« Penser par cas ». Dialogue avec Howard S. Becker

becker

Pour inaugurer la cinquième année du séminaire des Aspects Concrets de la Thèse, le 05 novembre 2012, nous avions une nouvelle fois invité le sociologue américain Howard S. Becker autour du thème « Penser par cas ». Après une introduction sur le sujet « Que faire de la question théorique en sciences sociales ? » – dont je vous propose ici le résumé -, Howard Becker a répondu aux questions de la salle (A des fins de cohérence, les questions ont été reformulées. Les réponses sont livrées in extenso).

 Vous pouvez écouter les différents podcasts de la séance ci-dessous (si rien ne s’affiche, rafraîchissez la page en appuyant sur F5 ou cliquez ICI)

 

Ouverture par Jade Legrand : Howard Becker, un sociologue « en toute simplicité »

La question théorique en sciences sociales : « un mal nécessaire » (résumé de l’introduction d’Howard Becker par Sébastien Kapp)

Howard Becker décrit la place de la théorie dans les sciences sociales comme celle d’une bête sauvage : il faut savoir la garder en cage. Le sociologue américain évoque alors trois définitions courantes du concept et insiste sur les problèmes qui ne manquent pas de se poser lorsqu’on les confond :

1/ La théorie prospective est celle du projet de recherche, la recherche qu’on n’a pas encore faite, ce qu’on pense que l’on va trouver sur le terrain. Elle regroupe nos idées préconçues, nos hypothèses. Voici « en théorie » ce que nous pensons observer.

2/ La théorie sur un plan plus historique s’assimile à la « grande direction » prise par le monde social, dont rendent compte des cadres théoriques généraux, comme le marxisme alors en vogue à l’époque où Becker était étudiant, ou encore l’approche wébérienne, caractérisée par le désenchantement du monde (« la disparition de la magie ») et la bureaucratisation de toutes les sphères de la société (notamment l’université).

3/ La dernière approche de la théorie est selon Becker la meilleure des trois. Il s’agit d’un cadre prédictif, emprunté aux habitudes des sciences exactes ou naturelles. Si j’établis dans mon protocole d’observation le contexte A, il est raisonnable de penser que j’observerai le phénomène B. Il s’agit ici de la théorie qui fait qu’une intuition se vérifie grâce à une observation, que le raisonnement proposé par avance était correct.

Cependant, si cette démarche expérimentale fonctionne très bien pour les sciences naturelles, c’est loin d’être le cas pour les sciences humaines. Nous avons besoin d’adopter une autre logique, car nous ne pouvons isoler les variables que nous étudions comme des caractéristiques sociales. En évoquant cette idée, Becker rappelle sa dette intellectuelle envers les travaux de Bruno Latour, notamment dans La science en action [1]. Une des idées principales de l’ouvrage est que la science est constituée des résultats qui ont « survécu », notamment en tirant leur épingle du jeu des controverses où ils ont été débattus. Ainsi, les grandes catégories de collectifs auxquelles nous rattachons les acteurs que nous étudions tendent à survaloriser certaines variables. Aux Etats-Unis, prévalent « les rapports entre les races », alors qu’en France, il s’agirait plutôt de considérer la question des « classes sociales ».

Reprenant une idée d’Everett Hughes, qu’il présente comme son mentor, Becker précise tout la difficulté d’évoquer des relations entre les races « en général ». Celles-ci ne pourraient s’expliquer que dans le cadre de situations spécifiques, « à l’école, au travail ou à l’église ».

L’idée n’est donc pas de rejeter la complexité théorique, mais plutôt de lui faire « bon accueil ». Becker reprend alors brièvement le cas de la posture inductive en sciences sociales : il est toujours plus simple de démarrer une enquête à partir d’éléments que l’on peut observer ou entendre. Il rappelle ainsi une grande tradition anthropologique. Pour comprendre un événement survenant dans une communauté donnée (anniversaire ou rituel religieux), l’enquêteur devrait être le premier présent sur les lieux, avant même l’arrivée des protagonistes, mais aussi être le dernier à partir. Une fois l’événement terminé, de retour dans le groupe observé, il devrait contacter le plus de personnes possible et simplement leur demander « que s’est-il passé ce jour-là ? » afin d’avoir une vision complète de la chose.

Mais Becker précise également qu’il n’est pas toujours possible de procéder ainsi. Avant d’aller sur leur terrain, les enquêteurs doivent désormais écrire des projets de recherche, dire ce qu’ils pensent aller observer, ce qu’ils vont faire, qui ils vont rencontrer, quelles données ils espèrent collecter, ce afin de pouvoir répondre aux questions qu’ils se posent initialement. Quiconque possède une expérience de terrain sait pourtant bien que les choses ne se déroulent presque jamais ainsi.

Du cas à la théorie grâce à l’exemple du musicien de jazz

Dans l’ouvrage récent coécrit avec Robert Faulkner, Qu’est-ce qu’on joue maintenant ? [2], Becker pose une question empirique simple. Chaque soir, à différents endroits du monde, des musiciens de jazz se réunissent pour jouer dans des bars, dans des clubs, dans des hôtels. Or, il arrive très souvent qu’au moment de livrer leur performance, ces musiciens se rencontrent pour la première fois. Pourtant, après un très court échauffement, l’un d’eux lance le titre d’une chanson ainsi que la gamme dans laquelle il compte l’interpréter. « Whispering, en Do mineur » et le morceau commence.

Que se passe-t-il ici ? Faulkner et Becker ont une première intuition : les musiciens connaissent simplement tous les mêmes morceaux. Mais après des observations plus fines, les auteurs se rendent compte qu’il existe en réalité un dialogue entre les musiciens. Ceux-ci échangent des titres et des tonalités jusqu’à tomber sur une chanson qu’ils connaissent tous. Mais la complexité du phénomène échappe encore aux sociologues, pourtant tous deux musiciens de jazz ayant exercé à titre professionnel.

Ceux-ci mettent alors au jour une technique, utilisée quotidiennement par les musiciens de manière inconsciente. Cette technique n’a pas trait à leur connaissance exhaustive du répertoire des chansons jazz, mais plutôt à la capacité pour l’un de jouer quelques accords, et pour l’autre de le suivre de façon « naturelle », souvent après une seule écoute complète du morceau jusqu’alors inconnu.

En quoi cet exemple nous éclaire-t-il sur le sujet « penser par cas », et surtout, comment faire un lien avec la question de la théorie ? Becker évoque l’exemple d’un entretien avec un contrebassiste. « T’est-il arrivé de devoir jouer une chanson que tu n’avais jamais entendue ? Oui, cela arrive tout le temps ! Mais donc, comment tu fais ? ». Le contrebassiste reste coi. Cette situation est fréquente, mais est incapable d’expliquer comment il s’y prend. Becker lui propose alors de reproduire l’expérience. Le sociologue s’installe au piano et entame un morceau que le musicien ne connait pas. Ce dernier se penche alors sur son épaule pour observer sa main gauche – celle qui joue les notes graves. Après seulement quelques accords, le contrebassiste l’interrompt, persuadé d’avoir repéré un « indice ». Il a  reconnu un « modèle » (a pattern), une configuration de notes qui lui permet de manière instinctive de prédire celles qui vont suivre.

L’étape à laquelle le sociologue reprend son analyse n’est pas celle de l’identification de ces « modèles ». Elle consiste plutôt à expliciter le jeu musical implicite du musicien, qui opère de la sorte depuis des années, sans même s’en rendre compte. Sur un plan théorique, l’ouvrage de Becker et Faulkner illustre une des grandes évolutions de la musique jazz aux Etats-Unis depuis les années 1970. A cette période, nous disent les auteurs, le jazz a peu à peu cessé d’être une musique populaire. Le public s’est raréfié, provoquant une diminution du nombre des musiciens spécialisés. Ceux-ci se sont alors sentis plus libres dans leurs créations, et moins concernés par les attentes du public. Becker cite notamment le cas de John Coltrane, et du morceau Giant Steps [3], impossible à jouer sans l’avoir entendu auparavant, tant le rythme des variations d’une mesure à l’autre est rapide et complexe : il est très difficile d’y déceler le moindre « modèle ». C’est à partir de cette époque que les configurations musicales permettant de prédire des enchaînements ont peu à peu disparu. Le jazz est alors devenu plus « ésotérique », plus difficile d’accès sur le plan intellectuel mais aussi matériel. Les clubs populaires ont fermé, le public s’est embourgeoisé, l’accès aux salles est devenu payant. Les gens qui venaient « boire un verre en écoutant du jazz » viennent désormais « écouter du jazz en buvant un verre ».

L’argument développé ici revient à dire que toute forme de recherche apporte ce genre de découvertes. L’observation directe est essentielle pour élaborer une théorie et pour développer un programme de recherche. C’est pour cette raison notamment qu’un projet de recherche ne se passe jamais comme prévu, une fois qu’on est sur le terrain.

Ceci étant dit, conclut Howard Becker afin d’entamer la discussion avec le public, que faudrait-il faire dans cette situation déstabilisante et pourtant tellement familière ?

Notes


[1] 2005 (1987), Ed. la Découverte

[2] 2011, Ed. la Découverte

[3] https://www.youtube.com/watch?v=30FTr6G53VU

 

* * * * *

Discussion avec le public

Question 1. Comment se fait-il que les institutions qui financent la recherche ne prennent pas en compte ce décalage et exigent des projets très détaillés (notamment chiffrés) ?

Question 2. Comment faire pour être au diapason avec son directeur de thèse, quand celui-ci ne partage pas votre terrain, ou qu’il ne partage pas vos méthodes ?

Question 3. Existe-t-il de « bons » et de « mauvais » terrains, et comment réagir en cas de mauvais terrain ?

Question 4. Comment faire quand on est confronté à des matériaux de seconde main ? Comment procéder face à des données incomplètes ? Comment éviter de commettre des erreurs sur le terrain ?

Question 5. Comment débuter son terrain, comment préparer son terrain, comment accéder à son terrain ?

Question 6. Comment traiter des comparaisons ? Comment faire naitre une nouvelle dimension grâce à la comparaison ? Au final, que comparer, et dans quel but ?

Question 7. Peut-on chercher la comparaison a priori ? Peut-on construire une comparaison que l’on ne découvrirait pas « par hasard » ?

Question 8. Quel sens donner à ses erreurs ? Peut-on faire des erreurs volontairement afin de découvrir plus de choses ?

Question 9. Où commencer une recherche ? Où la finir ? Et surtout : que faire entre les deux ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *