Les sciences sociales ont-elles encore besoin de livres ?

5 octobre 2011
Par

Dans le cadre de la deuxième Université d’été du Cléo1, Janneke Adema2 proposait une intervention sous le titre « Expérimentations dans le domaine de l'édition numérique en SHS : possibilités et défis ». Elle y déployait un panorama de quelques évolutions liées au numérique dans la publication académique, que l'on pouvait suivre comme une occasion de réflexion sur les pratiques d'écritures scientifiques à au moins deux niveaux.

Le contenu même de l'intervention permettait d'interroger ce que l'Internet, les ressources audiovisuelles et le web collaboratif présentent comme nouvelles possibilités de communication scientifique, notamment en matière d'édition en SHS. Par la forme, la présentation de Janneke Adema était une illustration pratique de certains outils et de possibilités d'écriture et d'intervention offerts par le numérique  – au premier rang desquels la présentation Prezi sur laquelle elle a appuyé son propos.

Voici un petit compte-rendu de son intervention3, susceptible d'intéresser toutes celles et ceux qui s'interrogent sur  l'impact du numérique sur les pratiques de recherche, et plus précisément encore toutes celles et ceux qui souhaitent réfléchir aux tensions entre le « livre » comme un objet fini et clos sur lui-même consacrant une recherche achevée, et le « livre » comme espace d'exposition de tout ou partie d'une recherche en train de se faire, et lieu de discussion collective (voire d'élaboration) de ce processus.

Les évolutions de l’édition scientifique à l’heure du numérique

Les principales tendances évoquées par J. Adema :

  • Les nouveaux modèles économiques
  • La tendance à basculer du produit au processus
  • La collaboration
  • Les nouvelles formes de certification scientifique
  • Les plateformes numériques et les médias sociaux
Parmi les innovations liées au numérique, toutes ne représentent pas une réelle nouveauté sur le plan de l’économie générale de la publication scientifique. Le développement des e-books, par exemple, ne résoudra pas la difficulté pour les jeunes chercheurs à publier des travaux que les éditeurs jugent souvent trop spécialisés. Les initiatives susceptibles de déplacer les lignes, de ce point de vue, sont plutôt à chercher du côté de l’édition électronique ouverte, comme l’illustre une amusante vidéo diffusée par la conférencière.

Le numérique également de nouvelles perspectives en ce qu’il éloigne la publication du modèle du produit pour lui offrir tout un ensemble de possibilité de s’inscrire dans une logique processuelle. Planned Obsolescence, par exemple, un livre en ligne, publié dans une architecture de type blog, et qui permet aux internautes de commenter les différents paragraphes, et aux lecteurs de lire en même temps le livre et ces commentaires. "The Visible College" Dossier, lui, a opté pour la forme du wiki, toujours dans cette idée de « livre enrichi ». Media Gifts profite quant à lui des possibilités multimédia offertes par le web, mais aussi de l’actualisation au fil des conférences ou des nouvelles recherches de l’auteur. Pour chacun de ces cas, le livre se présente comme une entreprise volontairement inachevée, un processus.

Déjà visibles dans la majeure partie de ces livres enrichis, les possibilités d’écritures collaboratives sont démultipliées par le numérique. Chaque configuration étant singulière, la question de l’infrastructure technique susceptible de servir au mieux ces collaborations reste entière. L’expérience De Bello Belgico en donne une illustration, une nouvelle fois vidéo.

Le numérique peut-il également transformer le fonctionnement de la validation par les pairs ? Jusqu’à présent, les résultats des différentes expériences de commentaires, peer-reviewing en ligne, etc. ont été plutôt mitigées. Toutefois, elles dupliquaient le fonctionnement actuel de l’université en la matière plutôt qu’elles ne tentaient de le renouveler.

Le développement du numérique signifie aussi que l’édition dépend d’un nombre croissant de nouveaux acteurs, et en premier lieu les plates-formes numériques – Amazon, Googlebooks, Mendeley, OpenEdition, Twitter, Facebook… Tous ces nouveaux acteurs ne fonctionnent pas de la même façon, et n’ont pas les mêmes priorités. Autrement dit, qu’il s’agisse de plates-formes de contenus en ligne ou de réseaux sociaux, il faut interroger le choix des outils que l’on privilégie (ouverture, gratuité, accessibilité…).

Peer Review Monster, par Gideon Burton

Des évolutions aux défis

L’ensemble de ces évolutions place la publication scientifique face à plusieurs défis.

Le défi des institutions et des pratiques conservatrices. L’attachement à l’imprimé n’est-il que culturel ? Comment fonctionne l’économie de la réputation dans les humanités ? Le numérique permet-il, et à quelles conditions, de déployer des argumentations approfondies ? La perte de pouvoir que le numérique promet aux éditeurs leur laisse-t-elle une autre alternative que de s’accrocher au statu quo ?

Le défi de la qualité. Pour beaucoup de chercheurs, la présence en ligne apparaît comme un gage de mauvaise qualité.

Le défi du filtrage. Chaque champ de recherche est saturé d’informations, et le nombre de publications tend à s’accroître considérablement. Comment trouver les publications pertinentes ? Comment ne pas être dépendant voire prisonniers de nombreux filtres automatiques dont on ignore le mode de sélection ? Comment conserver la possibilité d’être surpris ?

Le défi du contrôle. Qui contrôle cet univers ? Quels sites utilise-t-on ? Où sont stockées données personnelles et données de recherche déposées en ligne ? Au profit de qui ?

Pour aller plus loin

  • Un séminaire sur les humanités numériques s’est déroulé le 22 mars 2010, avec les interventions de Marin Dacos, Cynthia Pedroja et Richard Walter, qui aborde notamment le rôle des humanités numériques dans la diffusion des savoirs, l’émergence de l’édition électronique et les modes de validation des connaissances.

  • Et une présentation de Alex J Mitchell (University of Leicester) sur le peer-reviewing (voir notamment les diapos 55 et suiv. sur le futur du peer-reviewing)
  1. Marseille, du 12 au 16 septembre 2011. []
  2. Doctorante en Media and Communication à l’université de Coventry. []
  3. Merci au passage à Mélodie Faury et Emma Bester pour leur aide. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Les thématiques, 2. Publier/Communiquer, Ressources, Ressources numériques

5 commentaires pour “ Les sciences sociales ont-elles encore besoin de livres ? ”

  1. Jacques VILLION le 9 novembre 2011 à 5:15

    Moritz Hunsmann cite Jacques Ellul, un auteur assez méconnu mais dont on serait bien inspiré de méditer ce propos : "Le capitalisme est une réalité historiquement dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n'a plus d'intérêt historique. Ce qui est nouveau et déterminant, c'est le développement de la technique." (A temps et à contretemps, Le Centurion, 1981).

    Je signale qu'en janvier 2012 seront réédités trois de ses meilleurs livres : "Le Système technicien" (1977), "Le Bluff technologique" (1988) et "La pensée Marxiste. Cours professé à l'IEP de Bordeaux" (ouvrage posthume, 2003).

    Notons également la réédition de l'ouvrage de Jean-Luc Porquet (journaliste au Canard enchaîné) : "Jacques Ellul : l'homme qui avait (presque) tout prévu".

    Je note enfin, pour m'en réjouir, que de plus en plus d'initiatives sont prises ces derniers temps pour faire connaître la posture ellulienne, tant dans les champs universitaire (http://calenda.revues.org/nouvelle21250.html), encyclopédique (MH cite la page de Wikipedia, à la fois claire et bien documentée), éditorial (notamment à la Table Ronde) et militant (www.jacques-ellul-marseille-aix.org).

    Ce sont des nouvelles réjouissantes car qui connaît un tant soit peu Ellul sait que les marchés financiers ne sont rien d'autre que des réseaux informatiques et que la fameuse "crise financière" n'est jamais que l'effet second - mais inévitable - de ce qu'on appelle communément, mais bien naïvement, "la révolution numérique".

    2012 (année du centenaire de la naissance d'Ellul) sera t-il l'année de la prise de conscience de la clairvoyance de ce penseur ? Affaire à suivre.

    Jacques Villion

  2. Moritz Hunsmann le 9 novembre 2011 à 0:34

    Merci pour cet aperçu des horizons numériques de la recherche en sciences sociales! Personnellement, j’avoue que ce billet m’interpelle à deux niveaux. Premièrement, la question de l’adaptation de l’outil à l’objectif visé : un PowerPoint n’est déjà pas toujours plus utile que de simples paroles (et la qualité d’écoute qu’elles induisent), mais les présentations Prezi (pour en avoir subi) consacrent, à mon sens, le primat de la forme sur le fond – au risque de rendre ce dernier parfaitement imperméable. Cela étant, c’est peut-être l’effet recherché…auquel cas l’outil serait finalement tout à fait adapté.

    Plus fondamentalement, ce billet m’interpelle sur la question de la technique et des usages que nous, « professionnels de la réflexivité », en faisons. Il laisse chez moi une vague impression, non seulement de confusion des fins et des moyens, mais d’un émerveillement mystificateur devant la technologie numérique qui risque de nous faire perdre de vue l’« essentiel » (le fond de nos recherches) ou, plus prosaïquement, de nous faire perdre du temps (de travail). Voilà donc, une raison supplémentaire de réfléchir collectivement à la technologie numérique et à la manière dont elle transforme nos pratiques (comme le propose justement le Cléo)… Comme disait Jacques Ellul, « ce n'est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Ellul)!

    Enfin, et pour rassurer celles et ceux qui voient dans ces lignes l’expression d’une technophobie réactionnaire, j’avoue que je ne fais pas partie des chercheurs qui «considèrent la présence en ligne […] comme un gage de mauvaise qualité» (la preuve : j’ai mis un lien vers Wikipédia !). Je ne vois pas pourquoi ce serait le cas ; ni d’ailleurs pourquoi l’impression sur papier serait un gage de qualité…

  3. Karim Hammou le 7 octobre 2011 à 11:26

    Des détails sur d'autres interventions à l'Université d'été du Cléo : "UECléo : penser la complexité du livre numérique" par Marc Jahjah
    http://www.inaglobal.fr/edition/article/uecleo-penser-la-complexite-du-livre-numerique

  4. Jonathan le 5 octobre 2011 à 10:05

    Beaucoup de questions en définitive (et peu de réponses), les problématiques ne sont pas très nouvelles, mais le débat est bien cerné. Merci pour ce résumé.

    Janneke Adema n'a émis aucun avis personnel ? N'existe-il vraiment que le séminaire Digital Humanities de Marin Dacos pour proposer une réflexion qui tente d'apporter des réponses. Et outre-France ?

    Cet article nous met l'eau à la bouche, mais on reste sur sa faim. Dommage...

    • Karim Hammou le 5 octobre 2011 à 11:49

      Effectivement, beaucoup de questions ! Le cœur de l'intervention de Janneke Adema - telle que je l'ai comprise - consistait surtout à présenter des expérimentations en cours dans un cadre problématique que connaissent les personnes au fait des DI (ce qui n'est pas le cas de tous).
      Pour ce qui est des réponses, d'où qu'elles viennent, je n'ai pas de référence idéale en tête. Mais peut-être certains lecteurs de ce billet saurons nous aiguiller...
      Merci pour votre commentaire !

Laisser un commentaire


Carnets de recherche