Tous les articles par Moritz Hunsmann

Au-delà du « colloque singulier » : vers des pratiques collectives d’encadrement doctoral ?

Sans en être un compte-rendu complet, ce billet s’inspire fortement de l’intervention de Marc Bessin au séminaire « Les aspects concrets de la thèse », le 4 mars 2011, sur le thème « Transmission et présence sociale dans la formation à la recherche ».

Pour faire (très) simple, l’on peut distinguer deux conceptions idéal-typiques de la transmission dans la formation doctorale: la conception classique basée sur une relation « maître-disciple », et la conception plus récente en termes d’« accompagnement ». Au centre de la première, le directeur (ou la directrice) de thèse choisit ses doctorant(e)s pour étendre son propre domaine de recherche, se positionner au niveau national et international et, ainsi, renouveler le sous-champ de la recherche qu’est le sien ou, plus globalement, reproduire son école de pensée. Continuer la lecture de Au-delà du « colloque singulier » : vers des pratiques collectives d’encadrement doctoral ?

L’écriture scientifique existe-t-elle ?

Ceci est le résumé, par Maryvonne Charmillot, de son intervention dans le séminaire « Les aspects concrets de la thèse » le 5 nov. 2010 à l’EHESS. Nous avons fait le choix de garder le style éclectique de l’oral et de publier le texte dans son intégralité – prenez le temps de le lire jusqu’au bout, ça vaut le coup!

Je voudrais tout d’abord remercier Moritz et Sébastien de m’avoir invitée à partager avec vous, à l’occasion de ce séminaire, les réflexions que je développe dans mon activité d’enseignante et de chercheure en sciences de l’éducation à l’Université de Genève. Continuer la lecture de L’écriture scientifique existe-t-elle ?

La thèse, un « vrai » travail!

Souvent, nous avons nous-mêmes du mal à considérer notre travail de thèse comme un « vrai » travail. Se considérer soi-même comme « chercheur(e) », en formation certes, mais chercheur(e) quand même, me semble cependant un pas important dans le processus d’insertion professionnelle. En effet, la thèse est une véritable expérience professionnelle qui demande des compétences nombreuses qui dépassent de loin la seule capacité de rédiger le document final. Sans ignorer la situation problématique dans laquelle se trouvent actuellement l’enseignement supérieur et la recherche en France, l’insertion professionnelle reste, en partie, une question d’estime de soi et d’état d’esprit. Continuer la lecture de La thèse, un « vrai » travail!

Les chevaliers-paysans de l’an mil au lac de Paladru…

Pour celles et ceux qui en doutaient: le bouquin existe pour de vrai!

Qui ne s’est jamais demandé si le fossé qui le séparait – lui le doctorant – du reste du monde n’était pas infranchissable et si, du coup, il ne fallait pas mieux définitivement s’accommoder de son isolement…comme le semble  avoir fait Agnès Jaoui dans cet extrait, devenu classique, du film « On connait la chanson » ? Ceci dit, si Jade a crû bon de nous rappeler cette séance de film lors de son intervention au séminaire du 19 novembre sur les « pistes contre l’isolement » Continuer la lecture de Les chevaliers-paysans de l’an mil au lac de Paladru…

Soutenir sa thèse – Un rite à réinventer ? (de Jean Ferreux)

J’ai assisté à un nombre non négligeable de soutenances de thèses (en sciences sociales, du moins ; pour les autres, je ne sais pas). Assisté seulement, parce que – mais cela est une autre histoire – je n’ai jamais soutenu la mienne. Et le souvenir, globalement, que j’en conserve est celui de salles glauques, avec un impétrant inaudible (il tourne le dos à l’assistance) et un jury dont je ne peux pas dire qu’il manifeste un intérêt quelconque à ce qui se passe. Continuer la lecture de Soutenir sa thèse – Un rite à réinventer ? (de Jean Ferreux)

Premiers Textes – rubrique « jeunes chercheurs » de la revue SociologieS

Avec sa rubrique « premiers textes », la revue de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) propose aux jeunes sociologues de soumettre leurs  premiers écrits à une revue à comité de lecture. Sans faire des concessions sur les exigences de  qualité, cette initiative a le mérite d’explicitement signaler que les contributions de jeunes auteurs sont les bienvenues. Voici comment cette rubrique est décrite sur le site de la revue revue SociologieS:

« Premiers textes s’adresse à de jeunes chercheurs, doctorants ou récents docteurs (moins de cinq ans) afin de leur permettre de valoriser leur travail. Bien évidemment l’existence d’une telle rubrique, si elle se veut facilitation d’un accès à la publication, ne dispense pas d’une procédure d’expertise. Les textes soumis font l’objet d’une double évaluation, analogue à celle mise en place pour les autres articles. Ces premiers textes peuvent aussi bien rendre compte d’un travail en cours ou achevé que développer une réflexion théorique ou méthodologique, présenter une synthèse ou un aspect particulier d’une recherche. Seule la qualité est une exigence commune. »

Une fois publiés, les articles seront en libre accès sur le portail revues.org – c’est à dire qu’avec un peu de chance, ils seront effectivement lus! 🙂 Alors? Lancez-vous!

Le travail de thèse comme occasion d’exercer sa capacité de penser

 

Ceci est le compte-rendu de la séance du 16 avril 2010 du séminaire « Les aspects concrets de la thèse ».

« Que signifie penser ? » et « À quoi cela sert-il de penser pendant que l’on prépare une thèse ? » Voilà les questions par lesquelles Michel Beaud – auteur, entre bien d’autres ouvrages, de L’art de la thèse – a ouvert cette séance du 16 avril 2010. Continuer la lecture de Le travail de thèse comme occasion d’exercer sa capacité de penser

« L’écriture de l’élève » – entretien avec Howard Becker

Dans cet entretien réalisé par Alain Müller, et publié dans la revue ethnographiques.org, Howard Becker, l’auteur des incontournables Écrire les Sciences Sociales et Les Ficelles du métier, revient sur la situation particulière du jeune chercheur et ses effets (néfastes) sur sa manière d’écrire :

« La situation dans laquelle se trouve un étudiant qui écrit son travail de fin d’étude est tout à fait particulière. Cela n’arrive pas souvent et à partir du moment où il l’a écrit, il ne le refera plus jamais. Cela ne permet pas vraiment d’apprendre le travail de rédaction en sciences sociales car c’est l’unique fois dans leur vie où seules trois ou quatre personnes auront l’autorité complète de le juger. Cela n’arrive plus jamais ensuite. Dès que l’on cesse d’être étudiant et que l’on devient sociologue ou anthropologue « en activité », on diffuse son travail et, comme on dit en anglais, on l’adresse « to whom it may concern » (à ceux qui pourraient être concernés), c’est-à-dire à toute personne susceptible de le sélectionner et de le lire. C’est une situation complètement différente. »

Voici le lien pour trouver le texte complet de l’entretien (vous y trouverez également une petite vidéo). Bonne lecture !

Source : Alain Müller, 2009. « Dialogue avec Howard Becker : Comment parler de la société ? ». ethnographiques.org, Numéro 19 – décembre 2009.

Présenter un exposé oral: colloque, séminaire, conférence

Ceci est le compte-rendu de la séance du vendredi 19 mars 2010 du séminaire « Les aspects concrets de la thèse ».

 

 

Alors que la question qui vient à l’esprit de beaucoup lorsqu’il s’agit de présenter une communication scientifique a souvent trait aux aspects techniques de la présentation (gestion du temps, supports…), Luc van Campenhoudt propose un tout autre regard sur la question. Continuer la lecture de Présenter un exposé oral: colloque, séminaire, conférence

Écrire une thèse en sciences sociales: écriture, relecture, réécriture

 

Compte-rendu de la séance du 2 avril 2010 du séminaire « Les aspects concrets de la thèse ».

Actuellement chargée de recherche à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain à Tunis, Lamia Zaki est intervenue pour nous présenter un retour sur son expérience d’écriture de la thèse – expérience dont elle avait déjà rendu compte dans un article paru en 2006 : « L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessités », Genèses, 2006/4, n°65. Continuer la lecture de Écrire une thèse en sciences sociales: écriture, relecture, réécriture