La thèse-cyprès et la thèse-olivier

28 mars 2012
Par

Un bon directeur a toujours de bonnes ficelles à partager avec ses étudiants. J’aimerais ici faire part d’un conseil que m’avait donné un ancien directeur de mémoire et désormais ami, le sociologue espagnol Antonio Aledo Tur. Je me souviens de lui me disant : « ton mémoire doit avoir la forme d’un cyprès, toi tu veux me faire un olivier… ». Quoique que je ne sois jamais tout à fait parvenu à suivre son conseil, sa métaphore mérite bien la filature :

Avec sa silhouette effilée, monolithique, son feuillage dense et ses racines qui plongent droit en terre, le cyprès est le modèle d’un argumentaire scientifique logique et sans fioritures, qui pose clairement sa question de recherche et y répond en suivant un protocole méthodologique rigoureusement établi selon un modèle hypothético-déductif. On pourrait sans doute s’avancer à dire que le cyprès incarne la rigueur protestante (le cyprès n’est-il pas dans certaines régions un marqueur des sépultures protestantes ?), mais ce serait pousser l’analogie un peu loin… L’étudiant-cyprès sait où il va et l’énonce clairement. « Qu’est-ce que tu veux dire ? », c’est le deuxième conseil qu’Antonio Aledo me répétait sans cesse, avec son franc-parler très espagnol : « à l’introduction de chaque sous-partie, de chaque chapitre, tu dois nous dire explicitement où tu veux en venir. La thèse n’est pas un polar, tu dois nous dire dès le début qui est l’assassin… Les américains écrivent leurs thèses comme ça, sans mystère…» [Antonio Aledo a longtemps étudié aux Etats-Unis]. Je ne peux que lui donner raison : simplicité et synthèse sont sans doute les deux mamelles de l’écriture scientifique.

L’olivier quant à lui est un arbre torturé. Il pousse dans des conditions adverses, c’est une espèce méditerranéenne. Ses racines plongent en profondeur pour capter une eau rare, son tronc sinueux s’érige laborieusement hors du sol en déployant ses branches en une auréole inégale et clairsemée qui ménage ses feuilles d’un soleil brûlant. La thèse-olivier couvre un vaste champ de connaissances, elle est tantôt dense, tantôt “dilettante” (cf. Bourdieu), presque toujours inégale. D’aucuns diront que c’est une thèse très “française”. Mais la thèse-olivier, c’est aussi la thèse ancrée (grounded), empirique, inductive, qui pousse sur des objets mouvants et polymorphes sur lesquels il est malaisé de penser droit. Certes, elle fait naître des idées courbes, mais aussi souvent des idées neuves. L’intérêt c’est l’exploration, l’inventivité, l’imagination sociologique ; le risque : la digression, la dispersion et le parti-pris. Dans un délire d’exhaustivité doublé d’une bonne dose d’intuition, le thésard-olivier peut engendrer un monstre génial… ou une chimère.

La thèse-olivier est probablement en voie de disparition tant il devient difficile de s’attarder plus de 3 ou 4 ans en doctorat. Il faut de plus en plus aller droit au but, en segmentant les problèmes mais sans couper les cheveux en quatre. L’olivier est un arbre à végétation lente : mais rappelons-le, ses fruits amers ont nourri la civilisation méditerranéenne durant des siècles. La thèse-cyprès pousse vite et forme de jolie haies de doctorants : mais nourrit-elle aussi bien la pensée humaine ?…

Et vous, à quel arbre ressemble votre thèse ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Les thématiques, 1. L'écriture, Ressources, Humour/Détente

12 commentaires pour “ La thèse-cyprès et la thèse-olivier ”

  1. Edouard KOFFI Kouakou le 15 août 2013 à 19:32

    En lisant cette métaphore végétale, j’ai été d’abord impressionné que la thèse-cyprès est la meilleure. Mais à la lecture des commentaires, j’ai fini par changer de perception. La thèse-Olivier a sa valeur et est plus appropriée au domaine des sciences sociales. Peut-être la tendance anglo-saxonne finit-elle par s’imposer à nous aujourd’hui où la thèse à la française semble perdre de l’importance. Cependant, on pourrait s’en inspirer comme le mode d’argumentation more geometrico de Spinoza dans son Ethique.

  2. Roveuch le 25 octobre 2012 à 19:32

    Bonjour,
    Je viens de soutenir ma thèse en SHS et, elle est totalement et profondément olivier ! J’en suis très fière à posteriori, mais si je n’avais pas bénéficié du soutien indéfectible de mon directeur de recherche, qui a notamment rassemblé un jury bienveillant à ce type de recherche, je n’y serais jamais arrivé. La thèse olivier est dure à assumer et à mener, et je n’ai pas la personnalité pour faire une thèse cyprès, et si je n’avais pas eu également un laboratoire enclin à pousser ce type de recherches, j’aurais abandonné.
    J’utiliserai à mon tour cette métaphore pour les prochains doctorants que je croiserai !

  3. Anna le 20 juillet 2012 à 8:15

    Pour en revenir à la durée de la thèse, je viens d’asssiter à une soutenance d’une thèse qui a duré 10 ans et je ne sais pas quoi penser.
    le thésard a obtenu une mention très honorable avec félicitations du jury. il était un allocateur de recherche qui s’est transformé en baroudeur et qui a pris du temps pour rédiger sa thèse que je n’ai pas encore lu. en dehors du fait que le jury était composé d’un très bon ami de cet étudiant et d’autres très bon potes, doit on encourager des thèses qui durent à l’infini en donnant une sanction aussi favorable, quand bien même la thèse est excellente (je ne l’ai pas encore lu mais je n’en doute pas).
    quel signe donne t’on au nouvel allocataire de recherche en encourageant ces genres de pratique?
    je suis doctorante et on a préféré donné l’allocation de recherche de l’école doctorale à un étudiant qui a eu le bon geste de soutenir avant moi qui ait été la majore de ma promotion. en ayant eu un retard de 3 mois sur la soutenance de mon master, j’ai perdu une allocation de recherche qui aurait du de toute apparence me revenir, par contre un allocataire qui prend 10 ans pour finir, on en dit quoi?
    qu’en pensez vous chers doctorants?

    • Tristan le 4 août 2012 à 16:04

      Bonjour Anna,
      Je ne suis pas sûr de comprendre ton raisonnement: d’un côté tu reproches à un jury de thèse d’avoir applaudi une thèse à rallonge (copinage mis à part), de l’autre tu regrettes qu’on n’ait pas récompensé ton mémoire hors-délai…
      La question de la durée des thèses est délicate. Je comprends la rationalité des ministères qui tendent à vouloir limiter la durée des thèses à 3-4 ans (raisons de financement, d’uniformité des cursus, accélérer la production de docteurs), comme cela se fait dans les sciences “dures”. Si les financements suivaient, je serais presque d’accord… Mais cela pose tout de même la question de l’égalité des savoirs: les modes d’appréhension du savoir en physique et histoire ou philosophie ne sont pas les mêmes, pourquoi dès lors vouloir imposer les mêmes délais ? En sciences sociales, les contraintes d’une enquête de terrain sont bien différentes d’un protocole d’enquête en laboratoire… L’ethnographie repose sur une enquête par familiarisation qui implique souvent la maîtrise d’une nouvelle langue et des séjours longs sur le terrain. Et puis certains sujets méritent plus de temps, tout simplement. Imposer un délai, c’est courir le risque d’encourager le fast-thinking et les conclusions à la va-vite. La décantation fait aussi partie du processus de recherche.
      Enfin, il y une raison d’économie politique derrière tout cela. Imposer des thèses en 3 ans risque augmentera l’offre de docteurs alors que la demande ne suit – et ce qui plus est au détriment de la qualité des travaux…
      Désolé que tu n’aies pas décroché l’allocation, la temporalité d’une recherche coïncide rarement avec la temporalité académique. A moins d’avoir de la chance ou d’opérer en stratège… ;)

  4. Madiba Sophie le 31 mars 2012 à 12:31

    On doit sans cesse tailler les cheveux touffus de notre thèse.
    Toutefois, ayant opté pour la Grounded Theory comme modèle de connaissance, je dois dire avec Bachelard “qu’il n y a de méthode que par rapport à un objet”.
    Déductif ou inductif, la même rigueur s’impose sachant que la thèse n’est pas un roman.
    Difficile souvent pour le chercheur d’aller droit au but, mais le processus est incontournable.
    Ce qui se conçoit bien s’énonce…

  5. Vincent Ferré le 30 mars 2012 à 22:50

    Bonsoir,

    Belle image. Pour autant, il convient peut-être de faire des distinctions suivant les domaines. En sciences humaines, une thèse qui annonce d’emblée les résultats de la recherche ressemble à une dissertation, non à une thèse – un certain consensus semble exister sur ce point, dans les disciplines “littéraires”. L’auteur de la métaphore le pense peut-être, mais ce n’est pas évident, à la lecture du billet.

    Bien cordialement,

  6. F.M le 30 mars 2012 à 13:00

    Je ne connaissais pas cette métaphore. Mais j’avais été très touchée par quelques pages de Camillieri qui laissait la pensée de son commissaire Montalbano errer au pied de son arbre fétiche.
    Arabesque vivante aux feuilles écrites par le temps, le soleil et le vent.
    Mais il y a longtemps, une chanson parlant de cyprès comme des lances m’avaient aussi beaucoup touchée.
    Cy près de l’olivier, on devrait s’en sortir !

    Bon courage à toutes et tous les amoureux des arbres…

  7. ioana UNGUREANU le 30 mars 2012 à 8:50

    Oui, belle métaphore…
    Mais comment faire un cyprès avec une autre essence?
    Ce qu’il est clair est que LA THèSE doit être en quelque sorte le tombeau du sujet, épuisé, afin que le nom soit facilement identifiable… La thèse une stèle, pour que le nom reste gravé, et visible… Qui disait que l’olivier pousse sur un terrain accidenté? La méthaphore végétale me conduit à une autre, minérale. Ne faisons pas un tas de pierres mais une stèle.

  8. Yann Cantin le 29 mars 2012 à 21:58

    hmmm, en effet. A mon stade de recherche (2eme année de thèse), cela ressemble de plus en plus à un olivier touffu…. Le faire ressembler à un arbre droit, hmmm, pas facile en ce qui concerne l’Humain…

    En tout cas, excellent texte que j’apprécie les analogies !

  9. Claire Placial le 29 mars 2012 à 21:43

    Dans mon discours de soutenance j’ai utilisé la métaphore des arbres, en essayant de déterminer quel était mon arbre. Au début c’était un fraisier lançant des stolons en tous sens et sans ordre, et puis un tronc (ou plusieurs) sont apparus, sans réelle arborescence néanmoins, et, Bible hébraïque oblige, j’ai décidé que j’avais fait pousser un figuier.

    Oui, l’olivier s’adapte au terrain! Belle image!

  10. Tristan Loloum le 29 mars 2012 à 13:55

    Oui il faut pas hésiter à tailler, surtout quand il y a trop de photosyn-thèse !

  11. Jonathan Chibois le 29 mars 2012 à 12:18

    Peut-on tailler un olivier en forme de cyprès ? C’est à quoi je m’essaye en ce moment, et le résultat ressemblerait plutôt à un (petit) cactus … pas sûr que ce soit concluant !

    Comme tu le dis bien, la thèse olivier pousse bien sur les sujets mal-aisés à penser droits… est-ce donc à dire que l’auteur ne choisit pas quel arbre sera sa thèse ? Je suis pas loin d’en être convaincu.

    En tous les cas, très jolie métaphore qui donne du grain à moudre (comme s’il en manquait…). Merci de l’avoir partagée ! :)

Laisser un commentaire


Carnets de recherche