« La thèse, un acte concret de création”: (im)pertinences de Jean-François Bayart au séminaire d’ACT

Dans son intervention au séminaire des Aspects Concrets de la Thèse (séance du 05/12/11), Jean-François Bayart n’a pas dérogé à ses principes et à sa renommée. Sa liberté de ton, son humour et ses engagements intellectuels ont pris corps à travers des figures fortes et des expressions colorées, qui ne l’ont pas empêché de développer une pensée tout en finesse et en subtilités. Sortant des sentiers battus, tout d’abord il dessine progressivement le monde actuel de la recherche en dénonçant, ensuite, les déboires du positivisme et de l’historicisme ; enfin, face à un tel contexte, Jean-François Bayart nous donne des pistes, à nous doctorants et jeunes chercheurs, pour nous positionner.

Les multiples facettes du travail de « chercheur-enseignant »

Photo prise par Mathieu Andrieux

En bon chercheur, il entame sa participation en explicitant sa position. Étayant son parcours, depuis son doctorat en sciences politiques jusqu’à la création de prestigieuses revues (Critique internationale, Politique africaine), il cite quelques-unes de ses chroniques régulières dans La Croix, Croissance ou Alternatives économiques. Il décrit également ses multiples casquettes : depuis le poste de consultant permanent auprès du Centre d’analyse et de prévision du ministère français des Affaires étrangères, à celui de directeur du CERI (centre d’études et de recherches internationales), en passant par celui de professeur, mentionnant également sa participation à divers supports médiatiques, en particulier blogs (Mediapart) et émissions de radio (France Culture), clamant son abhorration pour la télévision. Il termine cette rapide biographie en nous présentant le FASOPO (Fonds d’analyse des sociétés politiques), dont il est co-fondateur et où il expérimente la gestion de la recherche publique par une structure de droit privé. Ce préambule lui permet de tisser le profil du chercheur d’aujourd’hui : un être multicartes qui fait plusieurs métiers. Dans ce contexte, « il est important de savoir non pas ce que l’on est mais ce que l’on veut être », se considérant chercheur-enseignant, défendant avant tout sa liberté de parole et assumant l’éventuelle schizophrénie entre ses multiples rôles et son regard, sa position de chercheur qu’il revendique.

Le chercheur, l’enseignant et l’expert…

Cet itinéraire le mène à partager trois conclusions tirées de son expérience. D’abord, il est nécessaire de bien (re)définir la conception de la recherche que chacun veut défendre, en différenciant trois fonctions épistémologiquement et éthiquement différentes, bien que les politiques d’université tendent à les confondre : chercheur, enseignant et expert. Il montre combien les confusions sont redoutables : comment les enseignants-chercheurs peuvent-ils faire de la recherche lorsque les universités ne leur en donnent pas les moyens – ni bureaux, ni ordinateurs – mais au contraire les chargent d’heures de cours ? Alors que le chercheur-enseignant est censé partager les questionnements de ses publications à paraître avec les élèves et non pas enseigner des livres déjà écrits. Reprenant Péguy, il montre combien ces deux fonctions d’enseignement et de recherche peuvent être antithétiques et, avec de Certeau, en vient au rôle des experts. Cette dernière fonction consiste à faire de la « cavalerie intellectuelle », à mettre « le tapis plus loin que le toit de l’immeuble » et à « marcher dans le vide », afin de rester compréhensible pour les mondes de l’entreprise et du privé.

Évidemment, ces fonctions ne s’adressent pas non plus aux mêmes publics : le chercheur s’adresse à des comités scientifiques avec des codes de langage et des sociabilités particulières ; l’enseignant se dirige vers l’étudiant, mêlant langage et techniques d’exposition à des fins didactiques et pédagogiques ; l’expert quant à lui se tourne vers ses commanditaires qui disposent des rapports émis. Une singularité du chercheur – financé par le contribuable – est l’obligation pour ce dernier de mettre ses recherches dans l’espace public par le biais de publications scientifiques. L’accès aux séminaires est ouvert au public, même si cela est récemment remis en cause par les principes managériaux appliqués à l’université. Le chercheur aurait une fonction de déstabilisation, ce qui le rend à la fois opaque et qui justifie qu’il soit payé par la société. « La thèse est alors le moment fondateur et le moment-clé d’un itinéraire scientifique », où d’abord « l’on procède à l’accumulation primitive de capital », « de savoir-faire, de connaissances, de terrain(s) ». Ensuite c’est le moment d’acquisition de réflexes d’indépendance « par rapport aux autorités académiques », à l’ « académisme disciplinaire » et « par rapport aux différents pouvoirs… qui incitent à chercher en rond ». C’est enfin le moment où il faut « faire acte d’imagination scientifique ». Pour cela, s’opposant aux conceptions positiviste et historiciste des sciences, l’adjectif scientifique devient une fiction utile pour percevoir un salaire et qui ne vaut pas la peine que l’on se prenne au sérieux.

Investir les institutions

Jean-François Bayart donne des clés pratiques pour répondre à nos interrogations de doctorants et pour nous aider à nous positionner comme chercheurs. D’abord, il s’agit d’investir les institutions. Pour lui, le problème des thésards et des jeunes chercheurs consiste dans l’entrée institutionnelle dans le monde de la recherche et des prises d’engagements, alors que l’on nous assène le contraire – ne pas nous occuper des institutions, ce n’est pas notre rôle, on n’a pas le temps. Pour des institutions de recherche fortes, il faut qu’elles soient investies par les multiples agents qui en composent le champ. Cette force est une garantie et un élément de leur indépendance, surtout dans le contexte actuel de contractualisation de la recherche. Ensuite, le cœur du problème des transformations du métier, selon JFB, est moins la contractualisation en soi que ses modalités. En effet, le danger majeur est la précarité qui affaiblit les chercheurs face aux différents pouvoirs. Il ne faut cependant pas rejeter d’emblée les contrats car il faut bien voir que toutes les grandes œuvres de création, en musique ou en peinture par exemple, sont contractuelles. Donc, c’est bien plutôt les modalités de contractualisation qui sont à clarifier.

Ils se font entendre ! - Faut comprendre... 3 ans qu'ils se thèse !!!Il nous conseille également de ne pas faire preuve de trop de scrupules dans le domaine : « il ne faut pas hésiter à préempter la contractualisation », afin « d’éviter que la recherche soit pilotée par l’aval, mais pour qu’elle soit pilotée en amont, en lien avec les agendas scientifiques des chercheurs », soit en respectant les temporalités propres à la recherche. Le danger des recherches pilotées par l’aval est qu’elles contribuent à naturaliser les critères de management privé et portent atteinte à la scientificité des travaux menés. Les exemples sont innombrables, notamment sur les thèmes de sécurité, d’humanitaire, de société civile et de société civile internationale : il faut interroger les statuts épistémologiques de ces concepts issus de contextes philosophiques hétérogènes et qui pointent les dangereuses porosités entre managérial et idéologique, et qui n’ont pas de réalité concrète.

Bureaucratisation de la recherche et créativité scientifique

Ces dangereuses porosités amènent à considérer le dernier point de l’exposé qui n’est autre que la précarité des doctorants et des jeunes chercheurs, qui fragilise l’indépendance de la recherche, en faisant des chercheurs corvéables à merci. Cela constitue un « énorme gaspillage humain et économique », car les contribuables français financent des études longues et des personnes, souvent au chômage, dans tous les cas incapables d’avoir un appartement et de cotiser pour les retraites. Pour lutter contre ces désastreuses conséquences du néolibéralisme dans la recherche, JFB nous conseille de retourner les propres armes du néolibéralisme contre lui-même. Il s’agit d’une part de faire valoir les droits de propriété intellectuelle sur les thèses et les contributions – surtout qu’il y a une forte demande des marchés pour des agréments scientifiques. Et d’autre part de s’organiser et créer des structures capables de défendre les intérêts pécuniaires et matériels des doctorants, post-doctorants et des jeunes chercheurs, trop souvent payés sous formes de libéralités. La figure de coopératives de production de savoirs, à l’instar de la florissante et rentable revue Alternatives économiques, semble être une piste viable. L’idée est de créer par exemple des contrats-types d’embauche des doctorants et docteurs par les laboratoires. Il faut « inventer l’ingénierie administrative de défense des doctorants et post-doctorants, même au prix de conflits dans un premier temps ».

Deux dangers s’augurent et sont autant de défis à relever pour nous afin d’éviter cette croissante fragilisation : il faut lutter contre la remise en cause du principe d’indépendance des chercheurs – et de leurs statuts. Il faut lutter pour préserver leur liberté, notamment rédigées dans l’article 57 de la loi de janvier 1984  qui stipule l’indépendance des enseignants et des chercheurs, en mentionnant à la fois leur droit à la libre expression des idées et des opinions. Le deuxième danger est lié à la bureaucratisation de la recherche et les réformes des systèmes d’évaluations qui flouent la publication d’articles et musellent l’imagination et la créativité pourtant au cœur du métier.  Les nouveaux processus d’évaluation des revues scientifiques constituent pour JFB des processus de castration scientifique : les chercheurs n’ont plus le temps de répondre aux appels d’offre et sont obligés d’obtenir des lettres de recommandations. JFB nous conseille tout simplement de saboter ces dispositifs.

JFB conclut alors que ce qui est en jeu derrière tout cela, c’est la liberté scientifique, qui est tout aussi importante que la liberté de presse ou de justice dont les média sont repus. La recherche en sciences sociales ne coûte finalement pas cher mais elle permet à une société démocratique d’exercer sa réflexivité et son esprit critique. Alors, par leur effort de distanciation de la société vis-à-vis d’elle-même, les sciences sociales différencient les sociétés démocratiques des autres.

Celui qui se considère comme un « salafiste de la recherche », avec son emblématique franc-parler, dresse un tableau rarement présenté de la recherche actuelle, en émaillant son propos de conseils très concrets. Celui qui propose de lancer des OPA sur/de la recherche ouvre des perspectives nouvelles sur un champ de la recherche de plus en plus mis à mal par l’application de principes néolibéraux.

Que faire…?

Cette contribution n’en demeure pas sans soulever plusieurs questions. D’abord : comment défendre et promouvoir les statuts de doctorant et de jeune chercheur, dans le contexte actuel de crise frappé par la fragmentation des identités sociales, à laquelle n’échappe pas le champ de la recherche ? Comment lutter alors que le syndicalisme est en déréliction en France et particulièrement dans la recherche ? Ensuite, comment développer les droits de propriété intellectuelle dans la recherche : par des rémunérations sur les contributions et les articles ? Comment les quantifier ? Enfin, comment investir et s’investir dans les institutions, sans générer de conflits entre les diverses générations de chercheurs (doctorants et jeunes chercheurs d’un côté/chercheurs bien établis de l’autre) ? En outre, comment conserver et justifier de l’indépendance de la  recherche et des chercheurs, en particulier face aux classements internationaux ? Face à ces grandes questions qui demeurent en suspens, Jean-François Bayart donne quelques pistes, pour que l’anthropologie ne soit plus cette « vierge effarouchée » face aux systèmes économiques. Selon lui, la contractualisation contient en elle-même le risque arendtien d’annihilation de la recherche scientifique, soit des fins par les moyens, mais elle contribue à capter les ressources là où elles se trouvent, ouvrant également la porte aux dimensions appliquées de la recherche et donnant de nouvelles réponses à l’éternelle question : « à quoi servent les chercheurs en sciences sociales ? » .

La planche de salut se trouverait dans les coopératives de production de savoirs. Celles-ci garantiraient l’intégration des doctorants et jeunes chercheurs, par des choses simples : des aides à l’accès au terrain, la mise à disposition d’infrastructures (salles de doctorants, ordinateurs à disposition), cartes de visites, rémunérations minimales, intégration dans des projets de recherche, etc. Il s’agit alors de relever ces défis, notamment de la contractualisation de la recherche, avec ses acteurs et ses temporalités, mais surtout de la création de nouvelles figures qui se constitueraient en interlocutrices principales des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs face aux autorités et aux pouvoirs, pour voir émerger de nouvelles plates-formes de recherche et de nouveaux dispositifs de travail. Ces défis qui risquent de générer des situations inconfortables à court terme entre doctorants et jeunes chercheurs d’un côté et institutions de l’autre, n’en demeurent pas moins plus que rentables à long terme, sur le mode des économies d’échelle, car elles permettront de clarifier pour de bon les statuts, les ressources disponibles et les modes de rémunération. Dans cette enthousiasmante contribution de Jean-François Bayart, les thésards (re)deviennent à la fois des hérauts et des démiurges dans la recherche, pour une société avide de connaître et de se connaître. À nous de concrétiser tout cela. Alors, rendez-vous au prochain séminaire ACT !

Pour approfondir :

http://www.liga.ens.fr/~deza/manifeste.html

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/451/

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/170211/suicide-intellectuel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *