gosselain2

Slow science et désexcellence. Résister aux dérives néolibérales de la recherche

« Ce soir / si j’écrivais un poème / pour la postérité ? / fichtre / la belle idée / je me sens sûr de moi / j’y vas / et / à / la / postérité / j’y dis merde et remerde / et reremerde / drôlement feintée / la postérité / qui attendait son poème / ah mais »

Raymond Queneau, 1948, L’instant fatal.

Labex (pour laboratoire d’excellence), Idex (pour initiative  d’excellence), Equipex (pour équipement d’excellence), évaluation par le comité HCERES[1], Shanghai ranking, ouverture du marché européen de l’éducation, compétitivité, notoriété ! Les nouvelles figures claironnantes du progrès de l’organisation académique ont été abordées en ce lundi 13 avril 2015 sous l’angle des dérives néolibérales de la recherche, ne vous déplaise. Olivier Gosselain, archéologue africaniste, professeur à l’Université libre de Bruxelles et « désexcellent », a partagé avec nous ses réflexions sur la question.

Le credo de la désexcellence naît de manière informelle en 2011 entre collègues de l’Université libre de Bruxelles, autant par humour que par engagement, en réponse aux dérives des institutions universitaires et à l’accumulation d’injonctions académiques dont ils considèrent qu’elles les mènent aux antipodes de là où pourraient les conduire des valeurs de partage, de désintéressement, de collectif, de service au public, de qualité : perte de la satisfaction dans son travail, perte d’estime de soi, démotivation, dépression… Ils se mettent alors à réfléchir ensemble à ce qui se joue ici et maintenant, et élaborent de concert analyse de la situation et stratégies de résistance.

Qualité versus excellence

Un monde académique qui fonctionne « vite, beaucoup, mal » est un monde qui ne tourne plus autour d’axes tels que la qualité du travail produit ou la satisfaction retirée de la réalisation de ce travail. L’analyse des métiers de l’artisanat permet d’éclairer ce qu’Olivier Gosselain entend par « qualité » et « satisfaction ». Le travail artisanal est envisagé comme un temps, un espace où se construit une harmonie entre le « faire » et « l’être » (Sennett, 2010). L’on apprend son métier par le développement d’aptitudes pratiques, fruits de gestes répétés, d’habitudes, sous l’autorité d’un maître, tout en s’insérant progressivement dans une communauté de pairs. La satisfaction provient de l’incorporation du savoir par la répétition, de l’acquisition de la capacité à surmonter des problèmes complexes, à étendre ses savoirs hors des champs dans lesquels ils ont été constitués, à produire quelque chose de concret, qui fait sens pour soi et pour les autres. L’excellence, a contrario, signifie dépassement de soi et des autres, accroissement continu des compétences, réussite, le tout sur un temps court. Appliquée au domaine de l’enseignement et de la recherche, elle se décline en formatage des champs et des objets de recherche, marchandisation des enseignements, mise en concurrence généralisée. La précarisation, la dévalorisation des savoirs minoritaires ou construits sur l’expérience, la multiplication des résultats invalides et des fraudes, la disparition progressive de l’esprit critique sont autant de conséquences concrètes de l’idéologie de l’excellence universitaire.

a

Petite histoire de l’excellence

C’est dans les années 1980, aux États-Unis et au Japon, qu’apparaît, dans les industries privées, le management par l’excellence, dans un contexte de crise économique et de concurrence accrue. Pour entrer en lice sur le marché, on fait appel à la compétition, à la hiérarchisation des différences. Les figures du manager et de l’entrepreneur économique se substituent à celles du savant et du chef d’entreprise. Rapidement, l’idéologie néolibérale déborde le cadre de l’industrie privée pour imprégner d’autres domaines : celui des entreprises publiques, celui de la politique, puis le monde académique. On retrouve l’esprit et l’orientation des réformes de l’excellence dans la déclaration de Bologne (1999) et la stratégie de Lisbonne (2000), présentant les universités européennes comme des institutions surannées à rénover. Il est question d’attirer les meilleurs chercheurs, les meilleurs enseignants, les meilleurs étudiants, d’accroitre sa visibilité et sa notoriété, d’encourager les recherches productives, de mettre en place l’autonomie financière.

Le coût de l’excellence : une erreur radicale et persistante

Pour remplir les objectifs ainsi fixés, les universités développent considérablement leur communication, orientent leurs enseignements vers des parcours professionnalisants, optent pour des recherches de plus en plus guidées par des visées (économiques) prédéfinies. Au nom d’un accroissement constant de la qualité, des systèmes d’évaluation permanente extérieurs à l’université s’élaborent dans des agences de notation nationales ou internationales (AERES, AEQUES). Grilles d’évaluation standardisées et indicateurs bibliométriques sont mobilisés pour rendre compte, en des termes quantifiables, du déroulement des enseignements et de la recherche, sans pourtant prendre en considération leur contenu scientifique.

Peu à peu, le travail des enseignant-chercheurs n’est plus guidé par la quête du savoir mais par l’obligation de remplir des objectifs définis en dehors des contextes de production du savoir. Olivier Gosselain soutient que les politiques d’excellence ont des effets exactement inverses à ceux recherchés, elles sont un exemple de décisions absurdes qui mènent à des erreurs radicales et persistantes (Morel, 2002). La pression est permanente et pèse aussi bien sur les méritants du système que sur les perdants par l’incitation non formulée à toujours dépasser les objectifs, et par une mise en compétition qui sape les solidarités. La recherche du bon score dans les indicateurs d’excellence occupe une part croissante de temps de travail de chacun, au détriment de la qualité des enseignements et de la recherche (balisage des champs de recherche et des profils, désinvestissement de ce qui ne rapporte pas).

Résistance !

c

Chacun contribue à la situation actuelle et peut choisir de faire acte de résistance, au sein des institutions pour commencer. La première étape pour les désexcellents de l’ULB a été d’opérer un retour vers la littérature pour tenter de contextualiser les événements, de comprendre la « face d’ombre de notre société de conquête » (Aubert et De Gaulejac, 1991). Il apparaît que, partout dans le monde, des chercheurs prônent sans encore la définir précisément une slow science. L’enjeu est de taille, il s’agit d’un véritable combat politique qui trouve des échos au-

delà des disciplines, au-delà des catégories professionnelles (étudiants, enseignants-chercheurs, personnels techniques et administratifs), au-delà des frontières nationales. Des textes sont publiés (Prado, 2009 ; Readings, 2013 ; Scott, 2013 ; Stengers, 2013), ou circulent de façon plus informelle (Charte de la désexcellence[2]). L’idée centrale de ce mouvement de résistance est que l’université ne forme pas uniquement ou en priorité à un emploi ; elle forme pour la vie. Les valeurs intrinsèques à une recherche honnête et de qualité ne procurent pas seulement des connaissances, mais également une éthique, du savoir-être et la capacité à critiquer les dogmes.

.

..

Références bibliographiques

Aubert Nicole et De Gaulejac Vincent, 1991, Le coût de l’excellence, Paris, Seuil.

Morel Christian, 2002, Les décisions absurdes : sociologie des erreurs radicales et persistantes, Paris, Gallimard.

Prado Plinio, 2009, Le principe d’université, Nouvelles Éditions Lignes, disponible en ligne URL: http://www.editions-lignes.com/IMG/pdf/PRADO_LePrincipedUniversite_-2.pdf, [consulté le 21/04/2015].

Readings Bill, 2013, Dans les ruines de l’université, Montréal, Lux.

Scott James C., 2013, Petit éloge de l’anarchisme, Montréal, Lux.

Sennett Richard, 2010, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel.

Stengers Isabelle, 2013, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences – suivi de William James Le poulpe du doctorat, Paris, La Découverte.

[1] Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. http://www.hceres.fr

[2] http://lac.ulb.ac.be/LAC/charte.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *