Que faire des conseils (ou en l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?

Le lundi 18 février 2013, dans le cadre du séminaire des Aspects Concrets de la Thèse, Monique de Saint Martin (Sociologue, Directrice d’études à l’EHESS et Chercheure à l’IRIS) a présenté, sous la forme d’un dialogue avec ses auditeurs, l’une des dimensions essentielles du doctorat : la relation avec le directeur ou la directrice de thèse.

Vous pouvez écouter le podcast de la séance ci-dessous (si rien ne s’affiche, rafraîchissez la page en appuyant sur F5 ou cliquez ICI)

 

Quelques remarques préliminaires sur le contexte actuel de la thèse

M. de Saint Martin se prête volontiers à l’exercice d’un exposé sur la thèse en sciences sociales, bien que sa longue expérience dans l’accompagnement à la réalisation de thèses s’inscrive dans le domaine plus spécifique de la Sociologie. Elle situe la thèse, aujourd’hui, entre aventure et prise de risques, et explique qu’à l’aube d’une thèse en sciences sociales, les perspectives d’avenir ne sont pas toujours très claires, tout comme la préparation du doctorant et/ou du directeur de thèse est rarement effective. Elle ajoute que le contexte actuel, marqué par la transformation constante du monde scientifique et intellectuel, dont la bureaucratisation croissante de nombreux dispositifs, a des conséquences sur tous les modèles de la vie collective et les modèles de carrière dans un laboratoire ou un centre de recherche.

Le poids de plus en plus fort des logiques gestionnaires a des conséquences comme l’imposition de faire sa thèse en un temps plus court que par le passé ; une réduction des allocations de recherche, des bourses de recherche, etc. ; une concurrence de plus en plus forte pour les postes et la reconnaissance par ses pairs ; un renforcement de la soumission à l’institution (évaluations, rapports, …). L’ancienne relation maître/disciple n’est plus limitée à elle-même et s’inscrit désormais dans un système plus large de relations comme l’internationalité ouverte par la cotutelle, les échanges et l’approche des expériences de l’autre permis par la multiplication des séminaires ou encore, le développement des comités de suivi de thèse composés de trois ou quatre personnes. Là où n’existe pas cette dernière formalisation, peuvent alors s’élaborer au sein du laboratoire (c’est le cas de l’IRIS) des relations privilégiées avec trois ou quatre chercheurs contribuant à l’encadrement et à l’orientation du doctorant. Nous tentons de vous restituer ici la totalité des échanges de cette séance.

Directeur de thèse/doctorant : relations d’échanges ou relations de pouvoir ?

Un accord librement conclu sous contrainte

A la fin du Master, vocation de chercheur et/ou espoir de réaliser une thèse originale vont de pair avec le choix d’un directeur de thèse. Ce choix est d’une grande importance car, pour certains, il peut participer d’un mariage « contraint ou forcé » [1] qui rendra plus difficile, voire impossible, la construction d’une relation sereine, profitable, équilibrée, réussie entre le doctorant et son directeur.

La Charte de thèse [2], signée en début de parcours et dont le contenu peut varier sensiblement d’un établissement à l’autre, définit des engagements réciproques, des droits et des devoirs [3]. Le directeur prend l’engagement d’un suivi personnalisé de son étudiant, de débattre avec lui de la progression et des orientations nouvelles de son travail. En parallèle, le doctorant est tenu d’informer son directeur de l’avancée de sa thèse, lui donnant ainsi des éléments sur lesquels appuyer sa direction.

Si un accord doit s’établir sur le choix du sujet et des conditions de travail, il reste fréquemment le résultat d’un compromis, là où les attentes de l’un et l’autre sont souvent nombreuses, contradictoires et sources de malentendus. L’intérêt d’un enseignant-chercheur, dont le profil varie depuis l’ancien mandarin à l’accompagnateur attentif, à voir un projet de thèse réalisé va de l’idée d’un dialogue possible avec l’étudiant à la volonté d’étendre son domaine de recherche ou de renforcer son équipe, en passant par l’envie de voir un terrain exploré ou l’espoir de vérifier des hypothèses. De même, les attentes du doctorant diffèrent largement d’un individu à l’autre.

Relations d’échanges

Les relations d’échanges sont les plus visibles et les plus saisissables par leur contenu : informations, données, expériences, découvertes, questionnements, savoirs, conseils, propositions, inquiétudes et émotions. La valeur des uns contribue à établir la valeur des autres [4], le doctorant participe de l’élaboration de la valeur de son directeur et inversement, tout comme le rapport et les membres du jury de thèse ont une importance. Dans une discipline, les réseaux d’interconnaissance sont forts et le nom du directeur de thèse conduit à intégrer le doctorant dans un courant de pensée.

Si certains conseils demandés au directeur semblent habituels, d’autres sont plus inattendus, qu’ils concernent la vie scientifique, le contenu de la thèse, la définition de l’objet de la thèse, l’approche choisie, la culture, les lectures scientifiques, la quantité de travail, le choix des méthodes, le travail de terrain, la détermination de l’échantillon, la rédaction ou encore le plan que l’on pourrait passer sa vie à refaire sans avancer si le directeur n’y met pas un terme.

En parallèle de la thèse, apparaît la nécessité de sa valorisation (publications, colloques, conférences, tables rondes, insertion dans des réseaux de recherche) et les questions économiques, matérielles et professionnelles qui taraudent l’étudiant sans préoccuper chaque directeur. Il faut être conscient que la relation directeur/doctorant est une perpétuelle renégociation.

Avoir conscience de sa légitimité et reconnaître celle de l’autre

Sur la base de l’accord conclu, droits et devoirs respectifs supposent une légitimité partagée. Reste la distance marquée par la différence de statut, comme par la différence culturelle. Une absence d’échange ou un déséquilibre dans la communication [5] peuvent la renforcer. Aussi, l’énonciation des contraintes, des règles et des attentes de chacun permet l’émancipation et l’affirmation du doctorant.

Si, dans les faits, l’encadrement des thèses paraît souvent être une activité de second plan pour le directeur, le doctorant gagnerait à se situer dans un entre-deux étudiant/chercheur qui lui permettrait d’être conscient de ses acquis (son expérience, sa confrontation au terrain avérée, des arguments à faire valoir, etc.) tout en restant conscient de son statut d’étudiant. Rencontres et séminaires sont des moments d’apprentissage de l’autre et doivent conduire l’étudiant à faire la part des choses quant aux conseils prodigués. Il est toujours préférable de préparer les rencontres avec l’encadrant, à l’aide de questions précises et de l’envoi préalable de textes. Soulignons qu’injoignable ne veut pas dire occupé, et inversement, d’où la nécessité de tenir compte de la singularité de fonctionnement de chacun. Entretenir une bonne relation avec un directeur suppose que le doctorant accorde du crédit à ses conseils, sans pour autant attendre de lui des certitudes, des réponses à tout, mais bien plus une qualité d’écoute, un intérêt pour la façon dont l’étudiant mène sa recherche, un accompagnement vers la levée de l’autocensure et la reconnaissance des faits inconfortables [6], ainsi qu’un empêchement à se diriger vers les idées faciles [7]. C’est aussi avoir conscience de la limite de son champ de compétences. La lucidité doit permettre au doctorant de rester l’acteur de sa thèse et conscient de ce qui est le mieux pour lui.

Ne pas perdre de vue la soutenance : maintenir la notion de pouvoir à sa juste place

Echange et pouvoir s’immiscent dans cette relation qui est, certes, asymétrique et déférente [8] mais pas à sens unique car chacun en sort un peu plus riche [9]. De par son expérience, le directeur détient un pouvoir sur l’information (bourses, colloques, etc.), mais l’étudiant-chercheur peut également intéresser le directeur en lui apportant aussi de l’information (journée d’étude, article, etc.). Il n’est pas exclu que certains enseignants-chercheurs usent de leur pouvoir illégitimement en retardant le moment de la soutenance, de la lecture, de la relecture. Cependant, comme le précise Sébastien Kapp, si 95% du temps utile du doctorant est consacré à sa thèse, celle-ci ne représente que 5% de celui du directeur. Ce rapport peut donner à l’étudiant le sentiment de ne pas être encadré, guidé ou soutenu. C’est à l’approche de la soutenance que le rapport devrait s’inverser et le directeur se montrer plus pressant, et plus présent, dans l’accompagnement du doctorant.

La composition du jury fait aussi partie des négociations à mener. En France, le plus souvent, c’est le directeur qui prend contact avec les potentiels membres du jury, choisis au préalable par un accord entre le directeur et l’étudiant. Dès lors que l’objet de recherche le permet, le doctorant a tout intérêt à privilégier une interdisciplinarité et un regard critique mettant en scène un échange Paris/Province et différentes écoles. La composition du jury, et surtout le rapport qu’il rédige à l’issue de la soutenance, constituent des enjeux capitaux pour la suite du parcours du doctorant.

Si la soutenance cristallise toutes les tensions (scientifiques, publicité), elle ne doit pas remettre en cause tout le travail effectué, comme lorsque parfois certains membres de jury tentent de repenser entièrement la construction de la thèse. S. Kapp rappelle que la thèse vise habituellement à pousser le doctorant dans ses retranchements afin qu’il affirme ses positions [10] pour être accepté parmi les docteurs.

Pallier les manquements de l’échange

Changer de directeur de thèse ?

Un changement de direction de thèse pourra impliquer un changement du sujet ou de l’orientation de la thèse et il n’est pas simple de retrouver un directeur. Ce qui motive cette volonté ne doit pas faire oublier l’enjeu le plus important : la possibilité de mener la thèse à son terme. Changer de directeur est donc à envisager uniquement lorsque la soutenance est mise en péril car c’est une réelle prise de risque. En cas de grave désaccord, il ne faut pas hésiter à en parler à d’autres chercheurs, à rencontrer le directeur du laboratoire, la direction de la formation doctorale.

Néanmoins, dans certaines circonstances (évolution importante du sujet qui porte le doctorant vers une autre approche, voire un autre terrain, mobilité géographique ou institutionnelle du doctorant, par exemple) ce changement peut aussi très bien se passer. Dans tous les cas, il est fortement déconseillé de changer de directeur de thèse sans avoir l’aval d’un autre directeur pour une nouvelle inscription, au sein de la même institution ou d’une autre, faute de quoi le doctorant peut se retrouver face au vide.

Dans ce cadre, l’idéal reste un accord entre l’ancien directeur, le nouvel encadrant et le doctorant. Il est important que ce dernier préserve sa réputation en agissant avec respect et clarté.

Cotutelle ou codirection de thèse ?

 Si l’écriture de la thèse est le fait de l’étudiant, il ne l’élabore pas seul et est donc encouragé à sortir du « colloque singulier » [11] et à faire lire son travail, ponctuellement, par d’autres personnes que son directeur.

Pour toutes autres démarches visant à inscrire une autre personne dans la direction de sa thèse, il lui est fortement conseillé d’en informer son directeur car impliquer une autre personne se formalise en début de thèse, et le doctorant n’a pas le pouvoir d’une telle imposition.

Si la cotutelle ou la codirection sont souvent d’une grande richesse, elles favorisent parfois des situations difficiles à gérer pour l’étudiant, spécifiquement si les directeurs expriment des attentes différentes. Des relations potentiellement conflictuelles peuvent alors apparaître.

Conclusion

Au cours des échanges s’est révélé le poids que l’institution universitaire fait peser sur les étudiants-chercheurs (légitimité, relationnel) et qui n’est pas toujours bien pris en compte, surtout par les doctorants [12]. Ce poids apparaît dans leur discours et leurs comportements (toutes disciplines et niveaux d’expérience confondus), bien qu’il ne soit pas absent de ceux du directeur, transformant des problématiques collectives en interrogations personnelles [13]. Aussi, la création d’espaces de réflexion collective sous forme de groupes informels, mêlant différents niveaux d’expériences, est une solution envisageable [14].

Pour approfondir, vous pouvez également lire le compte rendu d’une séance de l’année dernière, publié sur le même sujet [15].

Notes


[1] Temps limité pour l’inscription et difficulté à trouver un directeur de thèse.

[3] Comme le précise Sébastien Kapp, la charte des thèses de l’EHESS préconise un nombre de cinq doctorants par directeur et par année d’inscription. Si la qualité du suivi dépend surtout du contenu de la relation directeur/doctorant, ce point reste à considérer dans le choix d’un directeur et, au-delà de la thèse, dans la perspective d’une bonne préparation à la soutenance.

[4] Bourdieu, P., Homo Academicus, Editions de Minuit, 1984.

[5] Entre harcèlement et absence de nouvelles durant un temps long.

[6] Weber, M., Le savant et le politique, trad. fr. de Freund J., Plon, 1963.

[7] Berry, M., « Diriger des thèses de terrain », Gérer et Comprendre, Annales des Mines, déc. 2000.

[8] Ferreux, J., De l’écrit universitaire au texte lisible, Teraedre, 2009.

[9] Becker, H. S., Écrire les sciences sociales, Economica, 2004.

[10] En Belgique on dit : « défendre sa thèse ».

[11] Bessin, M.,Intervention au séminaire résumée par Moritz Hunsmann (http://act.hypotheses.org/924)

[12] Comme le souligne Sébastien Kapp et faisant référence à l’un de ses échanges avec Cyril Lemieux. Lemieux, C., 2010b, « L’écriture sociologique » in S. Paugam, dir. L’enquête sociologique, PUF, p. 379-402.

[14] Comme l’expose Sébastien Kapp.

 


3 réflexions sur « Que faire des conseils (ou en l’absence de conseils) de son directeur de thèse ? »

  1. Je sors tout juste d’une cotutelle épouvantable. Je ne souhaite à personne mes déconvenues avec une personne nonchalante, malhonnête voire hostile. Si vous devez vous lancer dans ce genre d’expériences réfléchissez bien à deux choses : 1) l’utilité/l’opportunité de la cotutelle 2) qui est le codirecteur ( parcours, expériences d’autres étudiants, articles, etc.).
    Enfin laissez-vous le temps de la réflexion car une cotutelle complique davantage qu’autre chose, jusqu’à rendre votre thèse deux fois plus longue (oui oui! deux fois!). Bonne recherche.

  2. D’accord avec le commentaire de Philippe.
    Cependant..Ne faudrait-il pas mettre l’argument de « l’augmentation des allocations de recherche » avec plusieurs autres facteurs (même source) :

    http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid54957/les-chiffres-cles-2010-de-l-enseignement-superieur.html

    – De plus en plus d’étudiants
    – Une compétition extrêmement accrue pour bénéficier des « contrats doctoraux »..bah oui…plus de monde..;-)
    – Ces contrats sont aussi un « jeu » de stratégie entre le choix du directeur, l’entente avec les autres membres du laboratoire de recherche envisagé, qui décideront « aussi » si le sujet est pertinent pour eux, etc…
    – Même si il y a « effectivement » un déploiement accru des contrats doctoraux, quid de la valorisation de la recherche en France? un contrat doctoral « simple » rémunère à peine 1.300€ nets / mois (pour vivre sur Paris par exemple?? = survie…). puis ensuite les postes de « chercheurs »…salaires très bas.. sacerdotal…

    Bref, oui il a de plus en plus de contrats, mais n’oublions pas qu’ils sont difficiles à obtenir tant l’administration est lourde, les jeux d’acteurs puissants, la reconnaissance sur le « marché du travail » de ce diplôme (=quasiment rien…à ce propos, soulignons que pour avoir vu une étude sur les DRH des grands groupes du CAC40, ceux-ci estimaient que l’université n’était pas en « cohérence » avec le monde du travail….quel paradoxe, lorsque TOUS les enseignants de ces très chères (ET très chères) « business school » dont « ils » proviennent de manière générale…sont docteurs…)..

    Bref…le doctorat…le doctorat…passionnante et épineuse aventure : pour un peu d’humour!

    http://cielmondoctorat.tumblr.com/

    Salut!

  3. Quelles sont les sources de Monique de Saint Martin quand elle affirme qu’il y a “plutôt un la “réduction des allocations de recherche, des bourses de recherche”, sachant que ces dispositifs ont été progressivement remplacés depuis 2009 par le contrat doctoral pour rémunérer les doctorants pour leur activité de recherche doctorale ?

    Total des doctorants en première année bénéficiant d’un financement de thèse (hors doctorants exerçant une activité salariée) à la rentrée universitaire 2007 : 10 787 [1]

    Total des doctorants en première année bénéficiant d’un financement pour la thèse (hors doctorants exerçant une activité salariée) en 2009/2010 : 12761 [2]

    Sources :
    [1] Rapport 2009 sur l’Etat de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France, page 66 (http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Evaluation_statistiques/50/1/Etat_de_l_enseignement_superieur_et_de_la_recherche_137501.pdf)
    [2] Rapport 2011 sur l’Etat de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France, page 78 (http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Etat_du_Sup_Rech/18/3/EESR_2011_209183.pdf)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *