Entrer dans la ronde des revues en SHS

Publier ou ne pas publier, that is the question (récurrente dans le séminaire ACT, car ô combien centrale).  Mais plus encore : comment publier ?

Pour y répondre, Christine Langlois, rédactrice en chef de la revue Terrain, et Joël Noret, co-rédacteur en chef de la revue Civilisations étaient les invités de la séance du séminaire du 4 février 2011. Ils sont venus avec quelques prospectus, catalogues et autres exemplaires de leurs publications, pour discuter de la santé des éditions en SHS en France et ailleurs, mais aussi et surtout avec un certain nombre de conseils pratiques et d’encouragements qu’il a fait bon écouter.

Présentation des revues Terrain et Civilisations

Terrain – Revue d’ethnologie de l’Europe : Cette revue semestrielle d’anthropologie, ouverte à la recherche internationale et aux autres disciplines de sciences sociales et humaines, publie des auteurs français et étrangers, ethnologues et anthropologues mais aussi sociologues, historiens ou psychologues, avec une ouverture revendiquée aux jeunes chercheurs et primo-publiants. Ses numéros fonctionnent sur un principe thématique, que vient compléter la rubrique Repères où sont regroupés quelques articles hors thème. La revue a pour ambition d’éclairer les aspects les plus variés, et parfois les moins connus, de la société occidentale d’aujourd’hui. Et se complète d’une riche iconographie en illustration des textes. Côté accessibilité, les articles sont disponibles sur Cairn (portail pour lequel la plupart des établissements – dont l’EHESS  – ont un abonnement) dès leur publication et en libre accès au bout de quatre ans.

Civilisations : Diffusée depuis 1951, cette revue publie des articles en français et anglais relevant des différents champs de l’anthropologie et des sciences humaines plus généralement. Relancée depuis 2002 avec un nouveau comité éditorial et un nouveau sous-titre (Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines), la revue encourage désormais particulièrement la publication d’articles qui articulent les approches de l’anthropologie avec celles d’autres sciences sociales. Chaque numéro a, entre autres, un dossier d’articles sur une thématique particulière. Contrairement aux parties thématiques de la revue Terrains, qui fonctionnent sur invitation, les dossiers thématiques de Civilisations sont ouverts et font l’objet d’un appel à contributions.

« A vot’ bon sens m’sieurs-dames »

Ou quelques « tuyaux » partagés par nos invités, à l’occasion de cette séance.

Plus un texte sera clair, lisible (en évitant, par exemple, les notes de bas de page interminables et systématiques ou un quelconque style jargonnant) et appuyé sur une bibliographie en cohérence avec les références qui sont effectivement faites dans le texte, plus il aura de chances d’être retenu. Les fautes d’orthographe sont une mauvaise carte de visite.

Toutes les revues ont des règles de soumission concernant les articles qui leur parviennent. Respecter ces consignes (longueur du texte, thématique, police, etc.) est la plus élémentaire des recommandations.

Le titre sera plutôt bref et interrogateur, éventuellement couplé à un sous-titre plus explicatif, qui peut faire apparaître plus précisément le terrain en question. Pas d’inquiétude cela étant, ils peuvent être retravaillés avec l’équipe éditoriale, qui aura éventuellement des suggestions.

Un texte présenté à une revue doit être abouti. Pas question d’envoyer une version préliminaire en se disant qu’on la retravaillera avec les commentaires qui nous seront éventuellement faits. Pour s’en assurer, rien de tel que la relecture du texte par des collègues doctorants ou des personnes plus expérimentées (directeur de thèse, chercheurs de son labo, etc.).

Si c’est d’abord un résumé qui est demandé (comme c’est le cas pour les appels à contribution de Civilisations), celui-ci doit respecter un équilibre entre l’esquisse du contexte de l’analyse, l’originalité en termes d’approche et/ou de résultats de la contribution proposée et son inscription dans la problématique du dossier.

Un article doit correspondre à l’esprit et la ligne éditoriale de la revue. Avant d’écrire un article, il est donc important d’identifier la bonne revue à qui l’envoyer. Cela se vérifie aussi dans le soin qui sera apporté à faire le lien avec des numéros et articles déjà publiés – ce qui ancre l’article proposé dans un corpus de textes déjà existants. Pensez que si ce n’est pas votre cas, l’éditeur lui, connaît bien l’ensemble des numéros précédents, et fera rapidement des liens au sein d’une même thématique !

La constitution de numéros thématiques appartient de fait à l’équipe éditoriale. Si notre article plaît, de deux choses l’une : soit il viendra compléter une thématique déjà choisie et en cours de constitution (il y a toujours 4 ou 5 numéros en cours ; il pourra sinon initier une nouvelle thématique), soit il figurera dans la rubrique « hors-thème ». Ceci dit, selon les cas, des doctorants peuvent aussi coordonner des numéros thématiques (comme c’est le cas du prochain numéro de Civilisations).

Dans la revue Terrain, les illustrations sont au cœur de l’article. Pensons donc, au moment même de nos terrains, à prendre des photos exploitables (en haute définition), qui seront ainsi originales, libres de droit, et en parfaite position pour illustrer notre propos. Ce qui vaut pour les photos comprend les illustrations sous toutes les formes (cartes, etc.).

Après la soumission d’un article, que se passe-t-il ?

Après la soumission, les éditeurs décident si l’article entre effectivement dans le champ de la revue et si sa qualité justifie son entrée dans le processus d’évaluation. Dans ce cas, il sera envoyé à (au moins) deux collègues qui travaillent sur des thématiques voisines. En fonction du jugement de ces rapporteurs, les éditeurs ont plusieurs options : 1) accepter l’article en l’état (rarissime !) ; 2) accepter l’article avec des modifications relativement mineures ; 3) accepter l’article sous réserve de modifications assez importantes, voire majeures (parfois, cette « acceptation » peut donc être fortement conditionnelle) ; 4) rejeter l’article.

Si l’article est retenu, il est donc généralement retourné à l’auteur avec des pistes de corrections et/ou une liste de modifications à y apporter. Si l’éditeur attend que nous en tenions compte, cela n’empêche pas d’argumenter, sans ergotage, pourquoi nous n’avons pas effectué, dans la deuxième version, certaines des modifications avec lesquelles nous n’étions pas d’accord.

Après avoir retravaillé son texte, on le renvoie avec les modifications visibles (« suivi des modifications » Word par exemple, mais large palette de possibilités). De cette façon, l’éditeur va rapidement au contenu qui a été modifié, sans s’amuser au jeu chronophage de trouver les différences.

Si toutefois les modifications demandées ne semblaient pas claires (il existe de grandes disparités dans le détail des demandes selon le « reviewer » a qui est confié l’article), il est possible de revenir vers l’éditeur pour lui demander des précisions dans les commentaires envoyés en retour. De la même façon, une formulation peu explicite sur les chances effectives de l’article d’être publié un jour par la revue peut être éclaircie par un simple e-mail.

Sans réponse, il est possible de recontacter une revue à laquelle on a fait parvenir un article (dans un délai raisonnable de deux mois par exemple). Sachons qu’en relançant une équipe (souvent restreinte et très sollicitée), on se rappelle à son bon souvenir, on ne l’agresse pas.

Le refus d’un article ne signifie pas nécessairement qu’il est de mauvaise qualité. Ce refus peut tenir au fait qu’il soit considéré comme étant hors du champ de la revue ou être le résultat d’une conjoncture à notre désavantage (une multiplicité d’articles sur une thématique donnée qui augmente la concurrence entre articles de qualité).

Enfin, en étant publié, on reconnait généralement un contrat d’édition, qui établit nos droits et obligations en matière de diffusion du texte.

Un monde sensible à l’argumentation et à la persuasion…

Pour conclure ces « dix commandements de la publication d’article » en reprenant les termes de Joël Noret : « le monde éditorial est par nature sensible à l’argumentation et à la persuasion ». Certes, les chercheurs « confirmés » ont un capital symbolique et relationnel qui peut faciliter la publication de leurs textes, mais il n’y a en aucun cas de politique « anti-doctorants » au sein des revues. Aucune raison, donc, de s’autocensurer – comme souvent rappelé sur ce même blog ! Au contraire, les doctorants sont souvent perçus comme apportant un matériau empirique et un regard neufs, ce qui est tout à leur avantage.

Enfin, rappelons que l’enjeu d’avoir publié, et si possible de bons articles, dans des revues de référence, doit être clair pour tout le monde : cela fera la différence lors des recrutements post-thèse.

Pour finir, si d’aventures vous pensiez publier, non seulement des articles, mais aussi votre thèse, sachez que le plus tôt – après la soutenance – sera le mieux, et que celle-ci doit être largement réécrite pour être publiable. Il faut compter, pour ce travail , plusieurs mois en moyenne. Là encore nos interlocuteurs nous ont largement recommandé de bénéficier de la relecture de nos directeur/trice, collègues, etc. pour mener à bien ce véritable travail de mue d’un texte sur lequel nous n’avons plus toujours le recul nécessaire…

En attendant de publier thèse(s) et articles, pensons aussi aux comptes rendus d’ouvrage, qui sont à la fois un bon exercice de synthèse, autant de fait pour notre biblio, et la possibilité de recevoir des livres gratuitement (et oui, ça compte aussi !). Pour ce faire, la dimension critique doit évidemment être contenue dans les limites du respect individuel. De nombreuses revues ont des listes de livres à recenser (par exemple : L’Homme). Pensez aussi au site Liens Socio, qui propose régulièrement de nombreux ouvrages pour compte-rendu.

Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe Revue semestrielle d’anthropologie, elle s’est ouverte, depuis 1983, à la recherche internationale et aux autres disciplines de sciences sociales et humaines. Elle publie des auteurs français et étrangers, ethnologues et anthropologues mais aussi sociologues, historiens ou psychologues, avec une ouverture revendiquée aux jeunes chercheurs et primo-publiants. Ses numéros fonctionnent sur un principe thématique, que vient compléter la rubrique Repères où sont regroupés quelques articles hors thème. La revue a pour ambition d’éclairer les aspects les plus variés, et parfois les moins connus, de la société occidentale d’aujourd’hui. Et se complète d’une riche iconographie en illustration des textes.

4 réflexions au sujet de « Entrer dans la ronde des revues en SHS »

  1. Quatre remarques sur les deux revues : 1) les revues ne fonctionnent pas selon le principe de l’évaluation en double aveugle (norme de l’évaluation scientifique dans les sciences exactes, et de plus en plus dans les SHS) ; 2) les revues ne publient pas d’appel à participation ; 3) les revues fonctionnent selon le principe du « dossier thématique », où un responsable convoque les auteurs ; 4) les revues ne publient pas leur contrat éditorial (en particulier, concernant l’autorisation de mettre en ligne en archives ouvertes les pré-publications – Roméro non renseigné).
    Eliane Daphy, ethnologue, ingénieure CNRS, IIAC UMR8177 (CNRS/EHESS)

    1. Bonjour Eliane,

      Merci pour ce commentaire qui, si mes souvenirs de la séance sont bons, n’est pas tout à fait exact. Voici ce que j’ai compris : Les deux revues publient des articles dans leurs rubriques ouvertes (non thématiques) et pour ces articles soumis spontanément, les deux revues pratiquent bel et bien le principe de l’évaluation en « double aveugle ». La revue Civilisations publie des appels à contribution pour leurs dossiers thématiques et évalue, en double aveugle encore, les contributions qui passent une première sélection par le comité éditorial. Terrain constitue ses dossiers thématiques en sollicitant directement les auteurs – une pratique qui rend difficile l’évaluation en double aveugle.

  2. Merci Jade pour ce compte-rendu ! À lire ces lignes, on croirait presque que publier est à notre portée… 🙂

    J’adore particulièrement cette phrase « Au contraire, les doctorants sont souvent perçus comme apportant un matériau empirique et un regard neufs, ce qui est tout à leur avantage. ». Ce propos a-t-il été réellement prononcé ?

    Non pas que je me complaise à faire la mauvaise tête, mais c’est si rare de se voir caresser dans le sens du poil que – forcément – on en vient à se méfier.

    1. Presque ? Alors ce billet aura rempli une part de son contrat !

      Cela dit et plus sérieusement, il est important d’avoir parfois un discours un peu plus « combatif », et je suis certaine que Seb et Mo, les organisateurs du séminaire, seront d’accord avec moi là-dessus. Oui, l’environnement dans lequel nous évoluons en tant que jeunes chercheurs peut sembler hermétique et hostile, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas des ouvertures. Et les choses changeraient peut-être plus rapidement si nous pouvions nous-mêmes nous (re)présenter avec plus de force et de conviction.

      Voilà pour l’incantation du jour 😉 et merci Jonathan pour m’avoir permis d’en rajouter une couche.

      PS : tout ce qui a été rapporté dans ce billet a bien été dit, il s’agit quand même d’un compte-rendu, pas d’un roman d’anticipation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *