La thèse, un « vrai » travail!

Souvent, nous avons nous-mêmes du mal à considérer notre travail de thèse comme un « vrai » travail. Se considérer soi-même comme « chercheur(e) », en formation certes, mais chercheur(e) quand même, me semble cependant un pas important dans le processus d’insertion professionnelle. En effet, la thèse est une véritable expérience professionnelle qui demande des compétences nombreuses qui dépassent de loin la seule capacité de rédiger le document final. Sans ignorer la situation problématique dans laquelle se trouvent actuellement l’enseignement supérieur et la recherche en France, l’insertion professionnelle reste, en partie, une question d’estime de soi et d’état d’esprit. Donc : n’intériorisons pas l’infériorité supposée de notre statut en concevant la thèse comme du « non-travail » ou du « pas encore-travail »! Poser la question de l’insertion professionnelle en termes de « passage thèse-travail » (autrement dit : « Qu’est-ce que j’aimerais faire quand je serai grand ? ») semble donc malheureux. Non seulement parce que la thèse est déjà un travail à part entière, mais parce que l’insertion professionnelle est un processus et non pas un moment précis.

Dans quel projet professionnel s’inscrit ma thèse ?

Il y a trente-six raisons, et donc manières différentes, de faire une thèse. Certains font une thèse avec comme objectif  de devenir chercheur ou enseignant-chercheur, d’autres pour acquérir des compétences spécifiques et s’insérer dans un milieu professionnel précis, d’autres parce qu’ils n’ont pas eu le courage  ou la force de tourner le dos à ce monde académique qui les valorisait tant, et d’autres encore sont guidés pas le seul « désir de connaissance ». Posons-nous donc la question : quelle est la place de la thèse dans mon projet personnel ?*

Transformer ses expériences en compétences

Loin d’être uniquement un travail intellectuel sur un sujet pointu, la réalisation d’une thèse implique des savoir-faire divers et variés. Ainsi, en faisant une thèse, nous apprenons notamment à:

  • Réfléchir, développer une analyse critique et structurer nos pensées
  • Conduire des recherches / enquêtes (collecter de l’information, la traiter, puis la restituer de manière cohérente)
  • Écrire de manière correcte, compréhensible et articulée (ce n’est pas rien !)
  • Présenter notre travail à l’oral
  • Respecter les délais (au moins ceux pour les colloques ou les appels à contribution…)
  • Travailler à la fois de manière autonome et en équipe
  • Gérer un « projet » (la thèse) du début à la fin
  • Prendre des initiatives (sur le terrain, à l’université…)
  • Développer un « réseau » et contribuer à son animation. (Sans développer un rapport utilitariste à son environnement professionnel, il s’agit simplement d’être conscient du fait que beaucoup de choses « se font » grâce à l’insertion (intentionnelle ou non, consciente ou non) dans différents groupes ou cercles relationnels « ouverts »…)
  • Faire preuve de détermination et d’endurance (voire d’obstination! 🙂
  • Enfin, nous aurons acquis une connaissance empirique et théorique poussée d’un domaine particulier.

Nous ne pouvons transformer ces expériences en compétences que si nous en sommes conscients. Une autre compétence à acquérir est donc celle de savoir mettre en valeur son parcours et d’être capable de dire à de futurs employeurs (universitaires ou pas) : « Je peux vous apporter ce savoir-faire. ». En tant que jeunes chercheurs, nous avons à gérer nos « identités multiples », dont la pertinence varie en fonction des interlocuteurs. A titre d’exemple, une doctorante peut parfaitement être à la fois anthropologue, africaniste, chercheure en santé publique, spécialiste des questions d’« aide au développement », enseignante confirmée, gestionnaire de projet (thèse, séminaire, journée d’étude ou colloques, animation réseau…), et multilingue (voire spécialiste d’une langue rare). A nous de jouer avec ces identités, d’apprendre à nous en servir intelligemment.

Différentes voies d’insertion

Pour ce qui est de l’insertion dans le champ universitaire, il peut être utile de savoir que trois types de critères sont retenus lors de la « Qualification » (une particularité française, que cette idée qu’une thèse excellente n’est pas, à elle seule, suffisante pour être « qualifié » pour un emploi de maître de conférences…). Outre les publications (en soi, les échanges avec les « collègues » en amont et en aval de la publication en font un vecteur de professionnalisation) et l’expérience d’enseignement (faites-vous exploiter un peu, mais pas trop…), le CNU retient l’expérience administrative comme un critère de « qualification ». Cette dernière englobe beaucoup de choses différentes, comme par exemple l’organisation d’une journée d’étude ou d’un séminaire, l’animation d’un réseau, d’une revue ou d’un blog scientifique, l’engagement comme représentant aux instances de son établissement ou le fait d’être membre actif dans une association de chercheurs. Bref, à l’université comme ailleurs, on cherche des gens qui « font tourner la boutique ».

Dans l’optique d’une insertion extra-académique, la thèse peut constituer une manière de nouer contact avec un milieu, de mieux le comprendre et d’y être pris au sérieux. A cet égard, l’Association Bernard Grégory (nouvellement baptisée « L’intelli’agence » et  qui a pour but de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes docteurs dans le privé) souligne que dans le domaine des sciences humaines et sociales, les docteurs et doctorants sont souvent eux-mêmes à l’origine de la création du poste qu’ils occuperont : ils créent leur propre emploi. Bien souvent, il n’est donc pas pertinent de raisonner dans le cadre d’un « monde fini » où tous les débouchés possibles existeraient déjà et où il suffirait de « trouver » sa place. On peut aussi « se faire sa place » ! Dans bien des organisations et institutions, il y a de la place (et de l’argent) pour de nouvelles idées, des prises d’initiatives et des projets novateurs.

Prenons-nous au sérieux !

Enfin, prenons notre travail de recherche et nous-mêmes au sérieux. C’est probablement le meilleur moyen d’inciter nos interlocuteurs à nous prendre au sérieux à leur tour. Ne soyons pas le nez dans le guidon (de nos recherches), mais faisons aussi autre chose : organisons des ateliers, des journées d’étude ou de professionnalisation, des séminaires, qui nous permettent de rencontrer des gens dans un autre cadre. Sollicitons les regards extérieurs sur notre travail de recherche : non seulement cela  permet des retours sur ce que nous faisons, mais contribue aussi à la circulation de nos travaux. Avec un peu de chance, il y a des personnes qui ne sont pas complètement indifférents à nos recherches et nos résultats. Profitons-en et partageons notre travail en allant à la rencontre des gens, chercheurs et « acteurs ». Non seulement, avons nous une petite chance que nos travaux aient un impact sur le monde « réel », mais ça motive, ça donne du sens à notre activité, ça évite de rester seul avec nos pensées et ça peut ouvrir des portes…souvent complètement imprévisibles. Bref, lançons des bouteilles à la mer !

Moritz Hunsmann

Ce texte est une version abrégée d’une contribution à la journée sur la professionnalisation, organisée en janvier 2010 par le Réseau des Jeunes Chercheurs Santé & Société.

* J’invite celles et ceux qui, comme moi, se posent des questions par rapport au concept de « projet », à regarder la vidéo suivante de Franck Lepage (inspirée de l’ouvrage Le nouvel esprit du capitalisme d’Eve Chiapello et Luc Boltanski).


6 réflexions sur « La thèse, un « vrai » travail! »

  1. Il y a je pense et entre autres deux phénomènes qui expliquent ce genre d’absurdités institutionnelles (pour faire bref, conforter les thèses ‘moins bonnes’ et écarter des candidats sur des critères non-scientifiques) :

    1)l’incapacité collective à reconnaitre que toutes les thèses ne sont pas excellentes (ce qui tient pourtant du truisme, après tout, toutes les baguettes de pain ne sont pas bien cuites et toutes les maisons ne sont pas bien construites, pourquoi toutes les thèses seraient-elles « très honorables avec félicitations du jury à l’unanimité et incitation à la publication »)

    2) La peur des encadrants de thèse d’admettre une défaillance pédagogique qui rejaillirait sur eux par l’entremise de leur doctorant en échec (quand certains courent ventre à terre derrière une prime d’encadrement doctoral il est vrai très alléchante dans certaines institutions, suivez mon regard …).

    Au final, ce sont les candidats qui font les frais de ce système, indépendamment de l’excellence académique qu’ils s’obstinent à atteindre tout au long de leur parcours : d’une soutenance brillante (ou donnée comme telle), on passe à des candidatures (qualif, MCF, etc) aux résultats souvent catastrophiques.
    A cela s’ajoute un système institutionnel totalement parasité par le clientélisme, mais qui se drape dans des politiques (de façade) de recrutements exogènes qui fonctionnent tellement bien, qu’à Bruxelles nous avons désormais des programmes de financement pour le retour des post-doctorants qui se sont expatriés et qui ne souhaitent plus revenir travailler dans leur pays d’origine.

    Il manque donc un échelon, je pense, entre la soutenance de la thèse (pas forcément mieux lue qu’une candi CNU) et ladite candidature pendant laquelle les « à côtés » de la thèse (publications, expérience pédagogique et administrative) seront évalués avec souvent plus de minutie que le travail de thèse lui-même.

    Il apparait donc une déconnexion souvent déroutante entre la qualité réelle du travail et le résultat d’une qualification (dans un sens comme dans l’autre), et le CNU se retrouve donc, mécaniquement, dans le rôle du pourvoyeur de sanction là où directeur et jury de thèse n’étaient que compliments et encouragements unanimes.

    Ce n’est pas à nous, doctorants, de lutter contre ce système, mais nous devons le connaitre pour mieux tirer notre épingle de ce jeu de dupes (pour paraphraser Howard Becker).

    Afin d’alimenter un débat qui n’est ni actuel, ni franco-français, je renvois à l’article d’Yves Winkin paru dans Terrain n°21, et intégralement disponible à l’adresse suivante : http://terrain.revues.org/index3072.html

    Je ne suis pas sûr que cela soit très rassurant, mais au moins le problème y est traité à bras le corps.

  2. Merci pour votre réponse !

    Il est vrai que le CNU dysfonctionne particulièrement dans certaines disciplines (pas la mienne, l’histoire, à vue de nez). Mais je ne suis pas complètement d’accord pour autant avec les points 2) et 3), dans la mesure où tant que la composition des jurys est très peu encadrée (possibilité d’un jury de 3 personnes aux compétences académiques/liens entre elles pour le moins contestable), on ne peut pas espérer d’amélioration réelle sur le 1) (thèse accordée, voire bien notée, pour un travail déplorable).

    Sur le 2) : oui, en théorie, un bon comité de sélection doit faire ça – j’ai moi-même ainsi lu des thèses en conditions acrobatiques. Néanmoins il ne peut humainement le faire qu’au 2e stade, quand on est passé de 150 candidats à 10 auditionnés. Si, en l’absence de qualification, on a 300 candidats, que fait-on ? Plus fondamentalement, que fait-on quand le comité de sélection est incestueux etc. ? Le CNU fait vraiment barrage à beaucoup de choses absurdes, d’après ma connaissance (certes limitée et située) de son fonctionnement. Et même si je suis OK pour améliorer le fonctionnement du CNU et faire les (minimes en réalité) améliorations procédurales très nécessaires pour que la qualification ne bloque pas les docteurs étrangers, je trouve que le fait qu’à un moment ou un autre une instance nationale intervienne dans le processus n’est pas un mal. Cela pourrait d’ailleurs, comme dans le passé, être plutôt après la phase locale, mais le problème n’en serait guère changé (et de toute façon on ne va pas vers ça…).

  3. Merci pour ce commentaire sur la qualification – et tout à fait d’accord pour dénoncer le risque (réel!) de pénalisation des candidats ayant un horizon qui va au-delà du seul monde franco-français. J’aurais tendance à répondre trois choses:

    1) Le système français de notation de thèses est absurde (90% des thèses ou presque obtiennent les « félicitations du jury à l’unanimité »…). C’est donc ce système-là qu’il faut « réparer », si l’on veux permettre à l’institution de distinguer le travail de qualité du travail…de moins bonne qualité.

    2) Qu’est-ce qui empêche celles et ceux qui recrutent un(e) maître de conférence d’effectivement LIRE le travail des candidats? En quoi ont-il besoin du CNU pour leur dire ce qui est bon et ce qui ne l’est pas? S’il s’agit d’empêcher le recrutement incestueux de ses propres doctorants, le CNU n’est manifestement pas un antidote efficace!

    3) Le CNU peut même renforcer les effets de censure et d’inceste académique. Il suffit de regarder les CNUs actuels d’économie (entre les mains des économistes standards/libéraux) et de sociologie (en bonne partie composé de fans d’astrologie…que je ne qualifierai pas publiquement).

    Donc: Attaquons-nous aux vrais problèmes! Ajouter un mécanisme supplémentaire (la qualification) pour pallier les défaillances du système plus global n’est pas une solution satisfaisante…

  4. A propos de « la « Qualification » (une particularité française, que cette idée qu’une thèse excellente n’est pas, à elle seule, suffisante pour être « qualifié » pour un emploi de maître de conférences…). »
    Cela varie certes selon les disciplines et les moments, mais il ne faut pas non plus croire qu’il y a des thèses excellentes non qualifiées ou qu’à ce stade-là il faut avoir abondamment publié/enseigné/administré (d’après tout ce que j’en ai vu ou entendu, il suffit de ne pas être à un zéro absolu sur chacun de ces critères). Ce qui se passe, c’est qu’il y a des choses qui sont soutenues qui ne sont vraiment pas des thèses, ou pas des bonnes thèses, pour diverses raisons. Et il y en a vraiment plus que tout le monde ne le pense, des thèses qui sont en fait la biographie émue du grand-père par le petit-fils soutenues devant 3 personnes, le directeur et deux amis (un exemple parmi d’autres…). Donc, autant le système de qualification a bien des défauts (notamment d’avoir pour conséquence plus ou moins involontaire de gêner le recrutement de docteurs ayant fait leur thèse à l’étranger), autant il ne me semble pas du tout absurde…

  5. Merci, ce message nous éclaire et nous oriente à la fois. Nous voudrons bien réagir pour d’autres contributions prochaines. Inscrit en thèse de Sociologie à l’Université de Cocody- Abidjan
    ABERLOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *