Archives de catégorie : Encadrement/Soutenance

Se former à la recherche en sciences sociales. Quelques mots sur l’expérience doctorale

VoilierCe billet se veut la recension de deux ouvrages à destination des doctorants et des publics souhaitant mieux connaître le quotidien du thésard :

  • La position du doctorant : Trajectoires, engagements, réflexivité, sous la direction de Laurent Di Filippo, Hélène François & Anthony Michel, Questions de communication, série actes 16, 2012, 210 pages ;
  • Devenir chercheur : Écrire une thèse en sciences sociales, sous la direction de Moritz Hunsmann & Sébastien Kapp, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2013, 359 pages.

Continuer la lecture de Se former à la recherche en sciences sociales. Quelques mots sur l’expérience doctorale

Que faire des conseils (ou en l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?

Le lundi 18 février 2013, dans le cadre du séminaire des Aspects Concrets de la Thèse, Monique de Saint Martin (Sociologue, Directrice d’études à l’EHESS et Chercheure à l’IRIS) a présenté, sous la forme d’un dialogue avec ses auditeurs, l’une des dimensions essentielles du doctorat : la relation avec le directeur ou la directrice de thèse.

Vous pouvez écouter le podcast de la séance ci-dessous (si rien ne s’affiche, rafraîchissez la page en appuyant sur F5 ou cliquez ICI)

Continuer la lecture de Que faire des conseils (ou en l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?

Le couple directeur/doctorant : rencontre, aspirations et communication…

La séance du 7 mai 2012 du séminaire ACT s’est proposé de revenir, à travers un partage d’expériences, sur la question de l’encadrement doctoral, compris ici dans le sens de la relation avec le directeur/ la directrice de thèse. Nœud central de la thèse, l’encadrement renvoie à un large éventail de pratiques, de la subordination révérencieuse au couple façon « je t’aime moi non plus ». La séance fut animée par Jade Legrand et Tristan Loloum. Continuer la lecture de Le couple directeur/doctorant : rencontre, aspirations et communication…

La thèse-cyprès et la thèse-olivier

Un bon directeur a toujours de bonnes ficelles à partager avec ses étudiants. J’aimerais ici faire part d’un conseil que m’avait donné un ancien directeur de mémoire et désormais ami, le sociologue espagnol Antonio Aledo Tur. Je me souviens de lui me disant : « ton mémoire doit avoir la forme d’un cyprès, toi tu veux me faire un olivier… ». Quoique que je ne sois jamais tout à fait parvenu à suivre son conseil, sa métaphore mérite bien la filature : Continuer la lecture de La thèse-cyprès et la thèse-olivier

Au-delà du « colloque singulier » : vers des pratiques collectives d’encadrement doctoral ?

Sans en être un compte-rendu complet, ce billet s’inspire fortement de l’intervention de Marc Bessin au séminaire « Les aspects concrets de la thèse », le 4 mars 2011, sur le thème « Transmission et présence sociale dans la formation à la recherche ».

Pour faire (très) simple, l’on peut distinguer deux conceptions idéal-typiques de la transmission dans la formation doctorale: la conception classique basée sur une relation « maître-disciple », et la conception plus récente en termes d’« accompagnement ». Au centre de la première, le directeur (ou la directrice) de thèse choisit ses doctorant(e)s pour étendre son propre domaine de recherche, se positionner au niveau national et international et, ainsi, renouveler le sous-champ de la recherche qu’est le sien ou, plus globalement, reproduire son école de pensée. Continuer la lecture de Au-delà du « colloque singulier » : vers des pratiques collectives d’encadrement doctoral ?

Soutenir sa thèse – Un rite à réinventer ? (de Jean Ferreux)

J’ai assisté à un nombre non négligeable de soutenances de thèses (en sciences sociales, du moins ; pour les autres, je ne sais pas). Assisté seulement, parce que – mais cela est une autre histoire – je n’ai jamais soutenu la mienne. Et le souvenir, globalement, que j’en conserve est celui de salles glauques, avec un impétrant inaudible (il tourne le dos à l’assistance) et un jury dont je ne peux pas dire qu’il manifeste un intérêt quelconque à ce qui se passe. Continuer la lecture de Soutenir sa thèse – Un rite à réinventer ? (de Jean Ferreux)

« L’écriture de l’élève » – entretien avec Howard Becker

Dans cet entretien réalisé par Alain Müller, et publié dans la revue ethnographiques.org, Howard Becker, l’auteur des incontournables Écrire les Sciences Sociales et Les Ficelles du métier, revient sur la situation particulière du jeune chercheur et ses effets (néfastes) sur sa manière d’écrire :

« La situation dans laquelle se trouve un étudiant qui écrit son travail de fin d’étude est tout à fait particulière. Cela n’arrive pas souvent et à partir du moment où il l’a écrit, il ne le refera plus jamais. Cela ne permet pas vraiment d’apprendre le travail de rédaction en sciences sociales car c’est l’unique fois dans leur vie où seules trois ou quatre personnes auront l’autorité complète de le juger. Cela n’arrive plus jamais ensuite. Dès que l’on cesse d’être étudiant et que l’on devient sociologue ou anthropologue « en activité », on diffuse son travail et, comme on dit en anglais, on l’adresse « to whom it may concern » (à ceux qui pourraient être concernés), c’est-à-dire à toute personne susceptible de le sélectionner et de le lire. C’est une situation complètement différente. »

Voici le lien pour trouver le texte complet de l’entretien (vous y trouverez également une petite vidéo). Bonne lecture !

Source : Alain Müller, 2009. « Dialogue avec Howard Becker : Comment parler de la société ? ». ethnographiques.org, Numéro 19 – décembre 2009.