veinstein [2], essaie de rester évasif, pour ne pas enfermer le thésard dans une pertinence éditoriale préconçue.

Quel est alors ce potentiel de créativité de l’entretien radiophonique – ou médiatique, en général ? Et quelle peut être la spécificité de l’entretien avec un chercheur, en tant que « genre » particulier d’entretien ? Le producteur de Radio Thésards propose comme point de départ pour réfléchir à ces questions l’analyse de ses expériences d’interviews de lecteurs par Pierre Dumayet [3], ainsi que la typologie construite par Walter Benjamin dans Les écrits radiophoniques [4].

Le défi d’une parole scientifique ancrée dans un vécu

radio thesards - table mixageDavid Christoffel essaie de faire de « l’entretien radiophonique de recherche » un espace où peut se dire « l’imbrication entre le vécu de la thèse et la conduite scientifique de son objet », et notamment la violence qui pèse sur l’activité de recherche. Cette violence peut être due à la place du doctorant dans l’institution universitaire et se manifester particulièrement dans la relation à l’encadrant, mais elle se ressent aussi pendant l’entretien radiophonique, dans le trac des invités. Nous avons ainsi pu écouter plusieurs extraits de rushes de l’émission portant  sur la relation avec le directeur de thèse. Ces extraits permettaient de poser la question des risques de tension, voire de conflit théorique, lorsque l’encadrant est partie intégrante de la bibliographie du thésard, surtout lorsque le sujet est philosophiquement houleux. Il arrive également que la discussion entre le doctorant et son encadrant puisse se dérouler sur un mode particulièrement non conflictuel, quand le legs méthodologique s’est bien produit et que le débat ne porte que sur les résultats.

Par ailleurs, il est apparu dans les récits des doctorants interviewés que la radicalité de leur démarche scientifique était souvent limitée non pas par leur directeur de thèse, mais plutôt par une forme d’autocensure pragmatique liée à la question des débouchés professionnels – David Christoffel avoue avoir été surpris par l’extrême honnêteté des réponses à ce sujet.

Il a à ce propos évoqué les travaux d’Anne-Outram Mott, qui a analysé l’évolution du type de questions posées à des artistes-écrivains sur une chaîne de radio en les classant en cinq univers référentiels : « l’objet culturel » à l’occasion duquel l’invitation est faite ; « le soi statutaire », c’est-à-dire l’identité sociale de l’invité ; le « soi personnel » ou « intime » ; la tension entre ces deux « soi » ; la société. Entre les années 1960 et  2000, on observe un glissement : « l’objet culturel » et le « soi statutaire » demeurent des univers référentiels privilégiés dans les questions, mais ils ont cédé un peu de terrain à la société et plus encore à l’univers du « soi personnel » de l’invité [5].  On touche là au fantasme d’une parole à la fois personnelle et réflexive, à la fois existentielle et générale… cet « artefact radiophonique » fait partie de ce vers quoi Radio Thésards essaie de tendre.

 

La digitalisation de la science

L’expérience de Radio Thésards soulève également la question des modalités de diffusion des connaissances scientifiques. En effet, Internet a ceci de particulier qu’il permet à l’invité de collaborer à la diffusion, notamment via les réseaux sociaux. David Christoffel se réfère aux travaux de Manuel Zacklad, qui démontre que la digitalisation n’est pas réductible à l’informatisation, à l’automatisation, et qui parle d’une « crise de la documentalité », d’une « nouvelle manière de faire document » [6].  Notons que les seuls refus d’interviews venaient des sciences « dures », lorsqu’il semblait préjudiciable de diffuser ses résultats via un média de vulgarisation.

Autre enjeu de diffusion, la manière de titrer les entretiens est en train d’évoluer. Jusqu’à présent, des titres comme « L’Ufologie» [7] ou « Le loup » [8] fonctionnaient comme des mots-clés et permettaient de s’inscrire dans une démarche de renouvellement d’entrées encyclopédiques. Il fallait par ailleurs prendre en compte le fait que Radio Thésards ne s’adressait pas qu’à des auditeurs abonnés aux podcasts et donc rééditorialiser en annonçant l’émission sur Twitter, en rajoutant des hashtags sur Soundcloud… Désormais, dans la nouvelle formule, le titre devient une question qui interpelle sur le contenu et sur la spécificité de l’approche du thésard –  par exemple : « Que révèlent les sites de rencontres ? » [9].

Les stratégies d’interview

radio thesards - microPour finir, David Christoffel esquisse une auto-analyse de la manière dont il prépare ses entretiens – méthode qui n’a pas été rigoureusement définie a priori. Rétrospectivement, il s’avère qu’il demande souvent au thésard d’expliquer les développements qui l’ont amené à requalifier son objet. L’objectif fondamental est de lui faire raconter sa thèse d’une manière à la fois synthétique et dynamique. Il fait parfois des demandes d’information ciblées, à caractère instructif ou ludique, correspondant à des connaissances à populariser. David Christoffel s’intéresse également aux « interférences » et aux « bizarreries » dans les bibliographies – comme lorsqu’il remarque de nombreuses références sociologiques dans une thèse de géographie.

Le présentateur avoue aussi qu’il s’est « découvert un tic », une stratégie d’interview inconsciente : sa tendance à pointer du doigt « la circularité de la démarche » des thésards, lorsqu’il a l’impression que leur conclusion était en quelque sorte déjà contenue dans leur problématique. Cela a parfois pu créer un malaise, mais a aussi suscité des développements d’intéressants. Il appelle également souvent à la nuance, face à une conclusion jugée trop grossière, trop générale. Une autre question parfois déstabilisante pour les doctorants porte sur l’idée qu’ils se font de l’originalité de leur recherche : selon le producteur de Radio Thésards, on peut se croire très original dans son champ alors qu’on ne l’est pas, et réciproquement, être très original sans le soupçonner.

David Christoffel aimerait à l’avenir davantage générer une parole sur le travail du doctorant qui ne soit plus liée qu’à son objet scientifique,  mais aussi, par exemple, à l’évolution de sa motivation. Il pourrait aussi s’agir d’explorer non plus seulement les rapports à l’institution, à l’encadrant, mais aussi les rapports aux autres doctorants.  Le projet pourrait enfin s’ouvrir sur une sous-série consacrée aux doctorants « tardifs » – qui peuvent par exemple, au-delà de cinquante ans, se retrouver dans une situation s’apparentant à une reprise d’études, et par là développer un rapport spécifique à la thèse.

Cette séance a donc été l’occasion de découvrir un projet radiophonique exigeant, qui va au-delà de la popularisation scientifique, et qui peut servir de point de départ pour interroger sociologiquement les vécus du doctorat.

 


[1] Jean-François Tétu, « La radio, un média délaissé », Hermès, n° 38, 2004.

[2] Alain Veinstein, L’Intervieweur, Paris, Calmann-Lévy, 2002.

[3] Pierre Dumayet, Autobiographie d’un lecteur, Paris, Pauvert, 2000.

[4] Walter Benjamin, Écrits radiophoniques, Paris, Allia, 2014.

[5] Anne-Outram Mott, « Existence singulière, mode d’emploi. Quand l’artiste-écrivain est invité à se dire au micro », Recherches en Communication, n°36, 2011.

[6] Zacklad, Manuel, « Genre de dispositifs de médiation numérique et régimes de documentalité », in L. Gagnon-Arguin, S. Mas, D. Maurel (dir.), Les genres de documents dans les organisations, Analyse théorique et pratique, PUQ, Québec, p. 145-183, 2015.

[7] Christoffel David (prod.), « L’Ufologie », in Radio Thésards, France Culture Plus, 12/11/2013. URL : http://plus.franceculture.fr/factory/radio-thesards/l-ufologie .

[8] Christoffel David (prod.), « Le loup », in Radio Thésards, France Culture Plus, 25/03/2013. URL : http://plus.franceculture.fr/factory/radio-thesards/le-loup.

[9] Christoffel David (prod.), « Que révèlent les sites de rencontres ? », in Radio Thésards, France Culture Plus, 22/09/2013. URL : http://plus.franceculture.fr/factory/radio-thesards/que-revelent-les-sites-de-rencontres

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *