Le Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

Le Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société rassemble plus de deux cents jeunes chercheurs, principalement en thèse mais aussi en post-doctorat ou en master. Rattachés à des universités ou des établissements français et étrangers et appartenant à plus d’une dizaine de disciplines de sciences sociales, tous ses membres ont en commun de mener des recherches sur les enjeux sociaux de la santé et de la maladie, dans l’acception la plus large  : dimensions collectives de la maladie, politiques publiques de santé, déterminants sociaux de la santé, représentations savantes et profanes, systèmes de santé, etc.

S’appuyant sur une vision de la recherche comme activité sociale et s’inscrivant dans une logique de collaboration plutôt que de compétition, le réseau poursuit cinq objectifs complémentaires et interdépendants :

–          Faciliter les rencontres et la socialisation entre ses membres

–          Développer la connaissance scientifique ;

–          Valoriser les travaux en sciences sociales ;

–          Améliorer la formation thématique et technique de ses membres ;

–          Favoriser l’intégration professionnelle de ses membres.

Un « réseau-projet de recherche »

S’il existe depuis 2003, le Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société n’a pas de « personnalité morale » ni d’existence administrative en tant qu’entité propre. Le Réseau n’existe qu’en tant que « projet de recherche » et c’est à ce titre qu’il reçoit des financements de la Mire/Drees et de l’Iresp.

Ce point pourrait apparaître comme purement administrativo-technique mais en fait il n’est pas sans lien avec la philosophie qui sous-tend cette initiative débutée en 2003. En effet, cela signifie que le réseau n’est pas un service, une structure, un « guichet » en plus qui viserait à aider les jeunes chercheurs. Derrière tout cela, il y a l’idée que le fonctionnement en réseau est lui-même producteur de connaissances et que la pratique collaborative elle-même participe à la formation et à la professionnalisation de ses membres. Le Réseau est et sera donc ce qu’en font et en feront ses membres.

Contribuer à la production, à la valorisation et au transfert de connaissances

D’un point de vue scientifique, le réseau souhaite appuyer l’émergence de nouveaux objets et approches. En permettant à ses membres de se réunir autour de journées d’études, d’ateliers de travail, de séminaires, il favorise la confrontation des problématiques et des questionnements. Cela s’appuie sur deux leviers importants de la connaissance en sciences sociales : 1) le comparatisme (entre différents terrains, différents pays, différents systèmes de santé, différentes époques, etc.) ; 2) l’interdisciplinarité (confrontation des traditions problématiques, des méthodes et des manières de construire des données, etc.). Les initiatives de ses membres, la mise en place d’un site Internet et le travail avec les partenaires institutionnels participent de la valorisation des travaux actuels en sciences sociales de la santé. Plusieurs journées d’études et séminaires ont déjà donné lieu à la publication d’ouvrages collectifs ou de numéros spéciaux de revues scientifiques. Les échanges réguliers avec les milieux de la santé publique et le monde associatif facilitent le transfert de connaissances et les échanges entre acteurs de la santé et chercheurs – avec l’espoir que ces échanges contribueront à l’innovation sociale et politique en matière de santé et de maladie.

En favorisant l’amélioration de la formation thématique et technique de ses membres, le Réseau vise à former des professionnels de haut-niveau dans le champ des sciences sociales de la santé. L’investissement dans la vie du Réseau permet d’acquérir des compétences en matière de coordination, de gestion, de montage et de suivi de projets. Des formations plus spécifiques sont proposées ou soutenues : ateliers d’écriture, formation sur des logiciels spécifiques, soutien au montage de projets de recherche, etc. Par ailleurs, le Réseau organise régulièrement des journées thématiques permettant à ses membres de présenter leurs travaux de recherche et d’échanger sur des domaines ou approches pour lesquels ils ne sont pas nécessairement spécialistes. Il s’agit donc non seulement de former des chercheurs mais aussi de permettre à chacun de développer des compétences transversales.

La professionnalisation

Dans un contexte de rareté des postes universitaires, l’insertion professionnelle est un enjeu important en sciences sociales. Le Réseau vise à favoriser l’intégration professionnelle de ses membres non seulement dans le champ de la recherche académique mais aussi dans le champ non-académique. Il ne s’agit pas en effet de considérer que tous les docteurs en sciences sociales intègreront la recherche publique. Premièrement tous ne le voudront pas : après avoir terminé leur thèse, certains pourront souhaiter s’investir dans des postes plus opérationnels. Deuxièmement tous ne le pourrons pas compte-tenu du nombre de postes à pourvoir dans ce domaine. Le Réseau vise ainsi (en organisant des événements publics, en favorisant l’échange avec des partenaires, etc.) à favoriser la rencontre entre ses membres et les acteurs du monde professionnel (association, institutions, etc.) qu’ils soient ou non chercheurs.

Afin d’atteindre ses objectifs, le Réseau s’appuie sur différents moyens :

–          La coordination ;

–          Les supports numériques de communication ;

–          Les aides financières.

La coordination

L’animation scientifique et le suivi administratif du Réseau peut s’appuyer sur la coordination par un ingénieur d’étude contractuel embauché à mi-temps. Son rôle est de susciter et de soutenir les initiatives des membres du Réseau. Il s’occupe également du suivi administratif et financier, sous le contrôle de la direction du Réseau.

Le site, la liste de diffusion et la newsletter du Réseau

Le site Internet est à la fois une vitrine du Réseau vers l’extérieur, une ressource d’informations et un outil de valorisation des travaux et des initiatives de ses membres. Chacun d’eux a la possibilité de nourrir une fiche individuelle dans laquelle il peut présenter son parcours, ses publications, ses thématiques de recherche et ses centres d’intérêts.

Au site Internet est associée une « newsletter » qui, une fois par mois, reprend les informations importantes du domaine. Les membres du réseau peuvent par ailleurs échanger entre eux via une liste de discussion dont la modération est assurée par le coordinateur.

Les aides financières

Pour aider à la réalisation des projets de ses membres, le Réseau a la possibilité d’octroyer des aides financières. Ces aides sont attribuées (en concertation avec la coordination et en accord avec la direction du Réseau) à toutes les initiatives impliquant plusieurs membres du Réseau et qui permettent la réalisation de ses objectifs. Concrètement, il s’agit le plus souvent de financer des voyages permettant les rencontres effectives entre ses membres.

A côté de ses aides à des projets collectifs, le Réseau octroie chaque année deux ou trois bourses individuelles d’un montant d’environ 1000 euros pour permettre à leur bénéficiaire d’effectuer un séjour de recherche à l’étranger ayant pour objectif de nouer des contacts professionnels avec une structure d’accueil du champ « santé et société ».

L’adhésion au Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société

Toute personne en master, doctorat ou post-doctorat et dont les travaux portent sur la problématique large « santé et société » peut adhérer au Réseau. Celle-ci est gratuite mais est soumise à l’accord de la direction scientifique. Les jeunes chercheurs désireux de participer à ce projet sont donc invités à demander leur adhésion directement via le site du réseau : reseau-sante-societe.org

David Michels (Coordinateur du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.