Doctorants étrangers en France, doctorants français à l’étranger : regards croisés sur l’Université

21 novembre 2011. Une trentaine d’étudiants, originaires de pays très variés (Portugal, Cap Vert, Brésil, Mexique, Chili, Colombie, Irlande, Etats-Unis, Chine, Taïwan) ont répondu à l’appel de cette séance dédiée à la mobilité étudiante. L’invitation était aussi destinée aux étudiants français partis à l’étranger dans le cadre d’échanges académiques. En organisant cette réunion, nous souhaitions inviter les étudiants étrangers – nombreux à l’EHESS – à partager leur expérience d’étude et exprimer leurs impressions sur l’enseignement et la recherche en France.

Nous considérons en effet que la mobilité étudiante est une source précieuse de connaissance sur l’université, c’est une opportunité pour connaître d’autres manières d’enseigner, d’apprendre, de faire de la recherche.  Le « regard éloigné » des étudiants internationaux est l’occasion d’une mise à distance de nos pratiques en tant que doctorants : étrangers aux habitudes et aux conventions,  mus – littéralement – par la volonté de savoir, leur position est propice à objectiver les rapports sociaux au sein de l’institution. N’est-ce pas d’ailleurs ce mélange d’engagement et de distance qui fait le bon sociologue ?

Que révèlent ces déplacements académiques ? De quelles difficultés, malentendus ou bonnes surprises l’expérience de mobilité est-elle faite ? Quelles « bonnes pratiques » pouvons-nous retenir de ces échanges et à quelles conditions sont-elles transposables en dehors des contextes dans lesquelles elles sont observées ?

D’illusions en désillusions

Pour beaucoup d’étudiants étrangers, se former en France est perçu au départ comme un luxe, une consécration. Pourtant, une fois sur place, leurs témoignages laissent aisément transparaître une certaine désillusion, voire une franche déception, comme ce doctorant colombien : « on me pose souvent la question ‘pourquoi es-tu venu en France pour étudier la Colombie ?’… A ce jour, je me pose encore la question… J’avoue ne pas avoir trouvé de réponse… ». Leurs attentes initiales étaient-elles démesurées ou l’Université française n’est-elle décidemment plus à la hauteur ? S’il est clair que certaines désillusions tiennent à la construction préalable d’un mythe français, il est aussi vrai que l’université demeure imperméable pour beaucoup d’étudiants, a fortiori lorsqu’ils sont étrangers. Un tour de table nous permet de mieux cerner les étudiants présents. Au fil des témoignages, on comprend que les difficultés rencontrées par ceux-ci touchent en premier lieu aux conditions d’obtention du droit de séjour et d’accès au logement. L’insertion dans l’environnement institutionnel de l’université est également un obstacle au même titre que l’adaptation aux cultures d’enseignement et de recherche propres à la France.

Les écueils de la Préfecture et du marché immobilier

Leur désillusion est d’abord matérielle. Les filtres de l’immigration et du logement les rappellent à la dure réalité du pays. Les lois de l’immigration ne les ménagent pas, entre « l’immigration choisie » et la « Circulaire Guéant du 31 mai », force est de constater que les jeunes diplômés étrangers servent de variable d’ajustement aux politiques migratoires. Mais alors que les gouvernements soufflent le chaud et le froid à coup de décrets et révisions de loi, la violence d’Etat persiste dans la durée de manière larvée à travers les guichets de la Préfecture, dans le silence des files d’attente, dans l’indifférence de fonctionnaires débordés et dans l’inertie calibrée des procédures administratives. A l’université, dans une moindre mesure, on retrouve de semblables routines kafkaïennes. Comme le rappelle Glauber, doctorant brésilien, « le mot ‘bureaucratie’ est un mot bien français, pas étonnant que dans toutes les autres langues ce soit un gallicisme ».

Sur le plan du logement, si les difficultés des étudiants français pour trouver un logement sont déjà immenses, on imagine le chemin de croix des collègues étrangers pour se frayer un passage dans l’enfer de l’immobilier parisien, sans connaître la langue ni la ville, sans revenu élevé ni caution solidaire. Ce sont là des contraintes objectives à leur insertion sociale.

La difficile insertion dans l’institution

Pour l’étudiant, l’EHESS n’est pas une institution facile d’accès. Cela s’explique par le fait qu’elle est d’abord tournée vers la recherche, la formation ne commence d’ailleurs qu’au niveau Master (et encore, cela depuis peu). A la différence des universités, elle ne propose pas de cursus tout tracé, son organisation ne se déploie pas dans la verticalité du « département », ni sous la houlette d’une quelconque école de pensée. L’EHESS relève davantage d’un assemblage chaotique de laboratoires, de thématiques et de disciplines. En ce sens, c’est une institution horizontale qui laisse un éventail très large de choix (près de 1000 séminaires) à ses étudiants et à ses chercheurs. Mais ce foisonnement intellectuel n’en est que plus complexe à appréhender et peut s’avérer déroutant pour l’étudiant étranger peu enclin à se frayer un chemin dans ce mille-feuille de séminaires, de laboratoires et d’administrations où l’on croise rarement deux fois la même personne. Comme le souligne António, doctorant portugais, « il y a une quantité épouvantable d’information à intégrer quand on entre dans une institution comme l’EHESS. Moi j’ai bien mis un an à me repérer…».

La barrière de la langue

Mei est étudiante chinoise, ces premiers mois en France ont été difficiles du fait des difficultés à s’exprimer en français. Elle a bien suivi des cours intensifs, mais les opportunités pour pratiquer la langue sont rares et la socialisation avec les étudiants parisiens reste très évasive. Il existe bien des soirées organisées par l’association des étudiants mais la rencontre reste poussive et souvent superficielle. La formation à l’EHESS est perçue comme très individualiste. Elle ne facilite pas l’interaction entre étudiants. En revanche, les cours de Français Langue Etrangère dirigés par Eléonore Merza sont un bon moyen de s’initier au français tout en nouant les relations sociales nécessaires au développement intellectuel et personnel dans l’institution. En outre, et à défaut du contact avec les autochtones, les laboratoires du Centre Pompidou (Beaubourg), en accès gratuit, sont un bon moyen d’entraîner son français sur des supports « interactifs »…

La cacophonie des équivalences

L’harmonisation européenne a longtemps été le mot d’ordre des politiques publiques à l’adresse des universités, au premier rang desquelles la réforme LMD. Mais il reste encore des efforts à faire pour adapter les cursus avec les autres continents, comme en témoigne Jaime, doctorant mexicain de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine : « Au Mexique, nous sommes encore sur le modèle de la maîtrise, qui dure normalement 5 ans. Le Master, c’est deux ans en plus. Comme mon Master n’était pas reconnu en France, j’ai dû reprendre en Master 1… ». Et Glauber (étudiant brésilien) d’ajouter : « … alors même que le niveau n’est pas moins bon en Amérique Latine. Au Brésil, les étudiants de Master sont presque tous boursiers, du coup ils prennent leurs études comme un travail en soi… ».

Et le niveau baisse…

Leur déception est aussi intellectuelle. En sciences sociales, la France jouit d’un prestige quelque peu désuet. Pour les étudiants latino-américains, la France est non seulement le pays des Bourdieu, Foucault, Sartre, Lefebvre, Touraine (…), mais elle est aussi le pays où se sont formées les élites en exil durant les dictatures militaires. La relation entre la France et le Brésil en est une illustration. Il est courant de croiser un anthropologue, sociologue ou géographe brésilien ayant effectué un doctorat ou un post-doc dans une université française. Aujourd’hui encore, la France est le pays qui accueille le plus d’étudiants brésiliens, devant les Etats-Unis. Mais face au tableau élogieux que peuvent dresser les professeurs latino-américains, nostalgiques d’un « âge d’or » de la pensée critique, force est de constater que la sociologie française peine de plus en plus à se faire une place à l’international. L’université française profiterait ainsi de ce qu’on pourrait appeler une « rente générationnelle ». Mais pour combien de temps ? Est-il possible d’entretenir ce rayonnement international alors que l’Etat ne cesse de se désinvestir de l’Enseignement et de la Recherche ? Derrière les complaintes sur la précarisation des étudiants, professeurs et chercheurs français, on oublie souvent de tirer ce nécessaire constat : peu à peu, le niveau baisse…

Un mode d’enseignement encore très vertical

De même, les méthodes d’enseignement restent fidèles à une culture académique de plus en plus obsolète. Ce qui frappe le plus les étudiants étrangers, c’est la verticalité de la relation avec l’enseignant. Une distance qui se traduit en classe par la froideur et l’unilatéralité des échanges, le vouvoiement systématique, le bachotage et la passivité d’étudiants français trop habitués à la parole magistrale du « maître » de conférence. Cette déférence vis-à-vis du professeur est involontaire, elle est le fruit d’une longue intériorisation des rôles. Plus qu’une frontière symbolique, c’est une trace mnésique. En dehors des cours, il est suspect de fréquenter ses élèves. Il ne s’agit pas ici de louer une illusoire horizontalité des rapports d’enseignement, mais il n’est pas non plus anormal, à niveau master et doctorat, d’attendre des étudiants qu’ils manifestent activement une certaine autonomie de pensée.

La forte hiérarchisation des statuts est source d’un grand gaspillage. La production des étudiants de master et doctorat semble sous-valorisée par rapport à d’autres pays, comme le souligne Miriam Grossi, célèbre anthropologue brésilienne nous ayant fait la surprise et l’honneur de participer à la séance : « ici, un étudiant de master ou de doctorat reste un étudiant. Au Brésil, il fait partie intégrante du laboratoire et participe de sa production scientifique. Là-bas, la recherche me semble moins individuelle, moins exclusive. Au Brésil, les mémoires et les thèses sont systématiquement mis en ligne… ». De même, il reste mal vu en France de publier avec ses étudiants. Alors qu’ailleurs il peut s’agir d’une norme, certains persistent à y voir une forme d’exploitation de la part du directeur. Pourtant, on pourrait aussi bien y voir une opportunité pour l’étudiant de s’initier à l’écriture scientifique, pour valoriser ses recherches, et pour le directeur l’occasion de renouer avec des données empiriques qui, faute de temps pour faire un terrain long, peuvent venir à manquer. Combien de mémoires de qualité dorment, stériles, au fond d’un tiroir ? A défaut, les étudiants de master arrivent en thèse sans expérience « concrète » de la recherche, et dans certains cas, en ressortent comme ils y sont rentrés : sans publication.

Le goût amer du déclassement

Les enseignants et chercheurs français vivent l’expérience du déclassement,  a fortiori dans le secteur des sciences sociales. La précarisation et les réductions des effectifs en sont les premiers symptômes, mais la dévalorisation du métier de chercheur n’est pas qu’économique, elle est aussi symbolique. Le doctorat n’est plus le titre prestigieux qu’il était, il devient même suspect aux yeux de certains employeurs. Le doctorant n’est plus cet étudiant brillant et passionné, il est tout au plus considéré comme un rêveur, quand ce n’est pas carrément comme un fumiste : « j’ai été sidérée de voir la réaction de certaines personnes lorsque je leur disais que j’étais en thèse, les gens te regardent de haut. Dans mon pays, quand je dis que je fais une thèse, les gens sont impressionnés, presque admiratifs, ils me posent tout un tas de questions… » (Shu-ling, doctorante taïwanaise). La norme des valeurs a certes changé, les forces de l’esprit ne valent que si elles sont jugées compétitives, mais il n’est pas interdit de penser que le désinvestissement de la recherche et de la formation des jeunes chercheurs est tout autant responsable de la mauvaise presse des carrières académiques.

Interroger l’Université

Le portrait ici dressé n’est certes pas flatteur, il reflète pourtant la tonalité de la discussion et un mécontentement palpable parmi les étudiants étrangers. S’il semble mettre en procès l’université française, plusieurs remarques relèvent pourtant davantage de l’EHESS. Quoiqu’étant un haut-lieu des sciences sociales françaises, l’Ecole reste énigmatique voire hermétique pour beaucoup d’étudiants du fait de sa structure institutionnelle aussi complexe qu’originale. L’offre pédagogique existante est vaste et requiert de la part de l’étudiant une certaine disposition à l’exploration. Peut-être le fléchage des cursus devrait-il davantage prendre en compte la diversité des étudiants étrangers, qui, rappelons-le, représentent 50% de ses effectifs. Nous sommes aujourd’hui habitués à la forte présence des étudiants latino-américains sur les bancs de l’EHESS. Pourtant, comme le rappelle Miriam Grossi, familière des cercles étrangers de l’université française depuis les années 1980, c’est une nouveauté. Les latino-américains remplacent aujourd’hui les contingents d’étudiants africains d’hier. Précisons que notre but à travers cette séance n’était pas d’établir quelque comparaison normative et généralisante que ce soit, mais bien de partager des expériences singulières. Quoiqu’on puisse se permettre quelques inférences, l’université en France n’est que trop plurielle pour faire l’objet d’un jugement arrêté sur la base d’un petit nombre d’opinions. La rencontre était aussi et surtout l’occasion de mieux connaître ces étudiants avec accent, non plus en tant « qu’étrangers d’un certain type » comme dirait Simmel, mais à travers leur vécu individuel au sein de l’université. Enfin, ce détour par l’expérience des étudiants en mobilité était également l’occasion de rappeler aux doctorants l’importance d’interroger les impensés des institutions universitaires, leur histoire, leurs fondements idéologiques, leurs orientations pédagogiques, etc. Plus qu’une historiographie exhaustive de l’institution, cette réflexion passe surtout par un recul intellectuel sur l’expérience quotidienne en son cœur, dans les salles de cours, dans les administrations et dans les couloirs qui les relient. L’échange avec les étudiants et chercheurs étrangers est l’occasion idéale pour opérer ce recul et réfléchir à cette université si familière et pourtant si lointaine.


Une réflexion sur « Doctorants étrangers en France, doctorants français à l’étranger : regards croisés sur l’Université »

  1. Aujourd’hui à la fin d’une réunion avec mon directeur de thèse, qui après deux heures de discussion et d’avoir tout changé mon plan de travail et la ligne à suivre (de pro. depuis deux ans, il faut que je fasse une thèse théorique), il ma dit : vous savez bien qui en France c’est trop difficile d’avoir la qualification + vous n’êtes pas trop jeune (j’ai 37 ans) + ici à l’université on ne prend que des gens du extérieur + vous vivez une situation difficile financièrement … en gros il m’a fait comprendre qu’un étudiant étranger symbolise un numéro de plus pour les universités qui profitent de notre l’argent pour l’inscription.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *