Le couple directeur/doctorant : rencontre, aspirations et communication…

La séance du 7 mai 2012 du séminaire ACT s’est proposé de revenir, à travers un partage d’expériences, sur la question de l’encadrement doctoral, compris ici dans le sens de la relation avec le directeur/ la directrice de thèse. Nœud central de la thèse, l’encadrement renvoie à un large éventail de pratiques, de la subordination révérencieuse au couple façon « je t’aime moi non plus ». La séance fut animée par Jade Legrand et Tristan Loloum.

Le choix du directeur : en théorie…et en pratique

Avant de former un « couple », directeur/trice et doctorant/e doivent se rencontrer. L’échange s’est donc tout d’abord orienté vers les termes employés dans la Charte des thèses[1] pour décrire la constitution de la relation directeur/doctorant. Elle résulte, en théorie, d’un « choix mutuel » visant à établir une relation de travail sur la base d’un accord dont les termes sont souvent tacites. Car dans le détail, le texte reste flou sur le type de relation instituée : on reste dans un domaine vaste et vague, toujours singulier, et fort peu formalisé. Ainsi le mot même de « contrat », qu’on pourrait attendre, n’est pas employé dans le texte en question. À ce binôme doit s’intégrer en outre un tiers, invisible mais de taille : l’université qui accueille le doctorant et par voie de fait s’engage (normalement) à le soutenir et à l’intégrer.

Cependant, l’expérience de chacun montre à l’envi que cet idéal choix mutuel ne recoupe pas la réalité. Le couple doctoral repose dès le début sur une relation asymétrique. Que l’on connaisse en effet de longue date son directeur, ou que l’on prenne contact avec lui spécifiquement en vue du doctorat, c’est à lui qu’apartient le dernier mot, puisqu’il peut accepter… ou refuser la demande qui lui est faite. Dans les faits le doctorant n’a que peu de prises sur le processus qui aboutira, ou non, à son acceptation en thèse : la circulation de sa candidature lui échappe en grande partie, de même qu’il est tributaire des contraintes que l’institution universitaire fait peser sur les chercheurs (nombre de doctorants encadrés, possession ou non de l’HDR etc.). En somme, entre les directeurs qui ont trop de doctorants, ceux qui sont en vue… et ceux qui ne le sont pas, ceux qui connaissent le champ de recherche, ou pas, ceux qui sont proches de la retraite, ceux avec qui le courant passe, ou pas du tout, le tri est souvent (hélas) vite fait, et l’étendu des possibles se réduit comme peau de chagrin.

La discussion a pourtant permis de revenir sur quelques ruses qui sont à disposition du doctorant pour tenter d’avoir accès aux bonnes infos, faute d’avoir toujours le choix. Les rencontres, par mail, par Skype, par téléphone, dans un colloque ou à l’occasion d’un séminaire sont encore de bons moyens de se faire une idée de la personnalité du chercheur concerné. Mais cela ne suffit pas toujours. En effet, le point central dans l’affaire est de jauger la qualité de l’encadrement du chercheur en question. On a tout intérêt pour cela à se forger une opinion auprès d’autres étudiants se trouvant sous sa responsabilité en thèse. Quelques avis suffisent en général pour se faire une assez bonne idée des qualités et défauts d’une personne donnée, même si toute relation résulte d’une alchimie interpersonnelle singulière.

Loin donc du choix mutuel idéal, la relation directeur/doctorant repose sur d’importantes contraintes, qui s’imposent à l’un et à l’autre (mais surtout au second). Il faut donc, malgré tout, une bonne dose de stratégie. La discussion a posé la question de l’éthique du doctorant face à ces situations complexes : faut-il devenir calculateur ? C’est risquer de faire disparaître fâcheusement la dimension humaine de la relation directeur/doctorant. Au doctorant donc de ne pas faire de son directeur une carte de sa carrière, et vice versa, au directeur de ne pas faire du doctorant un pion dans un système de cooptation….

Identifier les attentes de chacun pour se mettre au diapason

Que reste-t-il à faire une fois que le choix est fait ? Tout. Pour donner sens aux « droits et devoirs »de la Charte des thèses, il faudra une bonne dose de dialogue. Car il n’est pas toujours facile d’aborder, les uns et les autres l’ont souligné, la question du modus vivendi qui régira les rapports directeur/doctorant pendant trois ans au moins. Au point d’aboutir parfois à des situations d’impasse vraiment catastrophiques où c’est à la soutenance que se règlent les comptes, au détriment du doctorant. Nous avons également évoqué la solution, qui existe, consistant à changer en cours de thèse de directeur. Cela peut permettre d’éviter la casse, même si la démarche n’est pas forcément simple à conduire, et implique quoi qu’il en soit des conséquences importantes pour le doctorant (éventuellement changement d’université, de labo, etc.).

Les modalités de la relation directeur/doctorant doivent donc être établies clairement le plus tôt possible. Certains soulignaient que le moment de l’inscription peut y être propice autour, pourquoi pas, de cette charte des thèses qui, toute vague qu’elle soit, a le mérite d’offrir un document de référence[2]. Si les droits et devoirs de chacun sont assez clairs, informer de l’avancée du travail pour l’un, relire, orienter pour l’autre on ne voit pas toujours concrètement comment cela peut se mettre en œuvre. Faut-il, à intervalles réguliers, envoyer un bilan à son directeur ? Si oui, sous quelle forme : un brouillon, plus ou moins propre fait-il l’affaire, ou faut-il présenter un texte aux allures d’article léché ? A l’inverse qu’attend-t-on du directeur : qu’il annote chaque page… ou qu’il se contente de distiller quelques compléments bibliographiques ? Ici, tout est affaire de subjectivité : on peut aimer être encadré de près ou préférer la liberté concédée par un directeur peu présent…avec le risque de se noyer faute d’avoir appris à nager. La présence du directeur est un point particulièrement sensible car le non-encadrement (on regarde si le doctorant flotte ou coule) est assimilé parfois à une forme de pédagogie. Survivront ceux qui ont vraiment su faire de la recherche.

Tout aussi sensible que la question de la fréquence des échanges est celle de leur forme : faut-il écrire un mail à son directeur ? Long et détaillé ou bref et synthétique ? Ou plutôt passer dans son bureau ? Le matin… ou le soir (ou encore à un autre moment) et… habillé comment ? Au delà du comique que génèrent ces interrogations un peu pinailleuses, force est de constater que le doctorant doit se faire son propre lexique afin de communiquer efficacement sur ses recherches et ses problèmes.

Voilà pour quelques-uns des conseils ressortis de cette séance. Le partage d’expérience a surtout mis en valeur avec acuité que communiquer c’est bien, mais que le doctorant ne changera pas le directeur. S’il y a donc des domaines (financements, retours sur le travail etc.) où ne règne que le silence, mieux vaut s’efforcer de s’entourer d’autres interlocuteurs qui pallieront  ce manque. Il n’est pas mauvais d’avoir dans ses papiers quelques chercheurs disposés à relire un écrit, à discuter d’un problème ou l’adresse d’un bureau compétent pour ce qui touche les financements, les colloques, le post-doctorat, etc. Reste à trouver le bon équilibre qui ne reléguera pas le directeur dans un placard, ce qui est risqué à tous points de vue.

En somme, il faut s’armer de courage, et se montrer un peu inventif faute d’avoir des textes (juridiques notamment) qui formalisent nettement cette relation de travail[3]. On peut regretter que le doctorant se trouve ainsi placé bien souvent dans une situation peu claire et précaire, mais il faut reconnaître également qu’une grande liberté, précieuse dans le domaine de la recherche, est ainsi concédée à chacun.

Qui est le directeur : un patron ? Un pair ?

Finalement, cette difficulté à parler du concret de la thèse met en évidence le poids de la hiérarchie entre le doctorant et le directeur. C’est une caractéristique, la discussion l’a souligné, très française et qui ne tient pas nécessairement à la personnalité despotique du second. Cette hiérarchie semble plutôt être, en général, la résultante d’une importante intériorisation de la part du doctorant. Or, on est en droit de se demander si elle est porteuse pour la relation doctorant/directeur. Elle met en effet un frein à une discussion libre et à bâtons rompus, pourtant souvent plus féconde pour lever des problèmes et faire naître des idées. Mais au-delà il semble qu’elle contribue à calquer la relation d’encadrement sur d’autres qui en diffèrent et risquent de la fausser. Le directeur n’est pas, en effet, un patron dont on doit craindre le rejet et le mépris, il est au contraire responsable du doctorant en ce que son travail résulte de son encadrement. Peu de directeurs, il est vrai, perçoivent cette dimension, et la nécessaire évaluation qu’ils pratiquent peut se muer aisément en disqualification du doctorant. Pourtant, le rôle du directeur a partie liée avec la formation à la recherche et de ce fait, il a à endosser une responsabilité.

Mais c’est encore faire la part belle à l’asymétrie dans l’encadrement, alors que cette relation peut être pensée, aussi, dans une certaine mesure, en terme d’égalité. Le doctorant est en effet un « chercheur en phase de formation »[4] : son intégration au sein d’un laboratoire de recherche le signale, quoiqu’encore trop peu clairement. À ce titre, directeur et doctorant sont des pairs. On peut dès lors jeter un autre regard sur l’échange doctorant/directeur : non pas verdict unilatéral venant sanctionner le travail (bon ou mauvais) du premier mais discussion féconde où chacun peut trouver à s’enrichir. Une recherche doctorale n’est pas à envisager (seulement) comme un exercice scolaire visant à redire ce que l’on a déjà dit ; c’est aussi, et surtout, un travail à la pointe des connaissances sur un domaine du savoir. Le directeur a donc, en théorie, beaucoup à recevoir du doctorant et celui-ci n’a pas à rougir d’éventuelles ignorances, inhérentes à son parcours de formation. Assurément, une telle conception n’est guère répandue ; on peut la lire toutefois entre les lignes des quelques textes officiels qui se sont penchés sur la définition de la thèse. On ne peut que souhaiter qu’elle se diffuse, parallèlement à la reconnaissance du statut de doctorant, car indirectement, elle engage une conception différente de la recherche dans sa globalité.


[1] http://www.education.gouv.fr/bo/1998/36/sup.htm

[2] Voir aussi le document édité par les universités suisses, notamment à l’adresse suivante : http://www.unifr.ch/f-mentoring/assets/files/pdf%20guides/bien_demarrer_sa_these.pdf

[3] Pour les questions d’évaluation des dispositifs pratiques et juridiques en place, se référer aux dossiers d’expertise de la Confédération des jeunes chercheurs : http://cjc.jeunes-chercheurs.org/.

[4] Comme le stipule la Charte européenne du chercheur, officiellement adoptée par le CNRS en 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.