Archives scientifiques ouvertes : HAL

Photo de D’Arcy Norman (flickr)

Initié par le CNRS en 2001, le projet HAL (Hyper archives en ligne) participe d’un mouvement plus large de développement des archives ouvertes (l’Open Archives Initiative)1.

Consulter HAL

Côté lecteur, on y trouve un grand nombre de travaux universitaires, sur le même principe que les revues en ligne, mais avec une variété de documents plus importante : working papers, version écrite d’intervention en colloque, etc. HAL se décline en plusieurs sous-portails. L’un d’entre eux est Thèse en ligne (TEL), dont le nom se suffit à lui-même ! Deux autres, qui intéresseront également particulièrement les lecteurs de ce carnet, sont HAL-SHS, consacré aux articles en sciences humaines et sociales, et @rchiveSIC, dédié aux articles en sciences de l’information et de la communication. Évidemment, tous ces sous-portails et quelques autres sont inclus dans le portail HAL, et une recherche dans HAL donne accès à tous les articles disponibles dans l’archive quel que soit le sous-portail auquel ils sont associés.

La citation d’un article en ligne sur HAL est particulièrement aisée. Chaque dépôt est définitif (donc pas de mauvaises surprises lorsque vous citez un article HAL, vous pourrez toujours le retrouver), et dispose d’une référence relativement courte, à l’image de cet article, un des derniers archivés sur HAL-SHS au moment où je rédige ce billet : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00275564/fr/

Notez qu’en bas de la notice, vous trouvez l’adresse e-mail du contributeur. Ce peut être une bonne façon de savoir comment contacter tel ou tel chercheur…

Attention toutefois. HAL ne publie pas que des articles publiés et validés par un comité scientifique, mais aussi des working papers, des articles en cours de soumission dans des revues fonctionnant sur le principe du peer-reviewing, et des articles qui n’ont fait l’objet d’aucun peer-review2.

N’allez plus à HAL, laissez HAL venir à vous

Outre la consultation via le moteur de recherche du site HAL, on peut s’abonner à des flux RSS 3 dont certains sont particulièrement intéressants. Il est ainsi possible d’être tenu automatiquement informé des nouveaux archivages d’un chercheur dont on souhaite suivre le travail, de son directeur de thèse (au besoin, poussez-le à déposer sur HAL ;-)), de son laboratoire ou d’un laboratoire dont les activités sont particulièrement intéressantes… La façon de créer un tel flux RSS n’est pas des plus intuitives, puisqu’il faut composer soi-même l’URL du flux RSS. Mais moyennant quelques tentatives, on y arrive sans trop de difficulté. Quelques exemple :

  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un chercheur : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?author=prenom_nom
  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un laboratoire, il suffit de connaître le nom de l’UMR : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=UMRXXXX
  • ou le nom du laboratoire : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=labo
Photo d’ALA TechSource (flickr)

Le principe de composer soi-même le flux RSS devient particulièrement intéressant lorsque l’on souhaite combiner les nombreux critères que l’on peut prendre en compte (nom du chercheur, laboratoire, année de publication, type de publication, langue, etc.)

Déposer sur HAL

Côté contributeur, le principe général est celui de l’auto-archivage : chacun est libre de mettre ses textes scientifiques à disposition, ou une notice indiquant les informations principales relatives à telle ou telle publication4. Il est également possible de renseigner les articles d’autres personnes – le plus souvent, dans ce cas, seule la notice est disponible. Attention à ne pas alimenter les déceptions5

Le dépôt sur HAL à plusieurs avantages. D’abord, il assure une forte visibilité à l’article ainsi archivé. Il est non seulement disponible en ligne (si l’auteur ne se contente pas d’une notice…), mais également relativement bien référencé dans les moteurs de recherche scientifiques. La publication d’un article déposé sur HAL est rapide (48h en général), et constitue en outre une forme de protection du travail. Enfin, HAL permet d’exporter des bibliographies à partir des articles archivés6.

  1. Pour plus de détails sur le principe des archives ouvertes, voir « L’archive ouverte HAL-SHS : Comment ça marche, pourquoi s’en servir ? » de Caroline Abela, disponible, bien sûr, sur HAL []
  2. Au passage, un petit billet qui porte, précisément, sur cette question de la validation par les pairs sur le blog d’Enro. []
  3. Si la notion de flux RSS vous est inconnue, bientôt un billet devrait vous faire découvrir les usages sympathiques que cache ce nom barbare. []
  4. Odile Contat propose un document synthétique présentant une description précise du fonctionnement et du cadre juridique du dépôt sur HAL. []
  5. Voir à ce sujet l‘article d’Éliane Daphy et Minh Ha-Duong – disponible sur HAL, bien sûr. []
  6. On trouvera une analyse plus poussée de l’intérêt  à déposer sur HAL sur les Carnets de la Phonothèque. []

12 réflexions sur « Archives scientifiques ouvertes : HAL »

  1. Les archives ouvertes, quelle merveille ! Merci à tous ceux qui nous permettent d’avoir accès à un si grand nombre d’informations, à tous ceux qui autorisent la publication de leurs mémoires ou thèses, souvent d’une valeur inestimable. Je ne sais pas ce que l’on ferait sans votre travail et votre engagement !

  2. N’oubliez surtout pas de préciser que TEL (Thèses en Ligne) de HAL n’est pas opérationnel depuis au moins 3 semaines (à ma connaissance). Je me demande bien comment un outil aussi apprécié peut être inaccessible pendant autant de temps. Même pas une page de redirection. C’est vraiment irresponsable…le mot est osé mais sied à la hauteur de mes frustrations.

  3. Nous commençons d’ailleurs, sur MédiHAL (http://medihal.archives-ouvertes.fr), a avoir des demandes pour héberger des photos et images servant à des thèses ou des Masters. Du coup, la barrière mobile de 3 ans (modifiable) pour l’accès à l’image peut-être utile (d’ailleurs c’était dans le cahier des charges de MédiHAL depuis le début).

    Je me permet de signaler que l’ensemble des données de HALSHS, MédiHAL, ArchiveSIC, DUMAS seront moissonnées, indexées par la plateforme d’accès ISIDORE (http://www.tge-adonis.fr?ISIDORE) du TGE ADONIS qui ouvre en béta le 7 décembre.

  4. Merci pour ce commentaire, et la précision de taille qu’il apporte !
    Nous aurons sans doute l’occasion de donner un nouveau coup de projecteur sur MédiHAL dès que nous évoquerons, plus largement, les ressources médias libres de droits sur la toile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.