Les médias sociaux à l’heure des identités numériques : quels enjeux pour la recherche scientifique ?

8 avril 2013
Par

Le lundi 4 mars 2013, l’équipe du séminaire « les Aspects Concrets de la Thèse » invitait les sociologues Antonio Casilli et Karim Hammou à venir discuter de la place qu’occupent actuellement les médias sociaux dans le métier de chercheur, des possibilités qu’ouvrent ces nouveaux outils mais aussi des pièges qu’ils peuvent receler. La séance donna lieu à un état des lieux des pratiques, à un partage d’expérience et à une réflexion théorique sur les enjeux des médias sociaux pour la recherche.

Vous pouvez écouter le podcast de la séance ci-dessous (si rien ne s’affiche, rafraîchissez la page en appuyant sur F5 ou cliquez ICI)

 

Médias sociaux : de quoi parle-t-on ?

social-media-policy

Avant de discuter de la place, de l’utilisation et des enjeux des médias sociaux, il convenait d’abord de préciser le type d’objets que l’expression désigne. En effet, si désormais le duo Facebook / Twitter en est presque devenu synonyme, les « médias sociaux », au sens large, peuvent inclure ces outils intégrés depuis longtemps au quotidien des chercheurs et qui ont déjà significativement changé leurs habitudes professionnelles. Les courriers électroniques (notamment à travers les listes de diffusion), les moteurs de recherche spécialisés sur Internet et les revues en ligne ont depuis plusieurs années déjà changé les manières de réaliser des recherches documentaires, de faire un travail de « veille » sur un champ d’activités particulier, de partager des données et des résultats ou encore de travailler en équipe. Ils ont également changé la temporalité du métier de chercheur, en accélérant notamment le rythme de production et de diffusion d’écrits scientifiques.

Plus récemment, les flux RSS, les outils de travail collaboratif (comme les wikis), les blogs et enfin les « réseaux sociaux » sont venus s’ajouter à cette liste, bien que leur utilisation soit pour l’instant moins courante.

Aujourd’hui, qu’ils l’apprécient ou non, les chercheurs voient leurs travaux référencés sur Internet et leurs bibliographies ou autres informations les concernant parfois consultées par les organisateurs de colloques, les recruteurs et les éditeurs. Pour chaque chercheur, contrôler son identité numérique n’est donc pas qu’une simple possibilité. Cela devient aussi un véritable enjeu.

De la construction de l’identité numérique au contrôle des données personnelles

cv011Lorsqu’ils reçoivent des candidatures pour un poste ou des propositions de communication pour participer à un colloque, les membres de jurys ou de commissions procèdent de plus en plus à des recherches d’informations sur Internet au sujet de leurs candidats et auteurs. Outre des CV et listes de publications, mis en ligne notamment sur les sites officiels des institutions dont dépendent les chercheurs, des informations personnelles peuvent apparaître à leur insu. Un chercheur peut répondre volontiers aux questions d’un journaliste, puis voir des extraits de son entretien utilisés et publiés sur Internet de manière nominative, même s’il lui semble que son intention a été déformée. Plus trivialement encore, nous laissons des traces sur la toile qui relèvent directement de notre vie privée et peuvent pourtant être accessibles, par exemple selon les pratiques des associations et clubs que nous fréquentons. En d’autres termes, être invisible sur Internet semble désormais difficile. Pour éviter que son image sur Internet ne lui échappe, le chercheur doit contribuer à la modeler.

Au-delà du fait de chasser de la toile les informations visibles non désirées, des outils permettent de se montrer, de se présenter, souvent d’une manière plus créative et plus libre qu’un simple CV en format papier ou qu’un dossier de candidature répondant à des normes bien précises. Les sites internet Academia ou Research Gate, par exemple, offrent aux chercheurs la possibilité de mettre leur CV en ligne et de présenter leur bibliographie, tout en permettant aux internautes intéressés de lire leurs publications en version « auteur ». Les archives ouvertes Hal-SHS permettent également le dépôt de différents types de productions intellectuelles sur une base de données en accès ouvert. Un autre outil, plus libre encore, est le blogging scientifique. Le blogging scientifique ne restreint pas son auteur à une simple présentation de lui-même ou de son travail, il constitue un espace dont le contenu est multiple, qui rend possible des interactions avec les internautes et qui permet au chercheur de mettre en valeur son travail en donnant au public l’accès aux « coulisses de la recherche ».

Quel statut pour le blogging scientifique ?

blogging-scientifiqueSur une plateforme telle que hypotheses.org, cependant, peu de blogs constituent effectivement des « ateliers ouverts » de la recherche (P. Mounier, 2011). Les carnets consistent plus généralement en des supports accompagnant des programmes, par exemple financés par l’Agence Nationale de la Recherche. Des blogs peuvent aussi être créés pour assurer la promotion d’un évènement scientifique. Le blogging scientifique à proprement parler reste donc une pratique minoritaire, de surcroît chez les doctorants.

La réticence vis-à-vis du blogging scientifique peut être comprise au prisme d’une série d’objections classiquement énoncées par ses opposants. Tout d’abord, le blogging scientifique n’est pas aussi valorisé qu’une publication dans une revue (en particulier dès lors que celle-ci a un comité de lecture), car il s’agit d’une forme d’auto-publication. Il s’agit de plus d’une activité chronophage : cette dimension sera d’autant plus prononcée si le blogueur entre dans une logique dite de « publish or perish » et s’il fait de la publication de contenu à échéance régulière une priorité.

Par ailleurs, d’aucuns estiment que le blogging scientifique peut porter préjudice à son auteur et, de fait, si un chercheur pratique un critical thinking trop agressif envers certains confrères, il pourra tout à fait en faire les frais en héritant d’une piètre réputation au sein de sa communauté scientifique. Ce type de pratiques semble de ce point de vue réservé aux chercheurs déjà bien établis.

Enfin, la publication de textes sur Internet fait parfois redouter que ceux-ci soient plus aisément plagiés. D’après nos intervenants, il semblerait au contraire que la publication sur un blog aurait tendance, grâce au système de datation des billets mis en ligne, à protéger les auteurs du plagiat plutôt qu’à les y exposer. En comparaison, un texte original soumis lors d’une journée d’étude court bien davantage le risque de l’emprunt irrévérencieux.

Malgré ces réticences, la pratique du blogging scientifique n’inspire pas seulement de la crainte. Dans le cas d’un article co-écrit avec la sociologue Paola Tubaro portant sur les émeutes de Londres en 2011 (A. Casilli, P. Tubaro, 2012), les blogs des deux auteurs servirent de plateformes de réflexion collaborative autour d’ébauches d’un article à paraître. Les avis critiques qu’ils reçurent permirent des ajouts d’éléments de terrain et des corrections qui furent ensuite insérés dans la version destinée à la publication en revue. Aurait-on alors affaire, à travers l’utilisation de ces médias sociaux capables de diffuser et de mettre en discussion des connaissances scientifiques, à un phénomène de démocratisation de l’accès aux savoirs ou à un revirement dans leurs modes de production ?

Les enjeux politiques des médias sociaux

Les publications universitaires sont généralement distribuées à des publics spécialisés et l’accès via Internet à des articles est le plus souvent payant. Ainsi, pour les chercheurs, le fait de publier des billets sur des blogs ou des sites personnels, ou encore de mettre en ligne des versions « auteur » de thèses ou de chapitres de livres constitue un choix et un acte politique en faveur d’une démocratisation de l’accès à leurs travaux.

Cependant, les médias sociaux ne sont pas exclusivement utilisés par les chercheurs comme des outils de lutte contre les tendances des grands groupes de l’édition universitaire à réserver l’accès aux savoirs à ceux qui peuvent s’acquitter d’un droit d’entrée. En effet, le contexte de la recherche en France est actuellement marqué par les débats sur une réforme qui semble conforter l’entrée à l’université de logiques libérales et les médias sociaux, qui ne sont en rien à l’origine de ces changements, pourraient toutefois en jouer le rôle de catalyseurs. Il me semble que les médias sociaux pourraient servir de relais, au sein de l’université, de l’injonction à se présenter, à justifier son parcours et à se positionner sur un marché de l’emploi d’autant plus âpre que les offres y sont rares. Tandis que les chercheurs bien établis peuvent chercher à contrôler leur identité professionnelle sur les supports numériques, les doctorants et post-doctorants, en quête permanente du poste rêvé, sont susceptibles, selon moi, d’en venir à réfléchir en termes de stratégie de communication.

Ainsi, cette intervention sur le thème des médias sociaux a pu inspirer à la fois de l’espoir et de la méfiance à l’égard des médias sociaux. De l’espoir, d’abord, car les médias sociaux sont à même de contribuer aux luttes en faveur d’une appropriation citoyenne des débats et des connaissances scientifiques et de servir de support à des manières nouvelles de faire de la recherche. Comme l’actualité récente l’a montré, une communauté active milite en faveur de tels usages (M. Dacos, 2013). D’un autre côté, le contexte actuel de changements structurels au sein de l’université me semble aussi pouvoir détourner les médias sociaux de l’objectif louable de démocratisation d’un accès aux connaissances, et les banaliser comme outils de comparaison et d’évaluation des individus. Si chaque chercheur, chaque doctorant a donc intérêt à réfléchir à ses manières d’intervenir dans son intérêt propre sur les différents supports à sa disposition et à penser l’image qui est donnée de lui et de son travail de recherche, les choix de chacun s’inscrivent dans des toiles de fond teintées d’aspects politiques dont les tendances et les enjeux dépassent de beaucoup les seuls médias sociaux.

 


Bibliographie

A. Casilli, P. Tubaro, « Social media censorship in times of political unrest: A social simulation experiment with the UK riots », Bulletin de Méthodologie Sociologique / Bulletin of Sociological Methodology, 2012, vol. 115, n° 1, p. 5-20.

M. Dacos, « Publication par Le Monde d’une contribution au débat sur l’accès ouvert », L’édition électronique ouverte [En ligne], mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 29 mars 2013. URL : http://leo.hypotheses.org/10515.

P. Mounier, « Ouvrir l’atelier de l’historien : médias sociaux et carnets de recherche en ligne », Homo Numericus [en ligne], mis en ligne le 11 septembre 2011, consulté le 6 avril 2013. URL : http://www.homo-numericus.net/article304.html.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Les thématiques, 1. L'écriture, Les thématiques, 2. Publier/Communiquer, Les thématiques, 3. Professionnalisation, Ressources, Boîte à outils, Le séminaire, Comptes rendus, Ressources, Ressources numériques

Laisser un commentaire


Carnets de recherche