Se former à la recherche en sciences sociales. Quelques mots sur l’expérience doctorale

VoilierCe billet se veut la recension de deux ouvrages à destination des doctorants et des publics souhaitant mieux connaître le quotidien du thésard :

  • La position du doctorant : Trajectoires, engagements, réflexivité, sous la direction de Laurent Di Filippo, Hélène François & Anthony Michel, Questions de communication, série actes 16, 2012, 210 pages ;
  • Devenir chercheur : Écrire une thèse en sciences sociales, sous la direction de Moritz Hunsmann & Sébastien Kapp, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2013, 359 pages.

Cette prise de recul sur l’expérience de thèse n’a pas le même effet cathartique que les dessins bien connus de Jorge Cham (PhD Comics) ou de Tis (PhDelirium). L’idée n’est pas ici de rire des situations dans lesquelles le doctorat nous plonge lorsque l’on recherche, écrit, enseigne, travaille à côté de ses recherches, échange ou s’isole, mais plutôt de comprendre nos conditions  d’« hybrides » inclassables (Michel, 2012, p. 157) qui, comme le plasticien, tendent à écrire « non pas sur le vif de leur création mais sur la dépouille, la mue, qu’ils sont en train de quitter » (Le Gouic, 2007, p. 61).

Les ouvrages de Hunsmann et Kapp et de Di Filippo, François et Michel sont très différents mais délivrent un même message d’espoir :

  • une bonne thèse (donc une thèse avant tout finie) peut être menée dans toutes les conditions possibles, ou presque (Fernand Braudel a bien mené la sienne en captivité !) ;
  • une bonne recherche n’est pas disqualifiée d’avance du fait de potentiels « handicaps » – tels que l’intégration disciplinaire, la reconnaissance du sujet, les formes d’encadrement, l’accès au terrain, etc – pour peu que l’on prenne la peine de s’intéresser (avec mesure) aux règles du milieu de la recherche.

La position du doctorant

Position-du-doctorantLes essais et parcours d’Hélène François, de Fanny Martin, d’Audrey Bonjour, de Magali Bugne, d’Anthony Michel, de Sahand Aleboyeh, d’Albinou Ndecky, d’Aurélie Michel et de Laurent Di Filippo n’ont pas de point final puisque les contributeurs en fin de thèse ou jeunes docteurs  s’interrogent sur leurs parcours en situation.

Non dépourvue d’humour, l’écriture des auteurs  reflète  des aspects parfois surprenants des expériences que chacun peut vivre ou avoir vécu. Elle présente surtout l’avantage de ne pas être celle d’écrits arrivés « à maturité », dont les béquilles auraient disparu une fois le récit suffisamment solide pour que la critique puisse y assoir un jugement scientifique. À cet égard, les contributions de Magali Bugne (p.87) et d’Hélène François (p.29) ne manquent pas de courage : elles y écrivent noir sur blanc leurs doutes, leurs erreurs et le cheminement par lequel elles sont parvenues à construire leur posture théorique en réponse à ces expériences.

Les auteures donnent donc à voir, à travers l’énonciation de leurs choix personnels, de leurs errances, de leurs changements de perspective, une étape intermédiaire de la réflexivité du chercheur, qui peut permettre au lecteur de se poser à son tour les bonnes questions avant de s’attaquer à la rédaction de son manuscrit : « Et moi ? Quelle est ma thèse ? Qu’est-ce que je souhaite défendre devant mon jury ? Et comment est-ce que je compte m’y prendre ? ».

Bien que « simple », l’idée portée par ce projet n’aurait pu être concrétisée sans une certaine cohérence bibliographique structurante et des échanges visibles entre les contributions. Peut-être l’absence de contributeur issu des sciences exactes a-t-elle également permis aux auteurs de se concentrer sur les enjeux de la réflexivité plutôt que sur la réalisation d’un catalogue des pratiques disciplinaires de recherche. C’est tant mieux.

À côté de ces récits de vie sur la position des doctorants, il est intéressant de lire les témoignages et recommandations des chercheurs confirmés de l’ouvrage d’Hunsmann et Kapp (Thébaud-Mony, p.315), particulièrement dans les cas où le doctorant s’éveille (Aleboyeh, p.117) ou s’engage (Ndecky, p.135) politiquement – sachant que, d’une manière ou d’une autre, le chercheur sera toujours amené à parler à partir d’un point de vue situé en relation avec une « hiérarchie de la crédibilité » (Becker, 1967, p.241).

Devenir chercheur

couverture_devenir_chercheurL’ouvrage de Hunsmann et Kapp présente l’intérêt majeur de regrouper des contributions de grands noms de la recherche sur les étapes jalonnant l’ensemble du parcours de thèse, de l’écriture du projet de thèse (Olivier de Sardan, p. 107) à la soutenance (Zigliara & Hess, p.271) en passant par la publication (Mathieu-Fritz  & Quemin, p.229).

Partant du postulat que tout doctorant devrait avoir accès à ces informations fondamentales pour mener à bien son projet de recherche, ce « manuel intempestif » propose des directions (Dayer, p.87), des points d’arrêt (Charmillot, p.155) mais aussi des recommandations prosaïques repérables par un encadré, comme sur l’e-réputation (Dacos & Mounier, p.251), l’articulation des approches quantitatives et qualitatives (Lemercier, Ollivier & Zalc, p.125) ou encore sur la dose d’interdisciplinarité acceptable dans une thèse (Comeliau, p.81).

Le doctorant apprend donc toujours de cette lecture. Il peut surtout se rendre compte, à mesure que les contributions qu’il parcourt se rapprochent de son intuition et de sa démarche, qu’il est finalement sur sa bonne voie  – ce qui, face à la feuille blanche, peut faciliter le passage à l’analyse comme à l’écriture.

Comme le souligne Howard S. Becker, « jour après jour, en prenant de nombreuses décisions concernant ce que vous alliez faire de votre recherche, vous avez élaboré les réponses à de nombreuses questions qui vous semblent à présent si compliquées » face à votre écran  « complètement blanc ». « En réalité, vous en êtes à la fin et votre tâche principale consiste à vous rendre compte de tous les choix que vous avez faits et à réfléchir à la façon dont ils vous ont amené à dire ce que vous avez à dire. » (Becker, 2013, p. 11).

C’est pourquoi rédiger régulièrement (Zaki, p.171), que ce soit quelques mots sur ses idées en cours de thèse, un compte-rendu de réunion ou encore un journal de terrain, constitue une bonne habitude à prendre, notamment au regard des contributions de Martin (2012) et Bayard (2013) qui, respectivement ouvrent et clôturent les ouvrages collectifs présentés ici.

En effet, la réflexivité du chercheur comme de ses enquêtés étant « un élément de contexte à exploiter et à développer » (Martin, 2012, p.62), la rédaction régulière peut également aider le doctorant à tirer des données récoltées des analyses et des résultats d’enquête. Il peut ainsi se remémorer ses premiers raisonnements, afin de réussir à saisir la complexité humaine in situ, dans un dessein scientifique.

« Les chercheurs en sciences sociales sont au mieux des artistes, plus communément des artisans d’art. Ils doivent l’admettre avec humilité et orgueil. Et bien comprendre qu’ils font d’abord acte de création plutôt que de connaissance – ou plutôt que leur acte cognitif est indissolublement un acte créatif. Ils consignent moins les faits sociaux dans leur réalité supposée objective ; ils en dévoilent moins l’essence (ou plutôt l’ « événement », pour reprendre la distinction de Gilles Deleuze, relative à la définition du concept) qu’ils ne produisent un raisonnement à leur sujet, qu’ils ne les interprètent, qu’ils ne les problématisent » (Bayart, 2013, p.335).

Cependant, si « vous ne dites rien, vous n’exprimez rien, vous vous contentez d’observer : les observés ont donc fort peu de chances de vous « entendre » de travers ni de vous reprendre ; et si vous les écoutez sans leur répondre ni leur poser de questions, il n’y aura pas non plus d’indice tangible de vos mauvaises interprétations » (Beaud & Weber, 1997, p.139).

Ainsi, le projet de thèse appréhendé comme une « anthropologie de l’ordinaire » (Chauvier, 2010) se focalise donc sur deux points : le recentrage de la recherche sur les interactions dans lesquelles le chercheur est impliqué (Di Filippo, 2011) et la redéfinition de la place de l’enquêté comme interlocuteur plutôt que comme simple informateur (Agulhon, 2014).

Références

AGULHON, S., 2014, « Penser avec ses enquêtés : réflexions sur les pratiques de recherche engagées », comptes rendus, l’enquête et le terrain, Les Aspects Concrets de la Thèse.

BEAUD, S., & WEBER, F., 1997, Guide de l’enquête de terrain, éditions La Découverte.

BECKER, H.S., 2013, « Préface. Écrire une thèse, enjeu collectif et malaise personnel » pp. 9-16, in : Hunsmann, M. & Kapp, S., dir., Devenir chercheur : Écrire une thèse en sciences sociales, éditions de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales.

BECKER, H.S., 1967, “Whose Side Are We On ?”, pp.239-247, Social Problems, Vol. 14, No. 3, pp.239-247.

CHAUVIER, E., 2011, Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard, éditions Anacharsis.

DI FILIPPO, L., FRANÇOIS, H. & MICHEL, A., dir., 2012, La position du doctorant : Trajectoires, engagements, réflexivité, Questions de communication, série actes 16.

DI FILIPPO, L., 2011, « Éric Chauvier, Anthropologie de l’ordinaire. Une conversion du regard », Questions de communication, 20, 2011, pp.399-401.

HUNSMANN, M. & KAPP, S., dir., 2013, Devenir chercheur : Écrire une thèse en sciences sociales,  éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

LE GOUIC, J.-C., 2007, « Distinguer recherche par la pratique plastique et recherche sur la création d’objets plastiques », pp.61-74, in : Danétis, D., dir., Pratiques artistiques, pratiques de recherche,  L’Harmattan.

MICHEL, A., 2012, « La bivalence du chercheur en arts plastiques : une réflexion entre théorie et pratique », pp.153-170, in : Di Filippo, L., François, H. & Michel, A., dir., La position du doctorant : Trajectoires, engagements, réflexivité,  Questions de communication, série actes 16.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *