Écrire une thèse en sciences sociales: écriture, relecture, réécriture

 

Compte-rendu de la séance du 2 avril 2010 du séminaire « Les aspects concrets de la thèse ».

Actuellement chargée de recherche à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain à Tunis, Lamia Zaki est intervenue pour nous présenter un retour sur son expérience d’écriture de la thèse – expérience dont elle avait déjà rendu compte dans un article paru en 2006 : « L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessités », Genèses, 2006/4, n°65.

Ce souhait de partager son expérience et de l’objectiver provient du constat de l’existence d’un tabou : on ne discute pas, selon elle, de l’écriture d’une thèse. Alors que les difficultés liées au terrain de recherche sont souvent largement discutées, celles liées à l’écriture sont rarement explicitées et soumises à la réflexion. Lamia Zaki voit plusieurs raisons à ce tabou des sciences sociales.

Il existe un premier dogme selon lequel, si l’on décode bien le réel, la suite coulera de source et l’écriture se fera naturellement, l’imagination sociologique étant censée agir en amont de l’écriture. Un second dogme fait de l’écriture un acte très personnel, non rationalisable et reposant en partie sur l’inspiration de l’auteur. Or, une thèse n’est ni un roman, ni une poésie et le réel, si bien observé soit-il, peut toujours s’interpréter de plusieurs manières. L’objectif de son article était donc de démystifier l’écriture et d’en objectiver quelques « ficelles » ; de réfléchir sur ce que l’on fait lorsque l’on écrit, permettant ainsi d’optimiser les temps d’écriture à venir. Il fut également pour l’auteur l’occasion d’un travail d’introspection, permettant, notamment, de faire le deuil de la thèse (limitant ainsi les effets de la dépression post-partum !). Enfin, faire part de l’angoisse liée à l’écriture permet de la relativiser, de la dépasser.

Pour nombre de doctorants, il existe un écart entre la conception « officielle » de l’écriture et le vécu personnel : il faudrait finir sa thèse par une année d’isolement complet d’écriture qui commencerait par l’introduction et finirait par la conclusion, le tout reposant sur un plan conçu et détaillé depuis les prémisses de la recherche concernée. Or, le plan peut aussi se découvrir progressivement au cours de l’écriture (ce qui ne doit pas faire penser que le raisonnement global, la logique générale de la thèse ne doit pas être un acquis ! Il s’agit de relativiser l’importance du plan, de ne pas s’enfermer dans une recherche d’un plan ultra-détaillé : connaître la trame générale de son raisonnement suffit à commencer l’écriture).

L’écriture de la thèse de Lamia Zaki fut par exemple largement dépendante des colloques auxquels elle a participé, ceux-ci obligeant  à rédiger de manière synthétique – puisque le format est rétréci – un point précis d’un sujet en rapport avec son travail de thèse. Ces colloques offrent par ailleurs l’occasion d’une écriture « décomplexée » (cf. Howard Becker) car les papiers sont présentés comme provisoires et seront relus, en amont d’une publication éventuelle, par des spécialistes du sujet. Chaque colloque est donc l’occasion de faire avancer l’écriture de, et la réflexion sur, sa propre thèse.

Celle-ci est alors conçue comme un « puzzle » à plusieurs échelles constitué de nombreuses pièces, dont chacune en contiendrait de plus petites. Chaque « morceau » de thèse est ainsi rédigé indépendamment, au gré des occasions, des découvertes, voire – tout de même – de l’inspiration. Il s’agira ensuite d’agencer ces pièces, de les enchaîner logiquement. Ce n’est qu’après la construction de ce squelette qu’un soin particulier pourra être porté sur la forme du texte.

Au sein de chaque pièce, il est important d’insérer tout l’argumentaire correspondant au sujet évoqué : pas de questionnements simplement évoqués ou d’allusions vagues ! Il s’agit d’exprimer progressivement et logiquement les arguments correspondant au sujet évoqué dans la « pièce » du puzzle (évitant ainsi, lors d’une discussion, de se justifier sur le mode du « oui, mais je l’explique plus loin… »).

L’écriture de chaque « pièce » doit alors être l’occasion de faire le deuil de tous les possibles : sélectionner au maximum ce dont on traitera, et enlever définitivement le reste – quitte à systématiquement garder les « restes » de côté pour une éventuelle réintégration dans une autre partie de la thèse. C’est ce processus que Lamia Zaki nomme la « tension entre le contingent et le nécessaire ». Tension qui doit être vécue comme une tension normale et inhérente au travail de thèse, comme à tout travail d’écriture scientifique.

Ayant tout cela à l’esprit, quelques « ficelles » d’écriture, personnelles et personnalisables à souhait, peuvent alors aider les doctorants en mal d’« inspiration ».

On retiendra par exemple que face à l’« angoisse de la page blanche », aller rechercher dans les « pièces » plus ou moins rédigées peut aider à enclencher la mécanique de l’écriture. De même, si l’enchaînement de ces pièces ne semble pas convaincant, il suffira de les déplacer bloc par bloc, permettant ainsi d’affiner le raisonnement et la rigueur de l’argumentation. Pour cela, user des ressources de l’oral (discuter de son sujet avec des collègues, amis, même –voire surtout – néophytes) permet de simplifier le raisonnement en allant à l’essentiel.

Concernant la forme, la recherche de la phrase « classe » semble être une perte de temps ! Il s’agit plutôt de simplifier au maximum le style (« écrire en français comme on écrirait en anglais » par exemple). Enfin, écrire, ré-écrire, faire des résumés de ses textes permet de synthétiser et de clarifier le raisonnement et les arguments.

Globalement, face à l’écriture, il s’agit d’adopter une philosophie de l’action plutôt que d’attendre l’inspiration.

Compte-rendu rédigé par Maxime Godefroy (Université de Lille II, CERAPS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *