Ecrire une thèse : volonté, liberté et procédure


KATZProfesseur de sociologie à l’UCLA[1], formé à l’École de Chicago, élève d’Howard Becker, Jack Katz[2] s’investit depuis de nombreuses années dans l’étude des individus et de leurs sociétés. Aujourd’hui, c’est à Hollywood qu’il a décidé d’enquêter[3], en s’intéressant aux parcours de vie des habitants.

Préparant la séance en transmettant aux inscrits un texte intitulé : Se cuisiner un statut : des noms aux verbes dans l’étude de la stratification sociale[4], Sébastien Kapp nous présente à nouveau un représentant de l’école de Chicago qui éclaire le travail scientifique en sciences humaines et les enjeux et perspectives de la thèse d’une lueur nouvelle, en tous cas en contraste avec ce qui nous est parfois enseigné en sociologie.Jack Katz nous propose de nous éloigner un moment de l’enseignement des méthodes et finalités de productions classiques d’une thèse et d’avoir une approche différente de notre travail et de nos ambitions.  Il s’agit d’une rupture ou d’une crise dans le sens positif du terme, qui peut emmener le doctorant dans des lignes de fuites[5] parfois dangereuses mais nécessaire pour une rupture franche d’avec certaines traditions académiques et scientifiques. Puiser des réponses au sein même des méthodes les mieux élaborées n’est pas l’unique voie d’accès à la réflexion scientifique et à la réalisation d’un  objet légitime et original, ce qu’ambitionne chaque doctorant.

 

Ces questions que l’on se pose tous, comment se remettre en question ?

Quels sont les moyens de production, quelle légitimité ai-je par rapport au corps académique et universitaire ? Comment juger de mes capitaux ? Quel positionnement dois-je avoir par rapport à l’objet ? La remise en question fait partie de notre quotidien, elle peut être bénéfique, parfois dangereuse.

« J’ai noté quelques grands marqueurs dans la trajectoire du doctorant en production ; beaucoup de ces choix sont intransigeants, des choix impactants et décisifs, beaucoup sont inhérents à nos volontés de vie et ont donc des conséquences sur celle-ci au-delà de la carrière, du métier. Je ne pense pas et je ne veux pas vous dire qu’il y a des bons et mauvais choix, mais il est important je crois, de vous montrer quels sont ces moments qui marquent les changements, en les identifiant, dans leurs cadres et contextes sociaux, temporels ».

.

Le goût de lire, comment le développer et l’exploiter ?

cahier_styloLire, précisément, ce n’est pas un choix, c’est une sensibilité. Le choix se fait par la confiance que l’on s’octroie dans l’acte de lecture. Ce processus va de pair avec l’écriture. C’est son moteur. Par exemple on peut imiter le style d’un auteur apprécié, puis s’en détacher progressivement pour forger sa propre plume. La lecture demande rigueur et patience. Le travail d’analyse de texte, d’analyse des contenus se fait de plus en plus aujourd’hui via des logiciels qui automatisent des anciens processus. Il faut néanmoins essayer, peut-être, de ne pas trop se détacher du papier, « sa puissance ne pourra vous atteindre si vous travaillez sur des ouvrages uniquement par le filtre d’un programme informatique ». Un passage, une citation, par l’acte de lecture viennent subitement éclairer, relancer votre dynamique intellectuelle. Il s’agit là d’émotion, de ressenti, de « moments de lecture ». « Les softwares peuvent aider mais gardez un peu de saveur pour vous, par les mécaniques de l’esprit ».

 

Les phases lumineuses pendant la recherche empirique, comment se les approprier ?

Quand on est accaparé par le « terrain », la vie sociale passe presque exclusivement par le filtre de la recherche. Il faut faire confiance à ces moments intenses qui vont influer sur la qualité de notre enquête, ce moment où l’on va aller vers une phase de représentation et de (re)découverte de notre sujet, notre objet.

On a beau agréger des milliards de données, les classer, etc … On se demande toujours par où commencer. Même si le travail de terrain est très bien mené, il y a un grand risque de perte de ces données, « commencez avec 2 ou 3 données empiriques qui pour vous sont puissantes, vous touchent, sans vous préoccuper de convaincre les autres, ces potentiels lecteurs et examinateurs. Dites-vous « pourquoi je fais de cette donnée un cas » ? C’est une question pour commencer ses analyses».

.

Variation ou description : Quel angle d’attaque ?

La « variation » est un phénomène que tous les étudiants ne savent pas appréhender. Certains la ressentent et savent se l’expliquer, d’autres moins. La variation, c’est considérer les différents paradigmes qui sont autant de voies différentes pour répondre à une problématique.

La plupart des sociologues vont mettre en lumière les éléments qui expliquent les expériences. Les histoires les plus fortes de sociologie nous expliquent des choses diverses : Max Weber nous raconte la naissance du capitalisme par le prisme de la religion, Emile Durkheim la méthode sociologique dans le contexte social d’alors, etc. La variation c’est aussi cet agrégat de « petits éléments » qui permet l’évolution du sujet, de la problématique. Cette transformation progressive de l’angle de vue est normale et nécessaire. Les étudiants qui restent ancrés dans leurs a priori de départ, qui ne prennent pas le risque d’explorer les autres parcours possibles, produiront un travail moins intéressant, moins enrichissant pour eux, aussi.

 

Véracité du sujet, suis-je original ?

Il faut se faire à cette idée tragique : le sujet choisi a souvent déjà été étudié dans un champ de recherche, une thèse déjà produite… Très peu d’enquêteurs font le choix de se servir de cette information pour modifier leur problématique, le terrain, ce qui n’est pas forcément judicieux.

.

Etre en conflit avec les « puissants » ou pas ?

C’est le schéma le plus courageux et qui guide souvent le désir de certains d’écrire pour la société. C’est s’orienter vers une volonté de discours puissant, qui se veut contre-culturel. Mais quelle légitimité a-t-on et comment se positionner quand on veut se placer du côté des faibles ?

Être sur une enquête liée à un débat en cours, ou un thème contemporain en dehors de n’importe quel débat, est louable. Dans la culture ethnographique universitaire, si l’on mène une enquête qualitative peu importe l’importance du sujet au premier abord.

« J’ai une étudiante qui a travaillé sur les objets perdus. On lui a souvent dit que son sujet n’avait pas d’importance, qu’il y avait des phénomènes universels bien plus urgents à observer, à étudier. Faites fi de ce genre de recommandations, au contraire un petit objet de recherche, lié à une sensibilité telle qu’elle doit s’exprimer dans ce travail, a toute son importance à l’échelle du monde. Si vous arrivez à ça vous arriverez à une vision lucide de nos systèmes contemporains ».

 

Est-il légitime d’enquêter dans des cercles sociaux que l’on connaît ? Comment valoriser la méthodologie dans ce cas ?

Certains sont fondamentalement et moralement contre ce genre de démarche, néanmoins le regard que l’on porte peut être accru du fait de cette connaissance. « Je ne sais pas de quel côté pencher, mais c’est pour vous une réponse personnelle à trouver ».

.

  Comment se comporter en interview ?

interview

Que faire d’un silence par exemple ? Ce silence qui met mal à l’aise, un de ces moments existentiels, qui parfois est évité en utilisant une liste de questions qui permet moins de « temps morts » mais aussi moins de profondeur. Il faut apprendre et savoir comment on souhaite gérer les moments de malaise, l’émotion de notre interlocuteur, la nôtre. Par exemple savoir comment utiliser nos connaissances sociologiques peut nous aider à traverser cette expérience, alors même que ce n’est pas une « utilité » décrite et montrer comme telle sur les bancs de l’université. « Howard Becker me disait de rester muet face au silence».

Il faut trouver comment sortir du schéma d’un interviewé en attente de soutien, face à un universitaire qui a la légitimité et les connaissances pour mener l’entretien.

.

Comment capter les informations pendant les enquêtes et interviews ?

Est-ce que l’on doit enregistrer l’interview ? « il y a des raisons de ne pas en faire ; cela peut changer notre manière de recevoir et de transcrire ensuite l’information ».

Ecrire et transcrire sans enregistrement est une douleur puissante, un travail très difficile mais ça peut peut-être éviter ce que l’enregistrement engrange : accumulation massive de données numériques, nécessité de tout réécouter, s’empêcher de développer une capacité d’analyse objective en temps réel. Par contre, quel que soit le support, il faut travailler la matière rapidement après l’avoir récoltée. « J’ai travaillé de différentes façons, enregistreur ou pas, dans les premières années de ma carrière, je n’enregistrais pas, et c’était très bien, je développais ainsi mes moyens d’analyser. »

Comment s’assurer d’un contexte approprié pour l’enquête et ma problématique ?

Observer des gens au café, la manière de parler, des gens au travail, tout est matière à l’analyse, il n’y a aucune barrière comme terrain de jeux face à l’objet. Il faut à la fois voir le détail et observer le tout, ne jamais oublier le contexte spatio-temporel de notre sujet et/ou objet, très peu d’auteurs se permettent de faire le lien entre des moments d’observations caractérisés par des contextes et des objectifs différents. C’est savoir se situer dans les différentes dimensions de l’objet que de réunir des données éloignées et de construire une analogie intelligible.

.

Problème de compréhension ou ambiguïté du sujet ?

Parfois, à la lecture il arrive de ne pas saisir un concept, l’approche d’un sujet,… « Est-ce moi qui ne comprend pas ou l’auteur qui utilise des codes de langage trop complexe? ». Dilemme existentiel encore une fois. On peut transformer ce problème en mécanique d’apprentissage. Une mauvaise compréhension lors d’un interview embarrasse, voire irrite. Très souvent on remet en question et on culpabilise d’enquêter sur les territoires intimes de ces interlocuteurs, une relation déséquilibrée, difficile à estimer comme légitime.

.

Design expérimental et statistiques

Les études sociologiques mentent presque toujours, c’est presque impossible de faire la parfaite « random analysis ». On est pressé de recevoir les analyses des observations collectées : il faut ainsi rechercher notre propre objectivité dans cette phase de production de la représentation. Le dilemme est brutal : comment défendre une hypothèse en gardant l’empreinte de la probabilité, sans en faire une vérité ? Il est indispensable d’avoir conscience de nos préjugés et des préjugés historiques qui s’inscrivent dans la résultante des analyses passées en plus de celle que nous réalisons.

.

Références et justifications, beaucoup ou pas ?

Les références pour justifier de ce que l’on écrit posent des questions de légitimité du propos et de la mesure de celle-ci. En faut-il beaucoup, peu ? « Quand vous êtes prêt à publier, posez-vous la question : quel est ma voix, mon style »? Alors vous saurez si vous devez être très descriptif sur ces lectures qui vous servent d’assises, ou vous en défaire.

.

L’absurde et le jeu, qui suis-je au milieu de tout ça ?

Il est essentiel de conserver sons sens de l’humour, de se dégager des événements quand on rédige une thèse. C’est en préservant ça que l’on reste attaché à la volonté de vérité sociale, qui nécessite une assurance d’être présent et détaché à la fois. Le sens de l’absurde, du tragique, ces types de sensibilités naturelles sont un atout pour prendre du recul sur les situations à exploiter, conserver et s’assurer un regard toujours lucide. Cette sensibilité à l’œuvre permet de déceler des mécanismes d’interactions qui ne sont pas forcément propres au contexte mais « au jeu qui se joue devant nos yeux ».

Jack Katz qui en appelle à une rupture avec un système parfois classique de méthodes et de postures pour le doctorant, nous rappelle à plusieurs reprises qu’il propose ici un guide, une ossature, un panel de fondamentaux qui sont selon lui largement suffisants pour que le doctorant soit en mesure de construire son propre mécanisme méthodologique et ses propres champs de liberté autour de la recherche. C’est surtout sur ce sujet qu’il insiste. En  parlant de phases, de variations, de constellations autour de la thèse elle-même, plus ou moins reliées à celle-ci, il veut nous transmettre un message important, celui de vivre pleinement la thèse, avec joie et curiosité. Certains ont l’impression que le doctorat est un nouveau cursus, d’autres au contraire une consécration. N’est-ce pas simplement un voyage qui nous fait voir d’un seul coup le monde tournant autour d’un point central (sujet et/ou objet) duquel nous devons aller et venir sans jamais oublier ni le détail, ni l’ensemble. Un véritable travail intellectuel d’abstraction-création qui doit rester ancré dans le réel pour ne pas devenir une abstraction de la réalité ni une recréation de sens, ni une monoculture de cet ensemble. La thèse peut être l’achèvement ou le début, elle est surtout l’initiation à la pensée scientifique, celle qui demande une désubjectivation sans jamais se détacher complètement de la singularité qui nous constitue et qui fera l’originalité de tous les travaux entrepris. Difficile dialogue, mais pas impossible. Et la meilleure méthode pour l’atteindre ? La vôtre.

.

.

.


Notes

[1] University of California in Los Angeles

[2] http://www.sscnet.ucla.edu/soc/faculty/katz/cv.pdf

[3] À paraître : Neighborhood Hollywood: Residential Community, Locally Shaped Biographies, and Cultural Representation, 1870-2010.

[4] Jack Katz, Cooks, cooking up recipes : the Cash Value of Nouns, Verbs and Grammar in The American Sociologist éd. Springer – 2012.

[5] Gilles Deleuze parle des dangers potentiels de sa propre méthode : http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=214

.

.

.


Une réflexion au sujet de « Ecrire une thèse : volonté, liberté et procédure »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *