Le post-doctorat, tremplin ou salle d’attente ?

24 juillet 2012
Par

Le séminaire des Aspects Concrets de la Thèse s’est terminé cette année sur une séance dédiée au post-doctorat (le 4 juin). Tout un symbole que d’arriver au terme de cette programmation avec la perspective de l’après-thèse ! Intitulée « Le post-doc, tremplin ou salle d’attente ? », cette séance réunissait trois invités : Laurent Berger (docteur en anthropologie, chargé de la recherche au musée du Quai Branly et chercheur affilié au LAS), Jean-Tristan Brandenburg (docteur en biologie, CDD recherche INSERM/Paris 7 et membre de plusieurs associations de jeunes chercheurs) et Martin Préaud (docteur en anthropologie, membre de l’équipe “anthropologie de la perception” du LAS et terminant tout juste un post-doc au sein de l’équipe SOGIP à l’EHESS).

Au travers de leurs interventions, ce sont trois parcours bien différents qu’ils ont accepté de nous présenter pour alimenter notre discussion sur le sujet. Car si le « post-doc » semble bien être devenu une étape incontournable, les situations varient largement d’un cas à l’autre. Voici, à grands traits, quelques cadres généraux tirés de cette séance que l’on pourra retenir pour penser le post-doc.

Chercher un post-doc et candidater

Parlons dans un premier temps de recrutement. Recrutement est-il d’ailleurs le terme le plus approprié ? Comme souvent, les mots de « réseau », de « socialisation », ou encore de « cooptation » sont revenus au cours des débats. Au constat qu’il y a peu de postes et beaucoup de candidats, s’ajoute celui d’un système universitaire qui s’appuie nettement sur l’inter-(re)connaissance. Le principe de la capitalisation socio-professionnelle prend ici tout son sens et chacun aura été invité à mesurer le difficile équilibre à trouver entre un certain isolement nécessaire à la production écrite du savoir et une socialisation indispensable à l’insertion professionnelleet parfois chronophage. L’accès à l’information est le principal défi à relever : cela concerne à la fois l’information première qu’il existe un poste à pourvoir (certains sites comme Calenda peuvent relayer les annonces), et celles qui permettront d’affiner une candidature : composition et attentes du jury, profil recherché, forme et contenu des dossiers retenus lors de précédentes sélections, équipe d’accueil, etc. Évidemment, toutes ses informations figurent rarement (ou de façon très incomplète) sur les descriptifs des annonces, il faut donc savoir lire entre les lignes et demander conseil auprès d’initiés.

Il y a également un “art” de la candidature dont nous ne sommes pas nécessairement familiers. Cela se travaille. Savoir se présenter, et surtout présenter ses travaux, en est un élément-clé. Formuler clairement et en quelques phrases le contenu de plusieurs années de recherche captera plus facilement l’attention d’un rapporteur qui n’aura de toute façon pas le temps de relire la thèse complète du candidat. C’est un point d’autant plus important qu’il peut permettre de composer avec l’impératif du « langage-projet », et « la fiction de se projeter dans des recherches à venir ». Savoir mettre en valeur et s’appuyer sur de précédents travaux pourra par exemple paraître un atout dans un milieu où le processus itératif [1] est bien souvent la norme (en particulier pour les SHS) et l’annonce de futures recherches un exercice complexe.

Enfin, quelques conseils pratiques dispensés par nos invités : adjoindre à son dossier une fiche de synthèse (une page reprenant les principaux éléments à retenir de votre candidature) s’avère payant. Surtout quand le dossier comporte un CV analytique qui peut comporter plusieurs dizaines de pages. Et il n’est pas inutile de se créer une page web personnelle (ou d’alimenter et de mettre à jour celle qui est hébergée sur le site de votre laboratoire), afin d’offrir un espace propice sur Internet où valoriser vos travaux et où l’on peut vous retrouver en tant que chercheur. La pratique de la « googlisation » des candidatures est de plus en plus répandue de manière générale, et cet outil vous servira au-delà des campagnes de recrutement.

Faire un post-doc, pourquoi ?

Toutes ces précisions sont utiles. Mais la discussion du 4 juin n’a pas porté sur cette seule dimension pratique et nous en arrivons à notre second point. En introduction de ce billet, nous posions le « post-doc » comme une étape devenue quasi-incontournable. Mais qu’est-ce au juste qu’un post-doc ? Derrière ce terme, on entend qu’un docteur diplômé est engagé par contrat dans un centre de recherches pour mener sur un temps court (entre 12 et 24 mois en général) une activité de recherche. Certains estiment que l’appellation même pose problème en ce qu’elle maintient implicitement le jeune chercheur dans une posture d’apprenti au détriment de celle de professionnel[2]. Quoi qu’on pense de l’usage du mot, la multiplication des contrats post-doctoraux est en tant que tel un élément de questionnement.

Sur le plan matériel d’abord, il s’agit pour ces docteur(e)s de pouvoir continuer, au sein d’une équipe, leur activité de recherche dans de bonnes conditions. Sur une portée plus symbolique mais tout aussi déterminante, le post-doc participe de l’acquisition d’un statut reconnu par ses pairs et de l’affiliation officielle à un centre de recherche. Enfin, le post-doc peut apparaître comme la suite logique du doctorat et le maillon manquant vers la titularisation. Un tremplin donc ? Oui, pour certains. Car il faut bien constater que d’une part ce n’est pas le cas de tous et que d’autre part il se joue avec le post-doc d’autres enjeux.

C’est précisément la question de l’articulation entre la fin du doctorat et l’obtention d’un poste pérenne qui est en question ici. Pour celles et ceux qui décideront, à l’issue de leur soutenance, de poursuivre dans la voie de l’enseignement et de la recherche, les perspectives sont relativement restreintes. Et le post-doc apparaît comme une solution transitoire dans l’attente d’un poste statutaire ou d’une reconversion. Certains verront même, à mots couverts, cette étape comme l’occasion de se positionner avantageusement pour les postes qui les intéressent, et d’y candidater, de travailler à cette fameuse socialisation du chercheur, voire de reprendre leur manuscrit de thèse en vue de leur publication. Toutes tâches nécessaires et qui demandent un certain temps mais qui ne constituent pas un travail de recherche en tant que tel. En filigrane se pose donc la question de l’engagement du post-doctorant dans la mission qui lui est confiée, et de ce qui est réellement attendu de lui. Peut-être parfois un peu salle d’attente aussi donc. Cette temporalité particulière du parcours professionnel du jeune chercheur souligne ainsi au moins deux difficultés : celle de devoir mener des recherches sérieuses dans un temps court, encore tronqué par la nécessité de construire en parallèle l’après après-thèse… Mais cette question ne se pose-t-elle pas plus largement à la communauté des chercheurs dans son ensemble, après les évolutions récentes de ces dernières années (et ce qu’on appelle la “recherche par projet”) ?

Quelles alternatives ?

Soyons clairs, le post-doc reste malgré tout une chance pour celles et ceux qui en obtiennent, en les rapprochant des conditions réelles d’exercice du métier de chercheur titulaire. Pour les autres, les alternatives ne sont pas légions. Il est toujours possible de chercher ailleurs ce que l’on ne trouverait en France. Le post-doc, ou CDD de recherche, existe en Europe et dans le monde, souvent moins cloisonnés d’ailleurs. Les conditions du retour resteront à déterminer, quand on sait que l’éloignement des réseaux peut desservir.

La séance du 4 juin soulevait également la question des compétences acquises lors d’un doctorat. Ou pour le dire autrement : « le docteur ne sait-il faire que de la recherche ? ». La discussion semble prendre de plus en plus d’ampleur au sein des instances institutionnelles (écoles doctorales, universités, etc.), confrontées à la responsabilité de trouver des débouchés professionnels aux jeunes chercheurs qui sont formés en leur sein. Si l’un de nos invités nous rappelait en début de séance cette invitation à travailler « pour les sciences, la gloire et la patrie », gravée dans la pierre de la bibliothèque du LAS (Laboratoire d’Anthropologie Sociale), il s’agit surtout pour nous “d’aménager l’attente”. Une attente face à laquelle, comme le soulignait par ailleurs un autre de nos invités, hommes et femmes ne sont pas égaux. Une attente, enfin, qu’ils s’agit d’appréhender autant que possible dès le doctorat, afin précisément de limiter ces entre-deux de la précarité.

 


[1] A ce sujet, voir le billet de Raphaëlle Parizet : http://act.hypotheses.org/1153, qui s’inspire d’une séance sur la construction du projet de thèse avec Jean-Pierre Olivier de Sardan.

[2] Voir par exemple le petit lexique de la Confédération des Jeunes Chercheurs, qui préfère au terme de « post-doc » celui de  « CDD recherche » : http://cjc.jeunes-chercheurs.org/presentation/terminologie.php


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Les thématiques, 3. Professionnalisation, Le séminaire, Comptes rendus

Laisser un commentaire


Carnets de recherche