Pratiques d’écriture de l’article en sciences humaines: une approche en corpus

 
La séance du séminaire des Aspects Concrets de la Thèse du 4 février 2013 donnait la parole à Fanny Rinck, maître de conférences en sciences du langage à l’université de Grenoble, qui nous a présenté ses travaux sur le genre de l’article de recherche français en sciences humaines. Il s’agissait d’un exposé à propos de la forme et du style des articles, à propos des pratiques d’écriture, plus qu’un exposé sur les contenus scientifiques, bien que la forme et le fond soient largement liés. Le texte ci-dessous résume le propos de Fanny Rinck, les notes de bas de page fournissent les références détaillées et tentent de restituer quelques-uns des échanges qui ont eu lieu pendant ou après la présentation.

 
Le document d’accompagnement de la présentation est accessible en cliquant ICI
 
Vous pouvez écouter le podcast de la séance ci-dessous (si rien ne s’affiche, rafraîchissez la page en appuyant sur F5 ou cliquez ICI)

 

Corpus

museum de toulouse
Crédit photo : Muséum de Toulouse (CC)

Le corpus à partir duquel les travaux de Fanny Rinck ont été menés est composé d’articles publiés dans des revues scientifiques, ayant donc tous satisfait aux critères de sélection des comités de lecture1 qu’ils aient été rédigés par des doctorants (35 articles) ou par des chercheurs (185 articles). Ces articles ont été publiés entre 1998 et 20032. Les disciplines couvertes par ce corpus sont d’une part les Sciences du Langage et d’autre part les Lettres (110 articles par discipline).

 

Une argumentation ritualisée

Les pratiques d’écriture de l’argumentaire scientifique s’avèrent fortement ritualisées, avec des moules rhétoriques et des patrons linguistiques récurrents.

Positionnement

L’écriture scientifique, comme toute écriture, conduit le scripteur à adopter un positionnement. La prise en charge énonciative est la manière dont va se manifester la subjectivité du scripteur. Il ne semble pas y avoir d’interdit à l’usage du « je » ou du « nous » dans les articles, même si certains acteurs du milieu académique l’affirment sans toutefois fonder leur propos. Les articles étudiés ont été jugés conformes aux critères d’écriture scientifique, par les comités de lecture des revues, et comportent des positionnements « je », des positionnements « nous » et des positionnements en retrait.

L’effacement énonciatif n’empêche pas la prise de position :

Traiter ce phénomène comme un cas d’anacoluthe et l’interpréter comme la source d’un effet de « rupture » ou de « surprise » revient à raisonner dans le cadre …

Certains positionnements d’effacement énonciatif passent par une quasi-personnification des phénomènes étudiés :

Tous ces exemples militent en faveur d’une approche unifiée de la citation et…

Et certains auteurs préfèrent le « il » impersonnel :

Il y a, il existe, il convient de, etc.

Jugement

Crédit photo : Céline Aussourd (CC)
Crédit photo : Céline Aussourd (CC)

Un auteur choisit parfois d’exprimer un jugement sur le travail de ces prédécesseurs afin par exemple de mettre en valeur son propre travail. Pour affirmer la pertinence de sa propre recherche, le scripteur aura recours aux registres sémantiques standardisés de obscur / clair,  étroit / large, superficiel / profond, ou traditionnel / nouveau.

Faire le point pour y voir plus clair

Aller plus loin, Approfondir la réflexion

Il s’agit, selon Fanny Rinck, d’un exercice d’« insultes rituelles » entre chercheurs.

Cadrage

Tout l’objet de l’introduction d’un article est de créer une niche scientifique en montrant la pertinence et / ou la nouveauté du travail présenté dans l’article. Il existe plusieurs modèles pour accomplir cette opération, mais tous affirment, d’une manière ou d’une autre, que la question abordée est centrale dans le champ de recherche. Il peut s’agir de démontrer l’intérêt intrinsèque de l’objet étudié, ou de se référer au déjà-là en faisant un constat de lacune, en remettant en question une conception courante ou en faisant allégeance aux travaux existants et donc en s’inscrivant dans une perspective cumulative.

Un continuum entre « modèle scientifique » et « modèle savant » 

L’analyse des différences entre les disciplines (ici : Sciences du Langage  / Lettres) met en évidence que le positionnement des articles de sciences humaines varie entre deux modèles extrêmes dont l’un tend à se rapprocher des articles de « sciences dures » et l’autre des essais savants de type dissertation3.

Structure

La structure du modèle  « scientifique » comporte des parties et sous-parties clairement identifiées avec titres, sous-titres et numérotation, suivant souvent la séquence IRMD (Introduction, Method, Results, Discussion), inspirée des pratiques anglo-saxonnes. Ils peuvent être complétés de figures et d’équations (même dans les sciences sociales !).

A l’autre extrémité du continuum des structures, on trouve l’essai, dont l’argumentation n’est rythmée que par des paragraphes séparés par des sauts de ligne, sans autre titre que le titre principal.

Toutes les nuances intermédiaires existent, avec plus ou moins de fractionnement et une attention plus ou moins portée sur les titres et avec ou sans numérotation.

Traitement des sources

Dans le modèle « scientifique », les sources théoriques sont différenciées des sources empiriques, avec par exemple un renvoi en bibliographie finale pour les sources scientifiques et un renvoi en bas de page pour les sources empiriques. On distingue aussi les références primaires et secondaires (auteur citant lui-même un autre auteur).

Dans le modèle « savant », les deux types de sources sont traités indifféremment, souvent en notes de bas de page. À l’extrême, on peut trouver dans le modèle savant des discours intertextes libres, incarnation de la pensée de la source, sans guillemets, qu’on ne trouvera jamais dans le modèle « scientifique ».

On perçoit incidemment l’audace du propos : le péché originel (…) a cessé d’être ressenti par Montaigne comme une malédiction. C’est au contraire un motif de joie et une occasion de célébrer l’amour de la vie. Vive la sexualité, qui garantit la pérennité de l’espèce!

Lexique

Un lexique transdisciplinaire de la recherche scientifique en langue française a été proposé par Tutin4 Il est en usage systématique dans le modèle « scientifique » tandis qu’il est quasiment ignoré dans le modèle « savant ».

Identité disciplinaire et identité nationale de l’écrit scientifique

Le Projet KIAP qui explorait des corpus d’écrits scientifiques de nationalité différente dans plusieurs disciplines montre que l’identité disciplinaire, c’est à dire le positionnement de la discipline sur ce continuum entre « scientifique » et « savant », l’emporte sur l’identité nationale .

Des différences entre doctorants et docteurs

Les doctorants du corpus étudié adoptaient plus souvent une structure « canonique » d’article que les autres chercheurs, avec plus de titres et plus de paragraphes, guidant le lecteur dans le cheminement de l’article.

En ce qui concerne le traitement des sources, les doctorants citent moins de références en moyenne que les autres chercheurs (39,5 références par article en moyenne pour les doctorants contre 73,3 en moyenne pour les docteurs)  mais jamais moins de 8 par article. Les doctorants citent les auteurs par référence entre parenthèse (nom, date), tandis que les autres chercheurs s’autorisent plus souvent à montrer une vue en surplomb de leur discipline, en ayant recours au nom d’auteur  « la linguistique saussurienne » ou au nom d’approche  « les structuralistes ». Cette différence traduit sans doute à la fois une moindre connaissance du champ et un sentiment de moindre légitimité de la part des doctorants.

Le recours plus systématique au champ lexical transdisciplinaire de la recherche par les doctorants pourrait être un marqueur de plus de la tendance à l’usage canonique du genre par les novices, mais il pourrait également être l’effet d’une spécificité dans le type d’études menées par les doctorants, spécificité qui conduirait plus naturellement à l’usage de ce vocabulaire.

Cet ensemble de différences entre les écrits de doctorants et les écrits de chercheurs plus expérimentés peut être interprété de deux manières différentes : il  se peut qu’un style d’écriture soit propre au novice, et appelé à évoluer ensuite au cours de la carrière du scripteur, mais il pourrait aussi s’agir d’un signe de l’évolution du genre de l’article, évolution apportée par la génération montante des jeunes chercheurs.

Pour conclure : quelques proposition didactiques pour les étudiants-chercheurs

Ben Andreas Harding memoir
Crédit photo: Ben Andreas Harding (CC)

Selon les résultats de la recherche conduite par Fanny Rinck, les difficultés que rencontrent les étudiants portent sur la phraséologie, notamment l’effacement énonciatif, sur la maîtrise du domaine de recherche avec un risque de trivialité, de manque de pertinence ou de vue parcellaire, et sur une représentation souvent floue des attentes des comités de lecture. Les étudiants peuvent se sentir sous l’effet d’une injonction paradoxale à devoir être à la fois apprenants et scripteurs de la science. Cependant, affirme-t-elle, il serait dommage de ne voir la spécificité des textes d’étudiants qu’en termes de lacunes auxquelles il faudrait remédier, car ils sont leur valeur propre. Certes, l’étudiant ne peut se poser en « expert » de sa discipline, mais il peut valablement montrer une pensée réflexive sur la discipline ou la méthodologie. L’écrit étudiant participe en outre à la formation à la recherche par la recherche et participe à la professionnalisation du chercheur. De surcroît, la publication d’articles est un complément indispensable à la thèse pour présenter sa candidature à de nombreux postes de chercheur.

Il s’agit pour chaque étudiant de prendre conscience des stratégies d’écriture, les siennes et plus largement celles de sa discipline, en étant attentif à la matérialité des textes qu’il étudie, en faisant relire ses textes par des relecteurs de la discipline et en prenant en compte leurs suggestions.

Une autre aide à la rédaction est proposée par le projet SCIENTEXT, qui dispose d’un corpus de 219 textes scientifiques français et 3 381 textes scientifiques anglais et permet l’étude de leurs caractéristiques linguistiques. Au-delà de son intérêt pour les chercheurs des sciences du langage, ces analyses peuvent être utiles aux étudiants des disciplines représentées5 pour s’acclimater aux habitudes d’écriture de leur champ6.

Concluons ce compte rendu sur le rappel d’un conseil que Sébastien Kapp a partagé avec la salle pendant les échanges : Trop de doctorants, semble-t-il, renoncent à modifier leur article selon les suggestions d’un comité de lecture et ne présentent jamais de seconde version. Il y a lieu de garder en tête qu’une revue qui a dit « oui, mais …. » à un projet d’article, n’a pas dit « non » mais réellement « oui », et attend bien volontiers la version améliorée.

 

Suggestion de lecture pour aller plus loin :

Daniel Jacobi, « Sémiotique du discours de vulgarisation scientifique », Semen [En ligne], 2 | 1985, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 19 février 2013. URL : http://semen.revues.org/4291

 

Notes

  1. Eventuellement après négociation entre la revue et l’auteur. []
  2. Certaines pratiques d’écriture ou de sélection ont changé depuis ces années de collecte du corpus. Par exemple, la pratique qui consistait pour certaines revues à refuser tout article de doctorant qui ne soit pas co-signé par son directeur de recherche tend à disparaître. []
  3. Chacun d’entre nous peut tenter de positionner sa propre discipline selon ce continuum []
  4. Tutin A., (2007), Traitement sémantique par analyse distributionnelle des noms transdisciplinaires des écrits scientifiques, TALN, Toulouse, 5-8  juin. []
  5. Parmi lesquelles manquent, et c’est dommage, la sociologie et l’anthropologie. []
  6. Bien entendu, il s’agit là d’un encouragement à écrire dans les canons de la discipline, alors que des approches différentes de l’écriture peuvent être envisagées. []

Une réflexion au sujet de « Pratiques d’écriture de l’article en sciences humaines: une approche en corpus »

  1. Bonjour! C’est très intéressant pour moi, je suis professeur en Argentine, j’enseigne l’écriture académique à l’université. Je voudrais être en contact (en français ou en espagnol) Saluts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *