Tu seras Docteur, mon fils

Un poème  – presque – imaginaire de Rudyard Kipling (dont voici la version originale, en anglais et en français):

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans un seul mot te mettre à réécrire,
Ou perdre en un seul clic le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être intelligent tout en restant intelligible;
Si tu peux être docte sans cesser d’être tendre
Et, te sentant abandonné, sans abandonner ta cible,
Pourtant la rédiger et la défendre ;

Si tu peux supporter de voir tes écrits
Travestis par les membres de ton jury,
Et ton directeur te mépriser,
Sans mépriser toi-même ton directeur ;
Si tu peux supporter d’être encore étudiant à Bac+8,
Si tu peux rester debout tout en étant « ATER »
Et si tu peux aimer tous les étudiants en frères
Sans qu’aucun d’eux ne soit « nul » pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur
Rêver d’être un jour titulaire, et n’être que vacataire,
Penser, sans n’être qu’un penseur ;
Si tu peux noircir du papier sans cesser de battre le pavé,
Si tu peux être innocent et stratège
Si tu peux être fou, si tu peux être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer publication après colloque
Et essuyer les refus d’un même front,
Si tu peux suivre ta problématique et ton plan
Quand tous les autres les perdront ;
Alors les Congés, la Sécu, la Retraite
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que la Sécu et la retraite…

Tu seras Docteur, mon fils.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *