Pistes pour la prise d’initiatives et contre l’isolement

Résumé de la séance du 19 novembre 2010 « Être acteur de son doctorat : pistes et outils pour la prise d’initiatives et contre l’isolement » – par Jade Legrand

L’idée de cette séance vient de Moritz et Sébastien. En aucun cas il ne s’agissait d’un exercice d’autosatisfaction autour de projets déjà menés ! Au contraire, l’objectif était de formuler des pistes à creuser, de dégager des possibles et d’encourager des démarches volontaires. Pour ce faire, ce séminaire s’articulait autour de la présentation de différents champs d’action, chacun l’objet d’un dialogue entre une doctorante (Jade Legrand) et une chercheure confirmée, directrice d’un labo de recherche largement impliqué dans l’intégration de ses doctorants : Irène Bellier (LAIOS-IIAC).

Pour commencer, il importait de réfléchir rapidement à la question : pourquoi « être acteur » de son doctorat ? Ce qui revenait aussi à expliciter la notion d’isolement. En effet, l’exercice de la thèse véhicule encore aujourd’hui de nombreux clichés, dont certains loin d’être immérités, autour des difficultés des thésards à 1) faire valoir leur recherche et 2) à s’émanciper de la croyance que la douleur d’une nécessaire solitude serait partie intégrante du travail de thèse lui-même et valorisable dans sa constitution en pseudo rite d’initiation. Or, il s’agit plutôt de reconnaître la part incompressible d’isolement dans le travail à mener (en particulier dans la rédaction, à proprement parler, de son travail), et d’accepter, voire d’investir, les dynamiques connexes – souvent collectives – qui accompagnent la thèse. En fait, être acteur de sa thèse, c’est tout simplement déjà faire sa thèse, mais en ayant conscience de tout ce que ça implique.

Et parce que notre postulat était que le collectif est à la fois une condition nécessaire et un mécanisme efficace, il nous fallait montrer les collectifs possibles, les mouvements existants et ceux qu’il est possible d’insuffler, et cela à toutes les échelles du doctorat. En pratique, il a donc été question de faire un pas en direction de ces interlocuteurs potentiels, souvent compréhensifs si ce n’est bienveillants, qui partagent nos objets et terrains d’étude. Contribuer à construire un savoir partagé part d’un nécessaire intérêt pour ce qui s’est dit avant soi… Il est possible également de trouver dans les mécanismes d’échange et de restitution avec nos informateurs – quand ils sont accessibles – des leviers puissants pour nos travaux. Alors qu’il existe aussi un certain nombre de rencontres institutionnalisées de chercheurs (en particulier les fameux « colloques »), qui sont autant de rendez-vous préexistants auxquels il est indispensable d’assister – à l’occasion d’une thématique pertinente par exemple, et éventuellement de contribuer, dès lors qu’une partie de vos résultats est prête à être soumise à discussion.

Cela étant, les pratiques de recherches aujourd’hui en France sont telles que l’ensemble du système repose sur une conception individuelle, pour ne pas dire individualiste, du métier de chercheur. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les logiques d’évaluation. En d’autres termes, la discussion a porté sur l’équilibre à trouver entre implication dans le collectif et préservation d’un impératif personnel, l’un des exemples ayant été le travail d’écriture.

Les logiques propres à l’écriture et à la publication faisant déjà l’objet de nombreuses attentions des ACT, il n’en a pas été question ici. En revanche, cette séance a été l’occasion de parler un peu plus en détail de ce qu’est un « labo de recherche » et d’évoquer quelques sésames pour mieux les appréhender. En tant que doctorants, nous appartenons tous à un laboratoire. C’est l’unité de référence, le cadre officiel, de votre insertion dans le monde de la recherche. Variables en taille, dynamisme ou réputation, ils peuvent offrir de multiples espaces de réflexion, éventuellement autour d’un ou de plusieurs projets scientifiques communs, qu’ils soient consacrés aux doctorants (ateliers spécifiques) ou non (séminaires de labo). Ils peuvent aussi être une structure vous permettant d’organiser – ou de participer à organiser – certains événements scientifiques (séminaire, atelier, journée d’étude, etc.). Ceci étant dit, tous les laboratoires ne sont pas des espaces vivants et propices au travail collectif. Quel que soit le labo, il est « extrêmement sain d’aller voir ailleurs » (I. Bellier) : entrer en contact avec des chercheurs dans d’autres labos ou universités, s’intégrer dans des groupes de travail d’associations de chercheurs… et continuer à passer du temps avec des non-chercheurs !

Pour illustrer notre propos, nous avons vu, à titre d’exemple et très rapidement, les différentes étapes propres à la mise en place d’une journée d’étude doctorale (depuis la définition d’une thématique, aux aspects purement administrativo-logistiques). Mais il a également été question de s’impliquer pour faire évoluer les outils collaboratifs, améliorant ainsi notre compréhension des centres de recherches (comme le projet de livret d’accueil au sein du LAIOS). En bout de chaîne, si l’on peut dire, le rôle des représentants dans les différentes instances (labo, UMR – Unité Mixte de Recherche, formation et école doctorales, conseil d’administration ou scientifique, etc.) est aussi un tremplin pour à la fois s’investir dans les institutions et mieux en comprendre les mécanismes. Car c’est surtout de ça dont il s’agit : rendre moins opaques les fonctionnements dont nous dépendons tous, éclairer les enjeux d’une possible implication (être visible, identifiable, récolter les informations utiles – pour soi et pour les autres), tout en rendant sensibles les limites dans lesquelles cette « activisme » est nécessairement contenu (lorsqu’il est au détriment du travail personnel de recherche notamment).

En conclusion, un doctorat est un parcours professionnel qu’il faut envisager en tant que tel. Il est balisé d’obligations, de choix et de stratégies à mettre en œuvre pour construire sa légitimité de chercheur, dans un environnement qui a ses règles propres et qu’il importe de connaître.


3 réflexions au sujet de « Pistes pour la prise d’initiatives et contre l’isolement »

  1. Est ce que tout est perdu si on a fait trop de temps sur le terrain, s’est déconnecté du milieu académique pour ne connaitre en fin de compte que le ou les directeurs qui vous encadrent?
    Dans mon cas je suis incapable de proposer deux professeurs pour mon jury de soutenance que je connaitrai personnellement. C’est grave non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *